La marque Belgique à l'étalage

Par cette "Lobe City" économe en énergie, vivante et participative, la Belgique se propose de sensibiliser les visiteurs à l’écologie, les ressources de notre planète et les enjeux du développement urbain intense. ©AFP

Entre lutte contre la faim dans le monde et tradition culinaire, l’Expo universelle de Milan pousse les pays à montrer le meilleur d’eux-mêmes.

Le pavillon belge pour l’Expo 2015 brille de mille éclats de lumière sous le soleil de Milan. Son toit en sphère de verre, inspiré des Serres royales de Laeken, surplombe une structure où le bois prédomine et rappelle, selon les souhaits des architectes Patrick Genard et Marc Belderbos, les fermes de la vieille Belgique.

Un mélange insolite de technologies d’avant-garde et de tradition, d’innovation durable et de convivialité ancestrale constitue l’identité d’un pavillon qui met l’accent à la fois sur la durabilité environnementale et la pérennité des meilleures pratiques culinaires nationales, thèmes centraux de l’Exposition.

"L’énergie pour chaque pavillon est limitée. Nous avons donc utilisé des puits canadiens, l’eau chaude provient du système de refroidissement, les cellules photovoltaïques nous donnent l’énergie de pointe en cas de chaleur et l’eau est recyclée par le lagunage", explique Didier Damseaux, directeur du projet pour le groupe belge Besix, responsable de la mise en œuvre du pavillon.

"C’est extrêmement prestigieux d’être un partenaire officiel de cet événement international. Nous aurons de fortes retombées commerciales."
François Delahaut
CEO Cafés Delahaut

Par cette "Lobe City" économe en énergie, vivante et participative, la Belgique se propose de sensibiliser les visiteurs à "l’écologie, les ressources de notre planète et les enjeux du développement urbain intense", explique le Commissaire général belge, Leo Delcroix.

Dans la cave du pavillon, où l’on accède par la "rampe du Futur", les visiteurs peuvent, par exemple, découvrir les avancées technologiques accomplies en Belgique, ainsi que les dernières recherches en matière de production alternative de nourriture, comme l’aquaponie – un écosystème qui réunit la culture des végétaux et l’élevage des poissons –, l’art de cultiver les plantes sans terre, la culture des insectes et des algues.

À l’extérieur, la structure est entourée d’espaces verts conçus pour évoquer la dimension horticole des campagnes belges, mais aussi le développement de l’agriculture urbaine en Belgique: une nouvelle forme de symbiose entre la ville et la nature, telle que l’imagine, par son projet "Verdir", Eric Haubruge, premier vice-recteur de l’Université de Liège, partenaire du pavillon.

Par cette "Lobe City" économe en énergie, vivante et participative, la Belgique se propose de sensibiliser les visiteurs à l’écologie, les ressources de notre planète et les enjeux du développement urbain intense. ©AFP

Mais si la Belgique veut montrer qu’elle est résolument projetée vers l’avenir, elle célèbre aussi, par son pavillon, quelques-uns de ses meilleurs chefs cuisiniers, ainsi que les richesses de sa gastronomie traditionnelle et d’une industrie agroalimentaire qui s’est développée à travers les siècles. Dans l’Atrium, un espace lumineux conçu pour évoquer une place de marché, les visiteurs retrouvent, comme à l’occasion de la dernière Expo de Shanghai, chocolat, gaufres, frites et bières d’abbaye… Mais aussi l’Espresso Milano Blend, un mélange spécial de cafés d’Amérique centrale et latine, spécialement conçu pour l’Expo par le Namurois François Delahaut, héritier de la maison de torréfaction artisanale qui porte son nom, et par ses confrères flamands, les frères Deprez, propriétaires des cafés Viva Sara à Courtrai. Deux vieilles enseignes, à taille humaine, qui ont déjoué la concurrence des grands groupes industriels nationaux.

"C’est extrêmement prestigieux d’être un partenaire officiel de cet événement international. Nous aurons de fortes retombées commerciales et d’image, surtout localement. Avoir été choisis signifie être considérés comme les meilleurs prestataires dans notre domaine, c’est un vrai gage de qualité", déclare avec joie François Delahaut, qui a eu l’idée de cette belle histoire de collaboration à l’échelle nationale.

