12 restaurants qui valent le détour

Bloomberg épingle douze restaurants à travers le monde qui méritent le détour.

Le concept du "voyage gastronomique" et des "buckets restaurant list" est peut-être cliché, mais ca marche toujours. Qui n'a donc pas été inspiré par ces listes d'enseignes de la restauration au cours de ses voyages.

Les spécialistes de la gastronomie de Bloomberg ont donc sillonné le monde à la recherche des meilleures tables, ou des plus pittoresques. Voici leur sélection; une sélection qui passe du poulet frit en Californie, au paysage sublime d'un restaurant provençal, sans oublier une salle à manger sans fioriture au Vietnam.

Maaemo à Oslo

Une destination surprenante pour un dîner dans la capitale norvégienne. Dans le quartier d'affaires près de la gare, le restaurant Maaemo offre une vue sur les voies ferrées où défilent les trains. Triple étoilé au Michelin, il propose une cuisine qualifiée de "nouvelle nordique". Les ingrédients locaux sont cuisinés via de nouvelles techniques. Vous pourrez ainsi déguster le fromage légèrement gelé aux œufs de saumon sauvage et de langoustines.

Steirereck à Vienne

©doc Steirereck

Le Steirereck est souvent décrit comme de Noma d'Autriche: un menu moderne dans une ville qui n'est pas connue pour sa gastronomie. Installé dans un ancien immeuble totalement rénové et rehaussé d'un mur de verre au milieu du parc de la ville, le chef Heinz Reitbauer propose une cuisine inventive avec notamment ses écrevisses pochées à l'eau de coco avec une salade céleri, ou son boeuf grillé à la crème de pommes de terre, graines de pavot et oseille alpine. A l'abri des regards pour un moment plus décontracté, le Steirereck propose aussi son bar à vin, le Milchbar 

©doc Steirereck

Elkano à Getaria 

Situé le long d'une petite plage entre Bilbao et Saint Sébastien, le Elkano est réputé pour ses plats de poissons.  Le chef et propriétaire des lieux, Aitor Arregui, cuit les produits locaux de la mer sur une batterie de grills remplis au charbon de bois de chêne. Sa spécialité: le turbot grillé recouvert d'un mélange secret à base d'huile, de vinaigre et de sel créé par la grand-mère du chef.

Mirazur à Menton

Entre montagnes et Méditerranée, sur la Côte d'Azur à quelques encablures de l'Italie: Menton et le Mirazur (deux étoiles au Michelin). Dans une salle à manger surplombée d'une rotonde datant de 1930, le restaurant offre une vue spectaculaire. Le chef d'origine argentine, Mauro Colagreco, se dit inspiré "par la mer, la montagne et les fruits et légumes cultivés dans ses propres jardins". Ses assiettes épurées, picturales, colorées jouent sur les textures et les associations audacieuses.

©doc Mirazur

→  SingleThread Farms à Healdsburg

©Doc SingleTread Farms

Dans la ville californienne endormie de Healdsburg, au bord du pays du vin, le chef Kyle Connaughton dirige le SingleTread Farms. Dans l'assiette, il utilise des ingrédients de la ferme gérée par sa femme Katrina. On y déguste ainsi des huîtres recouvertes de caviar et décorées de minuscules fleurs , le tout disposé sur une branche moussue. Le chef met l'accent sur les influences japonaises avec des ingrédients californiens: foie gras salé aromatisé au cacao et au thé rooibos. Outre le restaurant, le site compte aussi une auberge et cinq chambres.

©Doc SingleTread Farms

→  Blue Hill at Stone Barns à Hudson Valley

De nombreuses tables de la liste relèvent, avouons-le, du rêve. Réussir à avoir une table est de l'ordre du "peu probable". Pas au Blue Hill at Stone Barns. A 45 minutes en voiture de Manhattan, le restaurant new-yorkais est situé sur un ancien domaine de Rockefeller, dans un vieux bâtiment en pierre. Le chef Dan Barber reçoit ses clients avec de petits cahiers à la place des menus. Dans l'assiette radis, navets et autres légumes minuscules sont épinglés verticalement sur une dalle de bois pour les collations. Vous y dégusterez aussi les meilleurs œufs de votre vie, chauffés dans la chaleur générée par un tas de compost, ou un hot-dog de la betterave et de cochons élevés en liberté.

