ARTour 2017 révèle le lien entre passion de la collection et création

©Alechinsky

La 11e édition de la biennale ARTour se déploie sur le thème "collecte, collection, collectionneur: un monde à soi". Elle explore, dans une dizaine de lieux de la région du Centre, le rapport entre collection et création.

Cette année, le thème de la biennale ARTour est directement inspiré de la commémoration du centenaire de la mort de Raoul Warocqué (voir "L’Echo" du 22 juin) dont les collections, à tout le moins hétéroclites, constituent les fondements de l’actuel Musée royal de Mariemont.

Mais que peut-on donc apprendre du collectionneur à travers les objets ou œuvres d’art accumulés – que le collectionneur soit tantôt un industriel fortuné au début du siècle passé, comme l’était Raoul Warocqué, tantôt une banque ou une entreprise de luxe d’aujourd’hui? La collection est-elle le reflet d’une simple passion? Est-elle un mode d’expression, de création? La collection devient-elle alors, selon Annette Messager, "l’antichambre de l’art"?

Autre question: les collections, qu’elles soient privées ou la propriété d’institutions culturelles, peuvent-elles devenir sources d’inspiration pour les artistes contemporains?

Sofiane Laghouati, conservateur à la Réserve précieuse de Mariemont, soulève encore, à travers le sujet de cette biennale, la délicate question de la place et de la conservation d’œuvres immatérielles (performances, créations numériques), tant dans les collections privées que dans les institutions culturelles.

La confrontation d’œuvres contemporaines dans des lieux de conservation de la région du Centre (La Louvière, Seneffe, Binche, Soignies, Mariemont, etc.) permettra au visiteur d’aborder, parfois très concrètement, le rapport qui peut exister entre création et collection.

Pour nous limiter au seul exemple du Centre de la Gravure et de l’image imprimée (à La Louvière), les palimpsestes de Pierre Alechinsky illustrent à merveille comment se crée une œuvre lorsque l’artiste détourne de leur usage initial factures, lettres commerciales et autres cartes ou plans de ville.

www.artour.be, jusqu’au 10 septembre prochain

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content