Nourrir la planète

Une superficie de 1,1 million de mètres carrés, ponctuée de milliers d’arbres, de jeux d’eau et fontaines, contenant, de même, l’immense Parc de la Biodiversité, sera le lieu d’accueil conçu par l’Exposition universelle de Milan. 145 pays, représentant 94% de la population mondiale, 3 organisations internationales, dont l’Union européenne, 13 organisations de la société civile et 5 pavillons "corporate", se réuniront du 1er mai au 31 octobre, autour d’un thème vital: "Nourrir la planète, énergie pour la vie".

SUR LECHO.BE

L'exposition universelle a ouvert ses portes ce vendredi 1er mai à Milan. Le pavillon "durable" des Belges a accueilli ses premiers visiteurs. Par ici la visite!

Les organisateurs affichent, en effet, une ambition de taille: identifier par des séminaires, des rencontres et des ateliers – qui vont être organisés dans le gigantesque site de l’Exposition, mais aussi partout dans la ville lombarde – des solutions durables au fléau de la faim dans le monde.

L’Expo de Milan 2015 sera aussi l’occasion, pour les 20 millions de visiteurs attendus, de réfléchir aux déséquilibres qui traversent la planète: environ 870 millions de personnes sous-alimentées (période 2010-2012), d’une part, et presque 2,8 millions de décès liés à une surcharge pondérale, d’autre part; la pénurie de ressources alimentaires, dans une importante portion de la planète, et le gaspillage systématique d’aliments, dans une autre partie du monde.

Cette réflexion se fonde désormais sur la Charte de Milan, texte de référence de l’Expo 2015, adopté quelques jours avant son ouverture. Élaboré avec le soutien du ministère des Affaires étrangères italien, ce document sur le droit à l’eau et à la nourriture sera le point de départ de tous les débats des prochains six mois.

"Faire partie de la famille"

Mais la participation des pays va au-delà des thèmes abordés. "Notre pavillon s’articule autour d’un grand pont en bois laminé, qui représente l’union du Chili avec le monde." Ces mots de Lorenzo Constans, Commissaire général du pavillon chilien – un espace de 2.000 m² qui est un hymne à la variété géographique et aux richesses du pays – résument le sens profond de la participation d’une nation aux expositions universelles. Ces grand-messes représentent, en effet, une occasion privilégiée pour afficher le désir d’appartenance d’un pays à la grande famille internationale. Pour cette nation à l’extrême pointe de l’Amérique latine, la participation à l’Expo est un moyen d’effacer le sentiment d’un "isolement" d’ordre géographique, mais ce rendez-vous sert aussi à déjouer d’autres typologies de distances. L’Azerbaïdjan, par exemple, par son pavillon aux allures futuristes compénétré par trois biosphères transparentes, désire montrer que, malgré son profil de grand pays producteur de pétrole, il respecte pleinement les ressources naturelles et la biodiversité de son territoire. Ce langage commun, sous l’enseigne d’un développement durable pour la planète tout entière, est aussi adopté par la Russie, malgré les tensions politiques qui l’opposent à la communauté internationale en raison du conflit ukrainien. Le gouvernement russe a, en effet, investi des moyens colossaux pour la construction d’un pavillon de 4.000 m², à la structure semi-transparente qui "s’élance, ambitieuse, vers le ciel".

Quant à la Belgique, sa volonté est de montrer qu’elle peut figurer dans la cour des grands. Lors de la dernière Expo de Shanghai, le pavillon belge avait dépassé toutes les attentes. Avec, chaque jour, presque 40 mille visiteurs, il avait été l’un des plus fréquentés et rentables de l’exposition.

Un succès que les organisateurs belges rêvent d’égaler, voire de dépasser avec cette édition, alors qu’ils pensent déjà à "l’après-Milan". "L’accent a été mis sur le démontage et la récupération des matériaux en vue d’une reconstruction du pavillon en Belgique ou ailleurs", explique Didier Damseaux du groupe Besix.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés