Le Beaujolais nouveau, la sortie qui lasse

Au Japon, le rituel annuel a été respecté dans une station thermale proche du Mont Fuji avec la proposition d'un bain de Beaujolais nouveau - présumé bon pour la peau - jumelé à une dégustation. ©AFP

Même si quelques traditions persistent, la sortie du Beaujolais nouveau ne semble plus susciter autant l'enthousiasme. La mode est passée en Europe.

De France au Mont Fuji où l'on se baigne dedans en passant par Manneken Pis qui le "distille" par voie naturelle, le "Beaujolais nouveau", sorti jeudi, a coulé à flots même si l'enthousiasme semble se tempérer au fil des années.

"Beaucoup de fruit, du croquant, du gouleyant et de la fraîcheur"... Le millésime 2013 de ce vin qui n'a fermenté que quelques jours est comme à l'habitude du gamay noir à jus blanc venant des 18.000 hectares de vignes implantées dans le centre-est de la France.

Considéré par ses détracteurs comme un "vin industriel" de qualité médiocre et sans lien avec les Beaujolais-Villages ou les dix crus recensés dans ce vignoble - Brouilly, Chiroubles, Chénas, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à Vent, Régnié et Saint-Amour -, le primeur tentait cette année de retrouver quelques lettres de noblesse.

"Ce Beaujolais nouveau me faisait un petit peu peur parce que la vendange était tardive et finalement il se révèle très précoce, on le sent robuste, il a des parfums de mûres, de framboises, même un petit peu de cerises", a résumé l'écrivain français Bernard Pivot, spécialiste du vignoble.

En bref

En 2012, près de 100 millions de bouteilles de Beaujolais ont été commercialisées dans le monde, dont 32 millions de primeur, exportées pour près de la moitié dans 110 pays.

La sortie du Beaujolais nouveau est "plus un évènement qu'une boisson", a ironisé de son côté Hugh Johnson, lui aussi écrivain mais Britannique, spécialiste réputé en vins.

 

A Bruxelles, la célèbre petite statuette du Manneken Pis répandait le breuvage rouge et non plus son eau habituelle. Au Japon, le rituel annuel a été respecté dans une station thermale proche du Mont Fuji avec la proposition d'un bain de Beaujolais nouveau - présumé bon pour la peau - jumelé à une dégustation.

Le Japon est de loin le premier marché d'exportation du Beaujolais nouveau, avec des ventes trois fois plus importantes qu'aux Etats-Unis. En Asie, Chine ou Singapour restent aussi friands de ce vignoble. La dégustation chinoise s'est faite dans certains bars sur fond de chants révolutionnaires...

En Europe, l'effet "Beaujolais nouveau" semble dans certains pays passé de mode. Au-delà de quelques soirées à thème ici ou là, l'Allemagne, et encore moins la Pologne, ne participent pas ou plus à l'engouement. La Russie maintient son intérêt, "le même qu'il y a dix ans", selon le service de presse des magasins spécialisés dans le vin "Aromatnïï Mir". A Londres, où vit une importante communauté française, le breuvage qui semble là aussi en perte de vitesse fait paradoxalement l'objet de "Beaujolais Breakfasts" (petit-déjeuners) dans certains bars à vins.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés