Bruegel en immersion à l'Atomium

©Atomium/Sofam 2019

À travers une expérience pédagogique, immersive et interactive, l'Atomium et Tempora vous font redécouvrir Pieter Brueghel l’Ancien et comment il avait bousculé les habitudes de la peinture au milieu du XVIe siècle.

EXPOSITION INTERACTIVE

«Bruegel, a poetic experience, An innovative world and mind» 

Du 18/9/19 au 13/09/20, à l’Atonium, Bruxelles (tarifs: 15, 13 et 8€. Le billet comprend la visite entière de l’Atonium)

Cette année, nous fêtons le 450e anniversaire de la mort de Pieter Brueghel l’Ancien. Raison de plus pour l’Atomium de continuer sa série consacrée à la belgitude. Après René Magritte, au tour de Bruegel d’être à l’honneur dans l’attraction la plus populaire de Belgique. L’exposition se tient sur deux étages. Les équipes de Tempora, spécialiste de la gestion et de l’organisation d’expositions innovantes ("Pompeii", "Steve McCurry", "Expo 21, rue de la Boétie", etc.), et celles de l’Atomium ont voulu investir tout l’espace offert par le monument. Un endroit contraignant, mais coupé du monde. Arrivé au premier étage, le visiteur est d’abord frappé par la complexité ordonnée de l’exposition. Entre tableaux grandeur nature et textes explicatifs, toute une installation reprend les détails des tableaux du peintre. Une promenade nous est offerte dans le monde de Bruegel.

Là, le visiteur est assailli par des représentations à taille humaine des personnages de Bruegel. Cette immersion questionne davantage la personnalité du peintre.

Le premier niveau est entièrement consacré à la série des 4 saisons du peintre. Pour la petite histoire, cette série comprend en réalité 6 tableaux. Les saisons y sont bien représentées, mais Bruegel, comme ses contemporains, avait l’habitude de rajouter le début du printemps et le début de l’été. Cependant, les tracas de l’histoire ont entraîné la perte du tableau du Printemps. Le visiteur pourra se consoler en commençant par l’Automne et finir par l’Été. Ces œuvres, du fait de la conservation et de la longueur de l’exposition, ne sont pas les originales, mais des représentations. Ces tableaux étaient, à l’origine, une commande d’un commerçant anversois et ont été entreposés sur les murs d’une même pièce pour offrir aux visiteurs une expérience immersive. L’atmosphère, presque oppressante du parcours, fait référence à ce premier lieu de conservation.

L'univers de Pieter Bruegel l'Ancien

Immersion dans la nature

Avec Bruegel, la nature devient le sujet principal et nous pouvons découvrir les activités saisonnières. Le souci du détail, les couleurs, le mouvement et même la profondeur sont des preuves du génie du peintre, très concerné par la vie paysanne. Des gazouillis d’oiseaux nous renvoient à ceux qui survolent le lac gelé et le bruit continu des foules rappelle les patineurs sur la glace.

Puis il est temps de passer au deuxième étage. Là, le visiteur est assailli par des représentations à taille humaine des personnages de Bruegel. Cette immersion questionne davantage la personnalité du peintre. Nous faisons partie de l’œuvre de Bruegel et rencontrons, au fil de la balade, aussi bien des hommes et femmes de la Renaissance que des monstres issus tout droit de son imagination. Celui que l’on surnommait aussi "le second Bosch" nous propose ainsi une collection très personnelle de monstres et d’animaux venus du nouveau monde.

©Atomium/Sofam 2019

Dans un coin de la salle, une table de banquet et le célèbre tableau "Les repas de noces" nous invitent à prendre place. Les plus joueurs pourront s’asseoir et fêter comme il se doit cette nouvelle union. Pour les moins téméraires, "Les jeux d’enfants" propose d’enfiler les lunettes et trouver les 90 jeux qui fourmillent sur cette place. Les plus intellectuels se plairont, eux, à découvrir une autre facette moins connue du peintre, celle de dessinateur. En effet, Pieter Brueghel l’Ancien a peint ses œuvres les plus connues dans les dix dernières années de sa vie. Avant, il a profité de l’invention de l’imprimerie et s’est surtout fait connaître pour ses gravures et ses dessins de la vie quotidienne.

Alors si vous n’êtes toujours pas convaincus par cette expérience "breughelienne", vous pouvez toujours vous rendre ce samedi 21 septembre à partir de 14h sur le parvis de l’Atomium. Vous assisterez à une fête digne de l’époque de Bruegel et si l’envie vous prend de vous déguiser comme dans les tableaux du peintre, vous aurez même le droit de rentrer gratuitement dans l’exposition!

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect