Publicité

Un jardin en Hesbaye brabançonne

©doc

Une grande villa sur les hauteurs de l’un des plus jolis villages wallons, entourée d’un vaste jardin. C’est ici que s’est posé, il y a 21 ans, Olivier Wilbers, maître-cuisinier de Belgique. Par Patrick Fiévez

Il fut déjà chef à 19 ans. C’était dans un restaurant qui recueillait un beau succès dans le Brabant wallon, à Rosières, où on lui demanda un jour de remplacer le titulaire des fourneaux. Ce n’était pas prévu. Les deux propriétaires de cet établissement, "La Villa Créole", disposaient aussi d’une villa située sur la commune de Mélin, l’un des plus jolis (et fleuris) villages de Wallonie. Nous sommes dans l’entité de Jodoigne et en voisin immédiat d’un autre village connu et surtout reconnu pour sa pierre: Gobertange. La villa qu’Olivier Wilbers décide de racheter, avec l’idée d’y créer son restaurant, est d’ailleurs construite avec cette pierre tout comme l’hôtel de ville de Bruxelles, les halles d’Ypres ou encore la cathédrale de Malines. Il s’y installe donc et s’active dans son restaurant, mais également, comme cette maison est vaste, en tant que traiteur, organisateur de réceptions, mariages, banquets, séminaires d’entreprises.

©doc

Les clients sont d’emblée ravis de profiter des salles aménagées avec la volonté de préserver l’âme du lieu, mais également d’une terrasse et d’un grand jardin. Une trentaine de convives peuvent s’installer sur la première tandis que, si le nombre est dépassé, le chef propriétaire n’hésite pas à dresser sur le second. Au total, un hectare, sans oublier le potager qu’on peut visiter.

Ce jardin, donnant sur la campagne de la Hesbaye brabançonne, est entouré de grands arbres: des peupliers, sapins, hêtres, cerisiers sauvages.

A table

La quiétude est comprise dans les prix.

Que ce soit donc en terrasse ou au jardin, on découvre la cuisine actuelle et créative du chef secondé en cuisine par Frédéric Picot et Bertrand Noël (ce dernier qu’on a connu au restaurant wavrien "Le Caprice des Deux"). À table, on a le choix entre trois menus (à 35, 40 et 60 euros), pas de possibilités "à la carte". Cet été, le filet de roussette s’associe à une algue japonaise (le kombu), le consommé de bœuf à la burrata, la dorade aux agrumes et à l’huile d’argan, l’ananas à un crémeux au romarin.

©doc

En terrasse, on dégustera quelques jolis flacons servis frais comme le blanc espagnol de Rueda ou encore un cru du Beaujolais, le Brouilly, que le chef propriétaire achète en direct à la propriété. La quiétude est comprise dans les prix. En voisins, la famille Michel (Louis, Charles) se réunit ici pour des fêtes familiales tout comme, également en voisin, notre entraîneur national Marc Wilmots.

Et puis, en guide de promenade digestive, un petit tour dans ce village s’impose. Au menu, visuel cette fois, petits étangs, ponts en fer forgé, rangées de saules et de peupliers, chemins pavés; et des maisons et fermettes construites, bien sûr, avec la pierre locale.

La Villa du Hautsart, rue de Hussompont 29, 1370 Mélin (Jodoigne). Tél. 010/81.40.10. Ouvert les vendredi, samedi et dimanche midi, www.lavilladuhautsart.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés