nécrologie

Paul Bocuse: 1926-2018

Paul Bocuse, "c'était la France, la simplicité et la générosité". Le chef cuisinier Paul Bocuse est mort, annonce le ministre français de l'Intérieur. Il allait avoir 92 ans.

Le "père de la gastronomie française", Paul Bocuse, est décédé, a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur et ancien maire de Lyon, Gérard Collomb sur son compte Twitter. Il allait souffler en février ses 92 ans et souffrait depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson.

The Culinary Institute of America l'avait désigné "Cuisinier du siècle" en 2011. Pour Gault et Millau, il était devenu en 1989 le "Pape de la gastronomie".  Il a dirigé de nombreux restaurants dont L'Auberge du Pont de Collonges près de Lyon.

Des générations de cuisiniers

Paul Bocuse était issu d'une longue lignée de cuisiniers. Chez les Bocuse, on était aux fourneaux depuis le 17e siècle. Son grand-père paternel était propriétaire du restaurant Bocuse, à Collonges-au-Mont-d'Or. Ses grands-parents maternels tenaient l’Hôtel du Pont, situé à 400 mètres du précédent. En 1936, ses parents s'installent dans l'hôtel maternel qui devient L’Auberge du Pont. Passionné de pêche et de chasse, le jeune Paul Bocuse ne dérogera pas à la tradition familiale.

"Pour moi c'était un peu un papa, parce que j'ai perdu mon papa très jeune et c'était quelqu'un qui représentait beaucoup pour moi."
Régis Marcon
Chef triplement étoilé et président du concours du Bocuse d'Or France

Blessé alors qu'il s'était engagé volontairement en 1944 dans l'Armée française de la Libération du général de Gaulle, il commence sa carrière de cuisinier comme apprenti chez Eugénie Brazier, dite la "mère Brazier", au col de la Luère, à Pollionnay.

Il est ensuite engagé dans un prestigieux restaurant de la place de la Madeleine à Paris où il travaille avec le grand chef cuisinier Gaston Richard. Dans les années 1950, il  assiste les grands chefs Fernand Point et Paul Mercier. Il passe huit années chez Fernand Point, son père spirituel, mentor et un de ses modèles.

©AFP

En 1958, il rentre définitivement à Collonges et obtient sa première étoile au Guide Michelin avec son père, qui disparaît un an plus tard. Il reprend L'Abbaye de Collonges, dont il fait un haut lieu de réception de prestige.

En 1961, Paul Bocuse remporte le titre de Meilleur ouvrier de France, le seul concours qu'il ait jamais disputé. Il avait été recalé en 1958. C'est le titre dont il est le plus fier et son équipe compte historiquement de nombreux MOF.

"Son nom seul résumait la gastronomie française dans sa générosité, son respect des traditions mais aussi son inventivité. Les chefs pleurent dans leurs cuisines, à l'Élysée et partout en France. Mais ils poursuivront son travail."
Emmanuel Macron
Président français

La deuxième étoile viendra en 1962 suivie de la troisième en 1965. Cinq ans plus tard, il crée la société Grande cuisine française: objectif défendre cette cuisine qu'il aime tant. Pour ce faire, il s'associe à des grands noms de la gastronomie: Henri Gault et Christian Millau du Gault et Millau, Gaston Lenôtre...

Paul Bocuse s'exporte aussi. Au détour d'un contrat signé en 1980 avec Disney, il devient avec Roger Vergé et Gaston Lenôtre, l'exploitant des restaurants des parcs en Floride d'Epcot Center et de Disney World. Il ouvre aussi ses premiers corners au Japon.

En 1987, il crée le concours mondial de la cuisine (Bocuse d'Or) qui est aujourd'hui un des plus prestigieux concours de gastronomie du monde.

Il sera enfin, fait officier de la Légion d'honneur par  Valery Giscard d'Estaing.

©AFP

Souffrant de la maladie de Parkinson et préparant sa succession, il avait ouvert en 2010 le capital de ses brasseries lyonnaises et placé des proches à des postes stratégiques en France et aux Etats-Unis. "Je travaille comme si j'allais vivre 100 ans et je savoure la vie comme si chaque jour était le dernier", se plaisait à dire ce séducteur invétéré, qui arborait fièrement un coq tatoué sur son épaule par les Américains pendant la guerre.

Son incroyable appétit de vivre s'exprimait aussi dans la vie privée de ce polygame assumé: marié depuis 1946 à Raymonde, qui lui  a donné une fille, Bocuse a également partagé sa vie pendant plus de 60 ans avec Raymone, la mère de son fils Jérôme, et pendant plus de 40 ans avec Patricia, qui gère sa communication.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content