Quand Picasso incarnait la musique

"Nu couché et joueur de flûte". ©Succession Picasso

"Les musiques de Picasso", la très riche exposition de la Cité de la Musique, à Paris, explore les liens étroits entre Picasso et la musique, et donne lieu à un double CD chez Harmonia Mundi.

Sans doute ne s’était-on jamais penché avec autant d’acuité sur les influences musicales qui ont nourri, sa vie durant, l’imaginaire pictural de Picasso. C’est donc par ce prisme original que la très riche exposition «Les musiques de Picasso», enfin présentée à la Philharmonie de Paris après avoir été annulée en mars, souligne le lien étroit que ne cessa d’entretenir l’illustre catalan avec la musique, même s’il n’était pas musicien, contrairement à son ami Braque.

Expo & CD

«Les musiques de Picasso»

Ce parcours riche de 270 œuvres a quasiment valeur de rétrospective, en traversant toutes les époques, depuis «L’homme à la mandoline» de 1911 jusqu’aux joueurs de flûte des années 1970. Toiles emblématiques parmi d’autres car, comme le souligne la commissaire Cécile Godefroy, «Picasso voulait représenter la musique telle qu’il la voyait, et non pas son immatérialité, comme le feront Klee ou Kandinsky. Ce qui l’intéressait, c’était la façon dont elle s’incarne dans un personnage, un musicien, une danseuse, mais aussi un instrument.»

Un double CD accompagne l’exposition

L’expo s’enrichit d’ailleurs de 22 instruments ayant appartenu au peintre, et présentés pour la première fois, en parallèle avec les tableaux et dessins qu’ils ont inspirés.

«Ce qui intéressait Picasso, c’était la façon dont la musique s’incarne dans un personnage, un musicien, une danseuse, mais aussi un instrument.»
Cécile Godefroy
Commissaire de l'exposition

Pour produire le double CD qui accompagne l’exposition, Harmonia Mundi n’aura eu qu’à puiser dans son fonds. L’occasion de retrouver une pléiade d’artistes – Roth, Pons, Tharaud, Planès, Heras-Casado, van Spaendonck… – pour un patchwork d’œuvres très librement inspiré du parcours, mais certainement aussi foisonnant que l’univers musical de Picasso. Car ce grand amateur de musiques populaires – cabarets, fanfare, cirque, corrida, flamenco… – fut aussi un artiste en prise étroite avec son temps musical, qui connut entre autres révolutions les ballets russes de Diaghilev et le Groupe des Six avec Milhaud et Poulenc.

On ne s’étonnera pas dès lors de croiser ici Debussy, de Falla, Granados, Rodrigo, Satie, Sarasate, Ravel et Stravinsky, rien de moins. Un puzzle sonore dont Picasso est le fil rouge et dont l’assemblage trouve une justification érudite dans un livret passionnant.    

Exposition Les musiques de Picasso : entretien avec Bernard Ruiz-Picasso et Cécile Godefroy

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés