La "textilité" de l’art aux Anciens Abattoirs de Mons

Les "Rubans gradués" de Leila Pile (2020). ©Leila Pile / Becraft

Un parfum de tradition et de savoir-faire belge règne sur la nouvelle exposition "Textilités" qui s’ouvre sur le beau site des Abattoirs de Mons. Une exposition surprenante par sa diversité de techniques et d’interprétations.

Initiée par BeCraft, association faisant la promotion des arts appliqués contemporains, et sous le commissariat de Denise Biernaux, fondatrice et directrice des Drapiers à Liège, «Textilités» regroupe plus 30 artistes contemporains résidant en Belgique et pour lesquels le textile est l’un des moteurs. Car ici, l’énergie vitale des créations est aussi importante que leur forme finale. 

Au fil des années, l’art du textile s’impose peu à peu sur la scène de l’art contemporain. Il y a en effet actuellement un engouement des créateurs à utiliser et à valoriser ce médium ancestral. Tant les plasticiens que les artisans utilisent de nouvelles techniques qui souvent reposent sur un savoir-faire traditionnel, qu’ils s’approprient par l’emploi de matériaux et de techniques contemporains. Voyez par exemple l’œuvre «Chape d’intérieur» d’Elfie Poiré, jeune diplômée de la Cambre: elle opère au départ de mailles en fil de lin et de ciment gris.   

Bien plus que de la tapisserie

Couvrant les murs de la grande halle des Abattoirs, là où autrefois était suspendu le bétail, les trois œuvres monumentales dues à Javier Fernandez attirent d’emblée le regard. Elles sont comme d’immenses tableaux abstraits, faits de fils de rayonne et de coton. Le motif est structuré verticalement par une succession de lignes droites; la juxtaposition délicate des fils de la trame produit des effets d’optique et des nuances de couleurs à l’infini... Ne cherchez ni sens ni symbole, laissez-vous juste emporter par ces grands monochromes aux variations subtiles. Tout en contraste, le travail du prolifique Klaas Rommelaere nous ouvre, lui, un livre sur sa vie avec ses broderies et tissages fait mains.  

Jot Fou, "Arlequin", 2017, laine fil de soie de coton de laine et synthétiques. ©Jot Fou | Becraft

Seul bémol: un accrochage parfois un peu surchargé! Mais la richesse des pièces est tellement belle. Que ce soit par le biais d’ossements humains cerclés de fil rouge de Laurence Dervaux, qui évoquent les muscles, ou encore des anciennes cartes géographiques de Tatiana Bohm perforées de fil noir, donnant l’impression de moisissure, le regard s’impatiente sans cesse à découvrir l’œuvre suivante. Et de nous demander quelle technique elle déploiera, quel matériau nous surprendra: laine cardée, impression sur coton, dentelle, pierre et peau de poisson, métallisation… 

"Ce qui m’intéressait, c’était la diversité et parler des propriétés du textile dans l’art contemporain. J’ai choisi des artistes qui utilisent des matières, la symbolique et l’histoire du textile pour parler de ce dont ils ont envie."
Denise Biernaux
Fondatrice des Drapiers à Liège

On ne manquera pas non plus d’aller découvrir juste à côté à la galerie BeCraft dans l’étable du site, l’exposition/vente des bijoux décalés et chaleureux de la créatrice Cécile Bertrand. Un travail estimé tant pour son savoir-faire que pour l’engagement écologique qu’il reflète. Une belle rétrospective pour une créatrice qui, hélas, nous a quittés trop tôt. 

Exposition

«Textilités»

Jusqu’au 1er août
Site des Anciens Abattoirs, 17/02, Rue de la Trouille, 7000 Mons
www.becraft.org

Note de L’Echo: 4/5

"Velum" de Daniel Henry. ©Daniel Henry

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés