Notre sélection de cigares "long fillers" à moins de 15 euros

©Belpress.com

Devenu très tendance depuis quelques années en témoignent les nombreux "clubs" qui lui sont dédiés le cigare a acquis une dimension internationale tandis que sa production devenait de plus en plus "haut de gamme".

Si dans l’existence, les moments de plaisir sont éphémères, les produits qui en sont à l’origine réclament bien souvent des mois, voire des années, de travail soigné, précis, spécialisé. Il en va, par exemple, du vin et de certains grands alcools. Et aussi du cigare "premium". Produit naturel, il nous vient de plantations très limitées dans le monde. Car le plant de tabac est exigeant. Et peu d’endroits dans le monde conjuguent sol, température et humidité qui lui sont optimaux. À l’instar du vignoble pour le vin.

Où?

Bien sûr, il y a la mythique île de Cuba. Mais aussi la République Dominicaine, le Nicaragua, le Honduras. Et encore, le Costa Rica, L’Equateur, la Jamaïque, le Brésil…

À l’ouest de Cuba, la plus grande île des Caraïbes, dans la vallée de la Vuelta Abajo, un terroir exceptionnel permet de produire les cigares les plus complexes au monde grâce au soleil (mais pas trop), une terre rouge et des vents marins.

Après la révolution cubaine de 1959, de nombreux Cubains sont partis de leur île, emmenant avec eux de précieuses graines. Ces émigrés se posèrent en République Dominicaine, au Nicaragua, au Honduras, aux Canaries… Ils y ont trouvé des lieux aux conditions climatiques souvent très semblables à leur pays natal. Lorsque John Kennedy signa le traité concernant un embargo pour tout produit cubain fabriqué sur cette île désormais castriste, celle – presque voisine – de Saint Domingue, ne savait pas encore qu’elle allait en profiter. Aujourd’hui, ce pays est devenu le premier producteur et exportateur (surtout vers les Etats-Unis) de cigares "premium". Depuis peu, les terroirs du Nicaragua et du Honduras intéressent les aficionados du monde entier tout comme d’importants producteurs qui y ont également des plantations. Davidoff est devenu très œcuménique dans ses offres de cigares, incluant non seulement l’île caribéenne (où il avait exilé après son divorce avec Cuba), mais aussi ces deux pays d’Amérique centrale.

Un peu de vocabulaire

Le langage du cigare peut dérouter les apprentis aficionados. Voici ce qu’il faut élémentairement savoir.

"Long Filler": Se dit d’un cigare roulé à la main ("hecho à mano") composé de feuilles entières, par opposition à celui "short filler" produit avec du tabac haché et fabriqué à la machine.

Cape: C’est l’enveloppe du cigare qui habille, toujours en feuilles entières pour les "long fillers", la sous-cape et la tripe. Celles de l’État américain du Connecticut sont renommées et sont souvent utilisées, notamment pour les cigares dominicains.

Module: Il s’agit d’un format de cigare. Rentrent principalement en adéquation des paramètres comme la longueur et le diamètre. Le "robusto" est aujourd’hui le module le plus apprécié et le plus vendu, surtout pour les cigares cubains. Il procure un volume aromatique permettant de dégager beaucoup d’ampleur.

Torcedor: C’est l’homme et la femme qui confectionnent et roulent les cigares "a mano". À oublier, le mythe de Carmen qui inspira Bizet: les torcedoras ne roulent pas les cigares sur leurs cuisses!

Assemblage: Comme pour le vin et ses cépages, les cigares peuvent être le résultat d’un assemblage de plusieurs terroirs, plusieurs pays. À l’exception de Cuba (où tous les cigares sont produits avec exclusivement du tabac de l’île), les autres pays procèdent généralement à des mixités de feuilles de différentes origines.

Ma sélection

1. H.Upmann Magnum 46 (Cuba) – "corona gorda"

Il est aujourd’hui un grand classique des cigares cubains, dégageant – de plus – un large consensus entre les amateurs et les consommateurs plus avertis. On applaudit sa constance qualitative, son équilibre entre rondeur et puissance, son évolution graduelle lors de sa dégustation.