The Lost Kitchen à Freedom

Dans un cadre pittoresque du Maine, un moulin à farine de Nouvelle-Angleterre. Accessible par un pont surplombant une cascade, The Lost Kitchen vous accueille. Son chef, Erin French, ouvre seulement quatre jours par semaine et huit mois par an. Avec une capacité de 40 couverts, les places sont convoitées. Dans les assiettes, des plats exquis et simples qui utilisent des ingrédients locaux tels que des palourdes pour le célébrissime "chowder", des craquelins salés faits maison ou du thon rouge du Maine avec de petits navets.

©doc The Lost Kitchen

Raymonds Restaurant à St. John's

Sur la côte canadienne à St John's, Le Raymonds Restaurant n'est pas l'adresse la plus connue des gourmets canadiens. En pêcheur et chasseur passionné, le chef Jeremy Charles propose l'original finocchio (salami) fait maison, des pétoncles géants de la région garnis d'œufs fumés, et de la perdrix sauvage boisée avec de la sauce aux baies de sureau. Même la carte des vins, qui met en avant les meilleurs producteurs du pays, vous donne envie de célébrer le Canada.

©Doc Raymond

Sushi Saito à Tokyo

L'agitation autour de Jiro est toujours aussi assourdissante. Il devient difficile de se rappeler qu'il existe d'autres lieux de sushi à Tokyo. Joel Robuchon, le chef français qui a compilé 31 étoiles au guide Michelin, a qualifié Saito de meilleur restaurant de sushis au monde. Takashi Saito travaille les fruits de mer, les thons maigres à gras. La qualité y est extraordinaire comme la finition du riz.

©doc Suschi Saito

 → Cha ca la Vong à Hanoi

Il n'y a pas de doute sur ce que vous mangerez dans ce restaurant plutôt quelconque d'Hanoi. Cha ca la Vong vous propose du poisson-chat grésillant aux saveurs des herbes, des épices et des piments. Le nom du plat est celui du restaurant très populaire à Hanoi mais aussi de la rue où il siège. L'expérience est inédite: un brûleur avec une poêle usée est installé à votre table commune. Puis à vous de faire le reste.

→ Helga's Folly au Sri Lanka

Soyons honnêtes, le Helga's Folly n'attire pas que pour sa carte de plats sri-lankais comme la soupe épicée à la noix de coco, les gâteaux de poisson et les currys. Cet hôtel gothique situé sur une colline au milieu de la jungle près de Kandy est une expérience à part entière. L'air chaud y est épais avec des parfums exotiques. Le son des insectes résonne. Les salles sont remplies de peintures mystérieuses. La cire des bougies coule sur le sol. Vivien Leigh, Laurence Olivier, Peter Finch, David Lean, William Holden et Gregory Peck ont tous foulé le sol de la maison sous le regard de la propriétaire énigmatique, Helga de Silva Blow Perera, célébrée par les stars Britpop The Stereophonics dans leur chanson, Madame Helga.

©Doc Helga's Folly

→ Gustu en Bolivie

Claus Meyer, fondateur de Gustu ©Doc Gustu

Le Pérou et sa gastronomie sont très en vogue mais la Bolivie voisine n'a pas encore réussi à séduire les papilles des touristes et pourtant.... Gustu mérite d'être considéré, à la fois pour la qualité de sa cuisine mais aussi pour l'importance de sa mission d'éducation des jeunes défavorisés et de soutien aux agriculteurs du pays. Dans les assiettes Gustu rien que des ingrédients provenant des fermes de la région. Une école est aussi attachée au restaurant. Au menu, du lama cru avec des câpres salées de Tarija, arrosées de vin bolivien. Gustu a été ouvert en 2013 par Claus Meyer, cofondateur de Noma, qui a installé la cuisine du chef danois Kamilla Seidler. 

©Doc Gustu

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content