"Le musée ne devait pas être fermé comme un coffre-fort"

Après avoir monté un escalier, il fallait encore contourner ce beau Mellery pour découvrir que l'artiste avait donné le même sens giratoire à sa toile... La belle idée du riverain qui, en juin, accueillait ce chef-d'œuvre du Musée d'Ixelles. ©Clementine ROCHE

Fermé pour travaux, le Musée d’Ixelles vit chez ses riverains en y installant deux fois par an dix œuvres, issues de ses réserves. Une initiative inédite, plébiscitée en juin, et qui se renouvelle ce dimanche. C’est le parcours du "Musée comme chez soi"!

>Ce dimanche 9/12, de 13 à 18 heures, place Fernand Cocq (point info > GOOGLE MAP) et alentours.

©Musée d'Ixelles

Au total, sur trois ans de travaux, six éditions, un week-end en juin, l’autre en décembre, dix œuvres chez dix riverains, soixante œuvres pour soixante foyers. "Les pièces choisies pour l’opération ‘Musée comme chez soi’ sont de premier ordre, nous ne sortons pas de croûtes! Et diverses, à l’instar de nos collections: de l’art ancien, moderne, de l’affiche. Par chance, l’assureur A.D.S. a accepté un plafond de couverture élevé", explique la directrice du Musée d’Ixelles, Claire Leblanc. Quant aux riverains, il sont tout aussi éclectiques: "des profils variés, le critère principal étant la proximité, simplifiant la logistique." (Ici, le reportage vidéo de BX1 en juin dernier)

Du transport à la mise en place, l’équipe technique du musée se déplace et manipule les pièces prêtées. Les tableaux sont disposés sur chevalet, les sculptures, sur socle. "Nos techniciens veillent à des précautions élémentaires: pas d’intérieur surchauffé, qui endommagerait pigments ou vernis, ni cuiseur vapeur, ni friteuse à proximité!" En revanche, le riverain organise sa présentation de l’œuvre.

En juin, lors de la première édition, la famille hôte d’un Jo Delahaut composait des formes en bois en écho de la pièce. Un riverain tendait au visiteur un casque diffusant une bande sonore de sa composition. Une troisième avait recréé un salon fin dix-neuvième autour d’une toile impressionniste. L’œuvre vit ainsi au-delà de l’histoire de l’art et de la muséographie, dans l’intimité d’un intérieur. Des artistes comme Marcel Berlanger ou Emilio López-Menchero ont partagé ce moment avec les hôtes de leurs pièces.

L’édition de juin aura attiré 900 visiteurs (L’Echo des 23 et 26/6). Pour ce week-end de décembre, le tam-tam des réseaux sociaux devrait assurer une réussite supérieure. Le samedi, l’hôte présente son "installation" à ses proches; le dimanche, il ouvre son intérieur au public, qui suit un parcours, de riverain en riverain, entre 13 et 18 heures, au départ de la Place Fernand Cocq.

©Musée d'Ixelles

Rayonnement international

"Tout est né d’une évidence: nous ne voulions pas que, pendant les travaux de modernisation, le musée soit fermé comme un coffre-fort et inerte. Nous nous sommes lancés spontanément, à l’aveuglette", poursuit l’audacieuse directrice. L’idée est venue de l’échange avec Patrimoine à roulettes, une ASBL experte en médiation culturelle et patrimoniale créative, avec laquelle le musée avait déjà collaboré en 2017 pour l’exposition "Hop!" – un dispositif interactif d’œuvres à hauteur d’enfant. "Nous avons notamment partagé notre envie de servir des objectifs pédagogiques", souligne encore Claire Leblanc (Ici, relire son portrait dans L'Echo).

"Nombre de musées européens nous ont sollicités. La presse internationale a réagi avec un intérêt surprenant."
Claire Leblanc
Directrice du Musée d’Ixelles

L’autre exigence était urbaine: que le musée reste intimement lié à la vie ixelloise, et que le chantier ne soit pas que nuisances. Ce musée hors les murs s’inscrit d’ailleurs dans le cadre du contrat de quartier Athénée, attribué par la Région de Bruxelles-Capitale à la commune d’Ixelles, et qui déploie des projets urbanistiques et culturels.

Fort médiatisée en juin, l’initiative intéresse déjà hors Belgique: le Museum des sciences naturelles de Bordeaux, fermé pour travaux en 2019, prévoit ainsi une opération cousine. "Nombre de musées européens nous ont sollicités. La presse internationale a réagi avec un intérêt surprenant. Nous envisageons d’étoffer, en associant des artistes, dans leur atelier, au-delà même d’Ixelles." La troisième aura lieu les 22 et 23 juin 2019, et le musée recherche déjà des hôtes. À bon entendeur.

• Ce dimanche 9/12, de 13 à 18 heures, place Fernand Cocq (point info > GOOGLE MAP) et alentours.

©Musée d'Ixelles

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content