→ Note de puissance: 8/10 - Prix: 12 euros

2. Balmoral Anejo XO, gran magnifico (Brésil, République Dominicaine, Nicaragua) – "figurado"

Patron de cigares populaires (Agio), Boris Wintermans propose cette ligne de cigares sous le nom Balmoral. Ils sont de plus en plus appréciés par des aficionados avertis. Avec trois origines de tabac, cette édition limitée maturée durant six mois en chambre doublée de cèdre (!), nous offre des évocations subtilement vanillées et cacaotées.

→ Note de puissance: 7/10 - Prix: 9 euros

3. Partagas Maduro N°1 (Cuba) – "robusto"

Après une longue période de fermentation, ce Partagas fait honneur à cette marque emblématique, connue pour ses cigares puissants. De la générosité, de l’opulence, des évocations de torréfaction et de piments doux. Hélas, sa disponibilité commence à se raréfier…

→ Note de puissance: 9/10 - Prix: 12,90 euros

4. Davidoff Yamasa (République Dominicaine) – "petit Churchill"

Unique: un cigare issu à 100% de tabac dominicain. Le registre aromatique, sa richesse, en fait une pièce atypique pour ce pays. Notes poivrées et univers très boisé qui s’estompent quelque peu en finale.

→ Note de puissance: 8/10 - Prix: 13,90 euros

5. Vega Fina Anejado 7 años (Equateur, Indonésie, République Dominicaine, Nicaragua) – "robusto extra pig tail"

Cette marque, trop peu connue en Belgique, suggère ce module à un prix très. Notes de bois de cèdre, de cuir, de cacao et une finale sur les agrumes (pamplemousse rose). Maturé sept ans, il impose – de par ses origines diverses- une belle complexité.

→ Note de puissance: 8/10 - Prix: 8 euros

6. Nicarao Especial (Nicaragua) – "toro"

Après des études d’agronomie à l’ULB, le Belge Didier Houvenaghel poursuit une formation à Cuba avant de créer sa propre marque en duo avec un producteur du Nicaragua, AJ Fernandez. Avec la ligne "especial", ils souhaitent faire apprécier des cigares délicats, moyennement puissants, à la touche légèrement marquée par des évocations boisées. Très charmeur.

→ Note de puissance: 7/10 - Prix: 9,90 euros

7. The Griffins (Nicaragua) – "gran toro"

Gros et moelleux: ce n’est pas incompatible. Avec ses notes d’épices douces et de fruits secs, ce gros module, assez souple, est l’idéal pour les débutants désireux de découvrir des cigares visuellement imposants. Initiatique, en quelque sorte.

→ Note de puissance: 6/10 - Prix: 13 euros

8. Romeo y Julieta, Wide Churchills (Cuba) — "robusto"

Discret en début de dégustation, il monte doucement en puissance toutefois retenue, toujours maîtrisée. Palette aromatique complexe (fruits secs, notes végétales, épices comme les baies roses). Une bonne approche pour les amateurs découvrant les cigares cubains.

→ Note de puissance: 7,5/10 - Prix: 12,90€

9. Avo Syncro (Equateur, République Dominicaine, Nicaragua, Pérou)

Un cigare plat: c’est rarissime! Le pianiste et compositeur Avo Uvezian avait créé une ligne de cigares avant que sa marque ne soit rachetée par le groupe Davidoff. De ce module "box pressed", déroutant à fumer de par sa forme inhabituelle, on retient ses notes terreuses et poivrées.

→ Note de puissance: 7/10 - Prix: 12,50 euros

10. Macanudo Inspirado (Honduras, Nicaragua, République Dominicaine) – "robusto"

Cette marque propose la gamme "inspirado", résultat d’un assemblage de tabacs venant de trois pays. Avec des notes florales en début de combustion, il évolue vers davantage de puissance et des évocations boisées-épicées.

→ Note de puissance: 7/10 - Prix: 9 euros

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content