Au Hangar, la théorie des cordes de Mircea Cantor

Mircea Cantor, Words are ropes, 2018 (Wine on acid-free watercolor paper, 474 x 300 cm, Courtesy of the artist & VNH Gallery, Paris) ©Diane Arques

Cet automne, la biennale Europalia sera dédiée à la Roumanie, sous le totem de Brancusi. Profitant de la présidence roumaine du Conseil de l’UE, le Hangar, à Ixelles, accueille déjà trois Roumains, Mircea Cantor, Daniel Djamo et Florica Prevenda.

Galeries

Mircea Cantor, Daniel Djamo et Florica Prevenda

Note: 4/5

Au Hangar Art Center18, place du Châtelain, 1050 Bruxelles. GOOGLE MAP

Entre Paris et Cluj-Napoca, Mircea Cantor a un motif cardinal, la corde, qui est devant ses yeux depuis son enfance dans la région de Crisana, dans l’ouest de la Transylvanie, où ses grands-parents habitaient un très ancien village. "Je me souviens d’une église du XVIIe siècle au portail en chêne massif sculpté de motifs de cordes. Avec les enfants du village, nous tournions autour de l’église en suivant cette corde, nous déclare l’artiste. C’était, déjà, une sorte de performance. Dans le bourg de Maramureș, ces motifs ornaient les rosaces et composaient un arbre de vie. Au monastère de Curtea de Argeș, les murailles sont ceintes d’une corde, sculptée comme une dentelle, qui en fait le tour."

"Les mots sont des cordes, que je peins avec du vin, ce breuvage toujours présent là où la communauté humaine est unie par la religion"
Mircea Cantor
Artiste

Universel

Avec Cantor, ce motif de la corde se couche sur le papier kraft. "Les mots sont des cordes, que je peins avec du vin, ce breuvage toujours présent là où la communauté humaine est unie par la religion" (du latin ‘religere’, lier, NDLR). Ces motifs vernaculaires sont contemporains: c’est un passé vivant qui n’est ni muséal, ni la réactivation d’un souvenir disparu.

"Mommified Idea", 2016. ©©Daniel Djamo

"Le vin rouge contient des pigments visibles", qui brunissent comme le sang. Ce motif de la corde est universel: au Japon, des cordes en paille de riz sont tressées autour des porches des temples shintos; à Chartres, les piliers de la façade sud portent des tresses. Cantor est accompagné de Daniel Djamo, Roumain gantois, et de Florica Prevenda qui, avec "Facebook Obsession", présente le visage en lambeaux de l’addict du virtuel.

Mircea Cantor, Daniel Djamo et Florica Prevenda
Au Hangar Art Center. 18, place du Châtelain, 1050 Bruxelles. GOOGLE MAP

Entretien par Artnet : Mircea Cantor (FR)

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect