chronique

Exposition d'art brut au Château de Seneffe

Il reste une semaine pour aller voir l’exposition Détournements au Château de Seneffe. La 3e triennale d’Art hors normes présente des œuvres réalisées par des personnes handicapées mentales.

Pendant quelques jours encore se tient au sein de l’Orangerie du Château de Seneffe la troisième triennale d’art différencié appelé aussi "art modeste". Une initiative, dans la région du Centre, portée depuis de longues années à bout de bras par l’ancien ministre louviérois Willy Taminiaux, engagé depuis des décennies aux côtés des personnes en situation de handicap.

©Alexis Lippstreu

Portée par l’ASBL "Inclusion" qui, à l’échelle de l’espace Wallonie-Bruxelles, rassemble à la fois leurs proches et les personnes porteuses d’une déficience intellectuelle, cette exposition présente une centaine d’œuvres, en provenance de toute la Belgique, signées par un peu plus de trente artistes.

Couleurs et fantaisies

©Nicolas BOMAL

La scénographie de cette triennale, confiée à Noémie Breeus et Hugo Morizeau, cadre au plus près avec le thème de l’expo puisqu’ils ont décoré l’Orangerie de… vieux frigos voués à la casse, tous revêtus de noir, certains accueillant des œuvres, d’autres, par leur agencement (mur de frigos), constituant des éléments mêmes de l’exposition.

Jusqu’au 6 mars au Château de Seneffe

Note: 3/5

www.inclusion-asbl.be.

 

Pour la commissaire Coline de Reymaeker, coordinatrice déjà de la première triennale en 2010, "Détournements" offre aux visiteurs une opportunité exceptionnelle de se confronter à un art trop souvent ignoré par les circuits artistiques officiels. "À travers les pièces exposées, les visiteurs ont la chance de voyager dans des mondes hauts en couleur et riches en fantaisie." Confrontés à des productions pas toujours très appréhendables, étonnantes et même souvent déstabilisantes.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés