Publicité

Hahaha, l’art de gai rire

Piero Manzoni, "Merda d'artista" (1961). ©Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP Copyright Artwork : © Adagp, Paris

Très "hahaha"-tendue exposition à l'ING Art Center, consacrée à l'humour dans l'art.

On le sait, la Belgique est une terre d’humour, où l’autodérision dans le domaine artistique est parfois élevé au rang d’œuvre d’art… qu’on se rassure, de faire rire.

Une fois encore, une institution belge s’acoquine à un musée d’outre-Quiévrain – le Pompidou pour changer –, ce qui tourne en effet à la rigolade, pour proposer une exposition consacrée à l’humour dans l’art. Elle aurait très bien pu s’inspirer de "La Belgique visionnaire", superbe expo nationale de 2005 imaginée à Bozar par le défunt Harald Szeemann, représenté d’ailleurs dans l’expo sous forme de personnage de cire dans une installation de Guillaume Bijl moquant la Documenta.

C’est Magritte qui introduit l’expo, avec notamment une toile figurant le peintre debout au-dessus de la légende "Personnage assis". Son titre? "Le bon exemple"…

Bien sûr, Magritte est présent: c’est même lui qui introduit l’expo, avec notamment une toile figurant le peintre debout au-dessus de la légende "Personnage assis". Son titre? "Le bon exemple"…

Quelques exemples également de sa non-peinture durant la période vache ("Les voies et les moyens" de 1948) aux côtés de vulgarités kitchs assumées signées Man Ray ou Picabia ("Femmes au bull-dog"). La même section met en exergue les potacheries du grand René, notamment avec le facétieux Marcel Mariën.

Magritte, "Le bon exemple". ©Centre Pompidou, MNAM-CCI/Jean-Claude Planchet/Dist. RMN-GP Copyright Artwork : © Adagp, Paris

Mariën et Mondrian

Mariën est d’ailleurs l’un des "impayables" (il moqua l’amour de l’argent de Magritte) de l’expo, notamment lorsqu’il imagine une Vénus d’Amersfoort: le buste "retrouvé" dans la ville natale de Mondrian arborant les formes et les couleurs de l’artiste qu’il parodie.

Marcel Duchamp déploie, dans la section "Mots exquis", ses notes autographes à côté de ses ready-mades ornant l’exposition, tel son fameux urinoir refusé à New York en 1917.

Auteur de cette "Mondrianité", Mariën, qui était aussi un maître du jeu de mots, doit beaucoup à Marcel Duchamp, lequel déploie, dans la section "Mots exquis", ses notes autographes à côté de ses ready-mades – parfois drôles, souvent nébuleux hors contexte – ornant l’exposition, tel son fameux urinoir refusé à New York en 1917. De façon très logique, le commissaire Nicolas Liucci-Goutnikov l’a placé au côté d’une "Merde d’artiste" en boite de Manzoni, d’un trompe-l’œil en forme de lunette de WC de Man Ray et d’une mosaïque "étron-nante" de l’espiègle Wim Delvoye qui se décrit comme un humoriste raté. Pas tant que ça à voir, dans la partie "Œuvres à jouer", ses "action men", figurines à son effigie, vendues en boite comme des jouets Mattel avec sa célèbre Cloaca… la machine à caca. Décidément, malgré une partie conceptuelle emplie de vidéos trop longues pour être drôles, cette exposition se révèle parfois à… pisser de rire.

Les "action men" de Wim Delvoye. ©on loan from the artist

“Hahaha. L’humour de l’art”

Commissaire: Nicolas Liucci-Goutnikov

Jusqu’au 16 janvier 2022.

ING Art Center à Bruxelles

Note de L'Echo:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés