Nouvelles tendances à portée d'assiettes

©KRISTEL MERCKX

Nouvelles enseignes dans l’univers de la cuisine ethnique avec "foodtrotter" et, depuis cette semaine, "Gatsu Gatsu". On mange sur place, ou on emporte pour déguster à la maison.

Ouvert voici près de six mois, "foodtrotter" a développé l’idée de plats venant de quatre continents (tiens, on a oublié l’Océanie). Des plats préparés que l’on déguste sur place ou en "take away". À côté de l’initiateur de ce concept, Erik Smeys (distributeur en Belgique du caviar Chatka), on trouve un chef d’origine française (il est charentais) travaillant au restaurant Windows de l’hôtel d’Angleterre à Genève, Philippe Audonnet. C’est lui le responsable de la mise au point des recettes. Les plats? Ils se déclinent par continent. Des grands classiques comme la feijoada brésilienne, le jambalaya louisianais, le rougail de crevettes mauricien, le couscous marocain, la moussaka grecque et… les carbonades à la flamande. "Ils changent régulièrement. On va introduire une gamme de plats végétariens, également par continent comme le chili sin carne et aussi le concept ‘Les tartinables de la mer’: de petits bocaux de salades marines accompagnés du pain de votre choix", nous explique Charline Maati, gérante du premier "foodtrotter", un concept qui a en projet une déclinaison dans plusieurs villes du pays.

"Les préparations sont cuites individuellement à la vapeur. Grâce à la flash pasteurisation, ils conservent toutes les qualités gustatives et nutritives de ses ingrédients."
Il suffit de les réchauffer trois minutes au micro-onde. Un signal sonore prévient de la fin de cuisson. Les plats sont cuisinés à Heppignies dans le Hainaut puis conditionnés en sous-vide. Les salades composées proviennent de légumes achetés auprès de producteurs belges. Les tendances?
"Elles dépendent de la météo. On choisit des plats plus copieux, type carbonades, lorsque le thermomètre n’est pas très élevé. Mais les plats exotiques sont les plus sollicités comme par exemple les déclinaisons de poulet (coco curry vert, tikka massala)", précise Charline. Les portions? Elles sont de 400 grammes et, dans certains cas, un peu disproportionnées entre d’un côté la viande, la volaille ou le poisson et de l’autre, l’accompagnement. Les prix? Les soupes (5,50-6,50 euros), les salades (7,50-8), les plats (8-9) et les desserts (4).

Manger sur le pouce, le bol sous le menton

"Gatsu Gatsu" signifie la façon de manger sur le pouce, le bol sous le menton.

Autre exemple de cette tendance: il s’est ouvert cette semaine. Tijani El Ouazyghari avait découvert l’Asie du sud-est lors de son voyage de noces. Après une expérience dans la cuisine asiatique traditionnelle, il lance "Gatsu Gatsu", un nouveau concept dans un esprit street food, très tendance actuellement. Mais il lui préfère néanmoins l’expression "fast casual". Le cadre? Très urbain avec des enseignes lumineuses, des néons. C’est une agence de design anversoise (Pinkeye) qui s’en est chargé. Cuisine ouverte où l’on observe les cuisiniers officier devant les flammes impressionnantes de leurs woks. Dans l’assiette (plutôt dans les bols)? On compose son wok parmi les ingrédients proposés. La base? Du riz et des nouilles (même bio et sans gluten). Et comme accompagnements, viandes, poissons et légumes et encore sauces et nappages. Les légumes sont frais et les sauces confectionnées dans le restaurant. Pour les prix, il faut compter une dizaine d’euros pour un repas avec boisson. Quant au nom choisi pour ce nouveau concept, "Gatsu Gatsu", il signifie la façon de manger sur le pouce, le bol sous le menton.

Foodtrotter Chaussée de Charleroi, 27 1060 Bruxelles Du lundi au vendredi, de 7 à 19h Samedi de 9 à 18h Fermé dimanche et jours fériés Tél. 02/537 47 83 www.foodtrotter.com Takeaway Livraison à domicile par Urban Eats

Gatsu Gatsu Rue du Marché aux Herbes, 99 1000 Bruxelles Tél. 02/514 15 95 www.facebook.com/GatsuGatsuBxl

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés