Publicité
Publicité

Une odyssée dans l'art contemporain au LAAC

©Jacques Quecq d'Henriprêt / ADAGP

Dialogue entre les collections du LAAC de Dunkerque et de la Société Générale, l’exposition "20 000 lieux" embarque le visiteur dans un voyage imaginaire et intérieur. Juste à côté, les œuvres de Jean Dewasne jouent les phares de l’abstraction géométrique.

Ville portuaire oblige, le périple débute par des visions de l’océan ou de ses rivages à tarvers des photographies d’artistes d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique du nord. Celles par exemple du photographe Patrick Messina. Ce dernier immerge le regard dans l’immensité infinie de la mer, réduisant la profondeur de champ pour créer de grandes zones de flous d’où émergent des bateaux minuscules, mais parfaitement nets que le mouvement des vagues semble absorber. Une perte de repère, une sensation d’infini également retrouvée dans "Bleu pâle à Royan" d’Olivier Debré, un monochrome seulement perturbé de quelques accidents colorés renforçant l’impression d’infini. Alfred Menessier, dans "Grand Nord", présente une vaste étendue géométrique, tourmentée, prise dans la banquise de cette grande toile. Contrastant avec cette fougue, la série de sept photos de la plage de Balista en Corse par Thibaut Cuisset est d’une épure sereine.

Une même volonté de mise en connexions de la part des commissaires Victor Vanoosten et Aude Cordonnier se retrouve dans la deuxième salle, où pointe également celle de mettre en rapport l’exposition avec son lieu d’accueil. Avec comme thème la ville, l’ensemble de ces photographies ont en commun de montrer des carrés, forme géométrique omniprésente dans le bâtiment abritant le musée. Ainsi, les photographies de blocs de béton sur la plage de Gravelines de Marie-Jésus Diaz et retravaillées à l’ordinateur sont mises en dialogue avec celles d’Alger de Kader Attia.

©Emmanuel WATTEAU / ADAGP

À "La cour intérieure, Marseille", contre-plongée d’un immeuble du quartier de Belsunce qui devient un quadrilatère de béton tourné vers le ciel et zébré de cordes à linge, répondent les clichés colorés de Stéphane Couturier. En photographiant dans son ensemble le décor peint d’immeubles de Chandigarh (ville indienne imaginée par Le Corbusier), il leur a donné l’aspect vertigineux d’un immense tableau abstrait.

Le dernier volet de ce triptyque s’ouvre sur les voyages imaginaires. Ceux d’Étienne Pressagers qui, avec ses "Îles capitales" dessine, à l’aide de lettres découpées dans le bois, un archipel de trois grandes îles formant un nouveau territoire, littéraire et poétique.

À ses côtés, une expansion de César surplombant un magnifique logogramme de Christian Dotremont, grand voyageur imaginaire, et qui conclut ce périple dans les contrées de l’art contemporain avec cette belle interrogation: "Vous voyagez beaucoup?"

Pop géométrique

Parallèlement à "20 000 lieux", le LAAC de Dunkerque propose une petite exposition consacrée à Jean Dewasne.

L’artiste lillois, dont le musée vient d’hériter d’une quinzaine d’œuvres, se caractérise par un pop art géométrique et coloré, très populaire dans les années 70.

Outre les œuvres héritées, sont également montrées des œuvres de l’artiste issues du Musée de Cambrai. Celles-ci consistent en la récupération d’éléments de carrosserie de véhicules (camions, voitures…) que Jean Dewasne a recouverts de peintures industrielles.

En écho à cette salle, une autre évoque le lien justement entre création artistique et le monde de l’industrie en présentant des artistes tels que César ("Compressions de voiture"), Andy Warhol ("Car Crash") ou, moins connu, Hollevout et sa trabant décorée avec les aventures d’un super-héros.

Une troisième salle met en résonance des créations d’art abstrait: deux œuvres énormes de Georg Karl Pfahler y côtoient celles, plus petites et sobres de Guy de Lussigny, admirateur de Dewasne, ou celles toujours géométriques, mais en relief, de Domela.

Le LAAC, musée en forme d’atrium qui permet des mises en rapport autour de l’énorme puits de lumière central, profite de cette exposition pour remettre en lumière dans une salle "best of" les œuvres de Soulages, Viallat, Eugène Leroy et Arman.

Expositions "20 000 lieux" et "Donation Dewasne" Jusqu’au 8 mars 2015, au LAAC, à Dunkerque. www.musees-dunkerque.eu

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés