Strokar ou l'insolence de l'art

©Eric Danhier / EDanhier

Au total, 80 oeuvres sont autant de grenades (ces fruits explosifs) lancées sur les murs de l'espace Vanderborght.

Depuis 2016, avec le street art, Strokar donne une voix à ceux qui n’en ont pas. En 2017, l’enfant grandit, sans s’assagir. Le photographe Fred Atax nous invite dans la rue! Depuis dix ans, ce Capverdien d’origine part à la recherche de l’inaccessible, va c hercher les êtres là où personne n’oserait vivre, dans des pays meurtris, notamment en Afrique de l’Ouest, au Libéria, au Nigéria, au Togo, au Burkina Faso, au Ghana, en Sierra Leone, en République centrafricaine. En 2014, il est aux Philippines, où, après le typhon Wayan, il aide 450 familles à reconstruire leurs maisons. En 2015, au Népal, pris dans le séisme, il part dans la montagne aider les villageois. Fred Atax va chercher l’art là où personne n’oserait le trouver. À son retour, il confie ses images à des maîtres du street art, qui les reprennent et les détournent.

Cette année, Strokar met l’accent sur l’échange humain, avec des images nées chez les rabelados, cette communauté capverdienne dont les 300 membres, depuis la colonisation portugaise, n’ont jamais quitté leur terre et leur lieu de vie. Parmi eux, sept artistes qui, avec des moyens précaires et du matériel prêté par Fred Atax, ont créé un art tribal d’influence naïve. "En Afrique, tout est peint sur les murs: signaux, informations, etc. C’est un mode d’expression naturel, un mode d’être." Ainsi, le street art passe directement des murs de la rue d’Afrique ou d’ailleurs à ceux de Bruxelles. Ce transfert d’un monde à l’autre, c’est, pour ces êtres humains, "faire un pas hors de la tragédie". Au total, 80 œuvres de France, de Belgique, d’Angleterre, des USA, de Madagascar, de la Réunion, sont autant de grenades (ces fruits explosifs) lancées sur les murs de l’espace Vanderborght.

Strokar, Espace Vanderborght, 50 rue de l’écuyer, 1000 Bruxelles, jusqu’au 27 mai. 11h-19h tlj

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés