Belgian Women, les cinq glorieuses

©Vincent Everarts

La Patinoire Royale poursuit un travail digne d’un musée pour dévoiler cette fois la richesse de l’abstraction belge féminine.

Avec "Belgian Women", la galerie de Valérie Bach et Constantin Chariot fait risque double avec cinq femmes belges (dans un monde de l’art non exempt de misogynie, suspectant ces femmes de choisir une voie non figurative par absence de maîtrise…) qui embrassèrent très tôt l’abstraction (ou les abstractions), écartant la figuration à une époque où la rupture était encore périlleuse.

Cette exposition symphonique orchestre une abstraction qui n’a rien d’univoque. Le minimalisme silencieux de la grande Marthe Wéry (1930-2005) révèle une attirance magnétique pour le plan et la couleur, unifiée dans ce qu’elle appelait "une séduction de la matière", qu’incarne ce jaune ou ce bleu vibratoires qu’elle obtenait en superposant jusqu’à vingt couches, tel un laqueur nippon.

La très Parisienne Francine Holley (1919-2020) décline ses totems graphiques dans des encres de Chine sur papiers mouillés, débordement de chenilles veloutées. En 1977, privée de piano par une opération de la main droite, elle transforme les signes de la portée en motifs abstraits.

©Vincent Everarts

Berthe Dubail (1911-1984) voyage entre 1955 et 1960 de l’expressionnisme vers l’abstraction lyrique, "… pour pénétrer, avec plus de rigueur et d’intensité dans un monde intimement relié à mon subconscient et à ma sensibilité. Pourquoi cette conquête de soi serait-elle moins réelle que l’imitation de la nature?", lance-t-elle aux détracteurs de l’abstraction. "J’essaie de donner une présence physique à mes élans, à mes détresses, à ma tendresse."

Dans son registre, le lyrisme organique de Gisèle Van Lange (1929– ) s’empare de la toile avec un geste vivant, plus libre que celui de Berthe Dubail, où elle retrouve dans les années 1970 des figures humaines, cousines de Bacon.

Enfin, la "douceur constructiviste" d’Antonia Lambelé (1943– ) déjoue l’abstraction pure dans ses plexiglas dressés ou surgis du cadre, restituant l’espace par le reflet.

Expo

"Belgian Women"

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

La Patinoire Royale-Galerie Valérie Bach, rue Veydt 15, 1060 Brussels

du 4 septembre au 7 novembre 2020

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés