La rumba du Congolais Mode Muntu

©Michael De Plaen

Une existence sans histoire qui en raconte cent, au travers d'une expression frugale.

La galerie Ambre Congo, en parallèle à une monographie consacrée à l’artiste par Michael de Plaen, expose la peinture – souvent à la gouache – de Mode Muntu, peintre congolais au style très personnel, mort à 45 ans à peine, en 1985. Il fait partie des artistes présentés dans le cadre de l’exposition "Beauté Congo" à la Fondation Cartier.

Sorti de l’école des Beaux-Arts de Lubumbashi, celui dont l’oracle Jan Hoet disait qu’il serait le peintre du XXIe siècle voit sa carrière naissante vite interrompue par la sécession katangaise, qui l’oblige à un exil de dix ans.

Jusqu’au 12 décembre à la galerie Ambre Congo, impasse Saint-Jacques 17 à 1000 Bruxelles.

Renseignements: 02/514.02.09. Le mercredi de 15 à 21 h, du jeudi au samedi de 11 à 19 h, le dimanche de 11 à 17 h.

Monographie: "Mode Muntu", par Michael de Plaen (Prisme Editions).

Il reprendra, ensuite, une place en vue, avec des tableaux inspirés de la tradition luba et de ses proverbes.

Ses gouaches, ses latex sur carton adoptent des tons chauds en bi, tri, ou quadrichromie et rappellent Keith Haring, qu’il n’a jamais connu. Ses figures humaines, des silhouettes plutôt, sont confrontées aux animaux, caméléons poissons, serpents, oiseaux dépeints parfois seuls, dans une sorte de sarabande, de rumba congolaise joyeuse qui évoquent aussi les collages de Matisse. "La fête au village", "Les mangeurs de légumes", "Retour de la pêche",… décrivent, sur un mode poétique, tout en sinuosité organique et dans une naïve douceur, une existence sans histoire qui en raconte cent, au travers d’une expression frugale, minimaliste, qui s’explique sans doute par la mort soudaine de Mode Muntu, enlevé trop tôt à une vie qu’il n’a eu de cesse de célébrer…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés