Publicité

Pour le bonheur des papilles et le plaisir des yeux

On vient aussi au "Brugmann" pour la cuisine du chef Matthias Van Eenoo. ©Dieter Telemans

À Bruxelles, la terrasse du Brugmann donne sur un parc public. Un bel atout estival, pour ce nouveau restaurant logé dans un hôtel particulier.

Le lieu a d’emblée charmé les Bruxellois. Ouvert depuis le début du mois de mai, ce nouveau restaurant est lové dans une maison de maître, un hôtel particulier, typique de l’avenue Brugmann. Il abrita la Commission royale des monuments et des sites avant d’être transformé en espaces de réception pour des cours de cuisine et de vin: le sommelier Eric Boschman tout d’abord, puis l’équipe d’Yves Mattagne. Les nouveaux propriétaires n’ont judicieusement pas souhaité dénaturer ce patrimoine, entièrement restauré et rénové, mais au contraire l’embellir, le sublimer. Banquier, mécène et propriétaire foncier, Georges Brugmann aurait apprécié.

En contrebas, le joli parc de l’abbé Froidure constituait le jardin de la maison. Ce parc public offre une entrée supplémentaire au restaurant.

On y découvre plusieurs espaces de réception, dont un petit boudoir cosy à l’impressionnante cheminée en marbre. Les salles s’ouvrent sur une vaste terrasse pouvant accueillir une quarantaine de convives.

En contrebas, le joli parc de l’abbé Froidure qui, jadis, constituait le jardin de la maison. On y donna, paraît-il, de fastueuses réceptions. Ce parc public offre ainsi une entrée supplémentaire au restaurant, auquel on peut donc accéder par l’avenue Franz Merjay. On choisit donc son entrée: par Forest ou par Ixelles.

Charme bucolique

L’architecte d’intérieur Annie Mesmin signe la déco. Salle et salon cosy, balustrades moulurées, cuisine ouverte. Le nappage est d’un blanc immaculé tandis que les couverts sont la création d’un designer italien, Roberto Sambonet. Au pied de la terrasse, une petite fontaine ajoute au charme bucolique sans oublier un auvent où le champagne attend, dans la glace. Quant à la carte des cocktails, elle suscitera le délicieux embarras du choix.

On vient aussi au "Brugmann" pour la cuisine du chef Matthias Van Eenoo. ©Dieter Telemans

Mais on vient aussi au "Brugmann" pour la cuisine du chef Matthias Van Eenoo. D’origine belge (flamande), il a œuvré principalement en France. À Paris, au célèbre "Archestrate", avec le chef qui fut triplement étoilé, Alain Senderens. Et aussi dans quelques belles maisons, étoilées elles aussi, de la Côte d’Azur. Sa carte? D’inspiration française avec toutefois quelques petits clins d’œil à la Belgique, comme les croquettes aux crevettes garnies d’une sauce bisquée.

©Dieter Telemans

On applaudit les encornets farcis au poivron et au chorizo tout comme les asperges vertes aux morilles et une sauce au Sherry Fino (Tio Pepe). Et encore la parfaite cuisson d’un black angus demandé bleu et chaud à cœur: la hantise des chefs…

En optant pour le lunch proposé à midi, le portefeuille nous remerciera: 24 euros pour entrée, plat et dessert. Et avec les beaux jours (et les belles soirées), on dégustera un verre de vin sur la terrasse: la carte, principalement hexagonale, en propose une bonne vingtaine au verre dont quelques grands bordeaux (de 5 à 26 euros).

Le Brugmann, avenue Brugmann 52-54, 1190 Bruxelles. Fermé le lundi. Tél. 02/880.55.54. Service voiturier. www.brugmann.com

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés