Quand le cerveau nous joue des tours

Nous nous sommes déjà tous et toutes cassé la tête sur l’une ou l’autre illusion d’optique. L’"Illusion Experience" programmée à Tour & Taxis ne se limitera pas à celles-là. ©Tempura

Au printemps prochain, un parcours consacré aux illusions viendra enrichir l’offre culturelle dans la capitale. Culturelle mais aussi scientifique.

Cette "Illusion Experience" est un des derniers chantiers mis en route par les Bruxellois de Tempora ("Warhol, The American Dream Factory", "Hyperrealism Sculpture"). D’ici quelques mois, nous aurons tous les sens en émoi! "On pense que dans l’offre à Bruxelles, il y a vraiment un manque d’un centre de science", explique Benoît Remiche, fondateur de la société. Mais de "la science en s’amusant". C’est sur ce constat que se prépare pour l’instant un parcours destiné à devenir permanent et, qui sait, à être augmenté par de nouveaux modules. L’envie n’est pas seulement de faire œuvre scientifique, aussi ludique soit-elle, mais aussi de coller utilement à l’air du temps. "Les illusions, explique Henri Dupuis, le concepteur de ce 'museum' pas comme les autres, c’est d’abord quelque chose d’amusant, à vivre en famille, en groupe, en classe... Mais nous sommes aussi à l’ère des fake news. Les gens ne savent plus très bien à quoi se raccrocher, qui croire. Nous sommes dans le thème... Au départ, une illusion, c’est une perception qui diffère de la réalité considérée comme objective. Nos cerveaux interprètent parfois la même chose de manières très différentes. Au travers de ce parcours, nous voulons instiller une sorte de doute. Dire qu’il faut apprendre à regarder, apprendre à écouter. Ce qui n’est pas si évident que cela."

Les cinq sens

Nous nous sommes déjà tous et toutes cassé la tête sur l’une ou l’autre illusion d’optique. L’"Illusion Experience" programmée à Tour & Taxis ne se limitera pas à celles-là. Les installations, les illusions présentées concerneront nos cinq sens. Elles seront outre visuelles, tactiles, gustatives, sonores... "Et cela nous laisse une porte ouverte vers d’autres expositions ou extensions, reprend Henri Dupuis. Il y a par exemple aussi ces illusions que nous offrent les 'trucages' au cinéma. C’est un thème que nous pourrions aborder ultérieurement."

"Illusion Experience". Tour & Taxis, Bruxelles, printemps 2022. www.illusion-experience.be.

Si les quelque 1.500 mètres carrés envisagés à proximité du canal ne sont pas encore occupés par l’équipement permanent envisagé, chez Tempora, on se montre cependant confiant. Le public devrait être intéressé. "Le thème de l’illusion est plutôt porteur, dit Benoît Remiche. Et puis, il y a cette volonté d’avoir un centre de science. Où on expliquera, où on pourra éveiller la curiosité tout en restant ludique. Ce ne sera pas un lieu de transmission de savoir. Le langage muséographique a justement ceci comme avantage, c’est qu’on peut à la fois jouer sur le rationnel et l’émotionnel, le ludique..." Il est même question de faire venir, de temps en temps, l’un ou l’autre magicien! "Ils travaillent aussi sur l’illusion, en distrayant le cerveau. Et on leur demandera de temps en temps - ce qui est difficile dans leur monde - de révéler le truc. Justement pour montrer comment, en créant une forme de leurre, le cerveau ne capte pas le moment important du tour."

"Vous pouvez sentir véritablement votre nez qui s’allonge, alors qu’évidemment, ce n’est pas du tout le cas dans la réalité."
Henri Dupuis
Concepteur d'"Illusion Experience"

L’illusion: existe-t-il une entrée plus merveilleuse pour aborder divers domaines scientifiques? "Derrière l’optique, il y a la lumière, commente Henri Dupuis. Qu’est-ce que c’est? Comment se propage-t-elle? Pourquoi est-ce reçu de la sorte dans notre cerveau? Les illusions auditives, elles, nous permettront d’évoquer les ondes sonores..." Cela dit, on ira même bien au-delà de cette "simple" physique. "Quand c’est possible, nous voulons aussi montrer comment le cerveau réagit face à ces illusions. Ce ne sont pas toujours les mêmes emplacements dans le cerveau qui sont sollicités." Et d’évoquer les nombreuses recherches faites dans ce domaine... "À propos des illusions corporelles, par exemple, prenons cette expérience de Pinocchio. Vous pouvez sentir véritablement votre nez qui s’allonge, alors qu’évidemment, ce n’est pas du tout le cas dans la réalité. Mais le cerveau l’interprète comme tel. Comme je le disais, il y a là vraiment tout un domaine de recherche qui s’ouvre. Un autre, qui est très technologique celui-là, c’est de faire ressentir à des pratiquants de jeux vidéo, par exemple, ce qu’ils voient sur l’écran... En somme, par le biais des illusions, on peut vraiment aborder toute une série de phénomènes qui sont très intéressants et qui posent question sur tout ce qui se passe autour de nous."

Un siècle de conflits pour un monde meilleur

Une soixantaine de photos issues de l’agence Magnum dans la collection Lhoist sont exposées à Bastogne. D’une part, dans l’amphithéâtre de l’incontournable War Museum. Là, dix clichés, dont certains réalisés par Robert Capa himself, évoquent quelques épisodes marquants de la Deuxième Guerre, tels que le Débarquement ou, forcément, la Bataille des Ardennes. Les autres photos sont à découvrir gratuitement à l’Orangerie, l’espace d’art contemporain de la ville. Le titre de l’expo (labellisée Tempora) prend là tout son sens puisque, signées par des grands du photojournalisme, elles couvrent des événements comme le génocide rwandais, les guerres d’Espagne et du Vietnam, les attentats du 11-Septembre, la crise de Cuba ou encore, Mai 68.

Exposition jusqu’au 22/8, Bastogne War Museum.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés