Une exposition qui ne manque pas d'air

©Maarten De Ceulaer

Designers consacrés ou jeunes talents, belges et venus d’ailleurs: ils sont près de 80 à montrer sur le site du Grand-Hornu ce que leur inspire l’air.

L’air… Ce fluide gazeux composé, constituant l’atmosphère terrestre, dixit le Larousse. Ou, vous dirait un chimiste, ce mélange d’azote, d’oxygène, de vapeur d’eau, d’argon et de quelques autres gaz rares encore. Mais qu’en font les artistes et les designers, au fait? Comment s’inspirent-ils de quelque chose qui est finalement inodore, incolore, invisible? "Design On Air", l’exposition en cours dans le joli cadre du CID, à Hornu, montre que la question est loin d’être saugrenue.

Il y a même matière à y répondre, dans ces six "modules" constituant la scénographie imaginée par le designer d’intérieur bruxellois Benjamin Stoz. Dans chacun d’eux, des objets et des projets (l’exposition en compte près de 80), uniques ou issus de la production de masse, laissent libre cours à l’imagination du visiteur. On peut y voir des liens, mais aussi les prendre comme les nouvelles d’un recueil ou les épisodes d’une série télé, à parcourir dans l’ordre que l’on veut.

Des meubles gonflables

Design On Air, c’est aussi un peu de poésie. De la légèreté. Des respirations qui font du bien à la tête.

"Rempli d’air": tel est par exemple l’intitulé de l’un de ces modules. Une idée farfelue, que ces meubles gonflables des années 1960? Elle titille encore les créateurs d’aujourd’hui! Témoin: la DoNuts dessinée par Dirk Wynants, une sorte de grande bouée ludiquement détournée en meuble de jardin. Si l’air sert à en gonfler, il est aussi propice à former définitivement les objets. Et il n’est pas là seulement question de bibelots en verre soufflé. De nombreuses autres matières peuvent l’être, qu’elles soient naturelles ou synthétiques. Ben Storms et Oskar Zieta donnent ainsi forme au métal par injection de gaz. Le second y ajoute le clin d’œil: ses tabourets semblent être constitués de… ballons gonflables!

Une partie de l’expo est consacrée à cet air que nous respirons et qui pose problème parce que pollué. Philippe Tabet revisite alors à sa manière de designer industriel l’iconique masque vénitien du docteur de la peste. Les siens, conçus par l’artisan Sergio Boldrin (La Bottega dei Mascareri), sont forcément équipés d’un filtre. Allure rétrofuturiste garantie!

Quant à Julian Melchiorri, il étudie la photosynthèse artificielle. Résultat: "Silk Leaf", une feuille artificielle fabriquée à partir de protéines de soie et de chloroplastes, les organites responsables de la photosynthèse chez les plantes et les algues. L’objet, moyennant de la lumière et de l’eau, absorbe le CO2 et produit de l’oxygène! Le chercheur y trouve de nombreuses applications, et pas seulement dans le domaine de l’environnement. Dans celui de l’espace, aussi… En attendant, ce bioingénieur a assemblé ses feuilles sur une structure de lustre, un "bionic chandelier" baptisé Exhale, à même de purifier l’air de nos intérieurs.

Chesterfield de science-fiction

Ventilateurs, instruments à vent et bouilloires illustrent l’air en mouvement. Et puis on l’oublie parfois, mais il n’est pas un très bon conducteur de chaleur. Et fait donc par conséquent un intéressant isolant thermique. Il a trouvé une application bien pratique dans la vie de tous les jours, se dit-on en voyant ces verres à café imaginés par l’orfèvre alostoise Nedda El-Asmar pour la marque Jacqmotte: elles sont courantes dans le commerce, les "tasses" à doubles parois grâce auxquelles on ne se brûle plus les doigts.

Très technique, tout ça? Design On Air, c’est aussi un peu de poésie. De la légèreté. Des respirations qui font du bien à la tête. Dans sa série Mutation, le "Belge" Maarten De Ceulaer a notamment imaginé un sofa qu’on rebaptisera vite Chesterfield de science-fiction. De ce look, il disait à l’époque qu’il pouvait notamment être vu comme "une mutation de cellules, une réaction chimique, ou encore le développement incontrôlé d’un virus". Dans le cadre de cette exposition, on y verra aujourd’hui un agglomérat de bulles de savon…

Design On Air, jusqu’au 13 octobre au Centre d’innovation et de design, à Hornu. www.cid-grand-hornu.be


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect