chronique

Voici les nouveaux restaurants à tester en 2016

Il y a du mouvement dans les restaurants belges. Si plusieurs établissements prometteurs ont ouvert leurs portes, il faudra aussi faire ses adieux à quelques-unes de nos grandes enseignes.

Le dynamisme, l’optimisme, se partagerait-il avec une certaine lassitude de la part de quelques grands chefs du pays? Mais soyons d’abord positifs. À Bruxelles, les ouvertures de restaurants se sont succédé cette année 2015. Dans la capitale, ce sont surtout les communes d’Uccle et d’Ixelles qui ont accueilli de nouvelles enseignes. Avec, par exemple, le "Brugmann", "L’Atelier du Petrus", "Gazzetta","Les Canailles du Châtelain" et le très controversé "Pistolets de Papa", copié-collé du devenu culte "Pistolet Original" du Sablon qui divise les amateurs du célèbre petit pain garni.

"San" du chef Sang-Hoon Degeimbre ©S. Biteau

On n’oublie évidemment pas l’original concept de Sang-Hoon Degeimbre, le chef doublement étoilé de Liernu, qui a ouvert en octobre le justement prénommé "San", dédié exclusivement à une cuisine d’inspiration asiatique servie en bols. Et encore, tout aussi récemment, "La Table de Mus", qui réunit les deux complices (l’un en salle, l’autre en cuisine) de feu le restaurant étoilé "Jaloa" de Gaëtan Colin (qui va, dans les prochains mois, dynamiser le nouveau restaurant de l’hôtel Barsey avec Roland Debuyst, propriétaire de plusieurs restaurants en périphérie bruxelloise).

Serge Litvine, propriétaire de "La Villa Lorraine" et de "La Villa In The Sky" (respectivement une et deux étoiles au guide rouge) vient de reprendre "Emily Ristorante" de Pierre Degand, l’élégant créateur d’une maison de vêtements pour hommes de l’avenue Louise. Rebaptisée "La Villa Emily", ce restaurant est désormais animé par le chef Mathieu Jacri qui a précédemment œuvré au Comme Chez Soi, Bruneau, Chalet de la Forêt et chez Ducasse à Paris ("Plaza Athénée").

La cuisine japonaise a aussi accueilli deux nouveaux restaurants: le "Menma" à Ixelles, sur le lieu de l’ancien "Kamo", tandis que les patrons du "Samouraï" ont ouverts un deuxième restaurant "ramen", ce concept autour de pâtes, de nouilles cuites dans un bouillon assaisonné, dans le haut de la ville. Et on attend, dans quelques mois, l’ouverture d’une brasserie initiée par Pascal De Valkeneer, le chef propriétaire du "Chalet de la Forêt".

©MEDIAFIN

ILS OUVRENT

Atelier du Petrus (rue Washington 151, 1050 Ixelles)

Canailles du Châtelain (rue du Bailli 38, 1050 Ixelles)

Gazzetta (rue de la Longue Haie 12, 1050 Ixelles)

Menma (avenue des Saisons 123, 1050 Ixelles)

Pistolets de Papa (place du Châtelain 19, 1050 Ixelles)

San (rue de Flandre 19, 1000 Bruxelles)

Table de Mus (Vieille Halle aux Blés 31, 1000 Bruxelles)

Villa Emily(rue de l’Abbaye 4, 1000 Bruxelles)

Brugmann (av. Brugmann 52, 1190 Forest)

ILS FERMENT

Bowery (chée de Louvain 650, 1030 Schaerbeek)

Gaspar Bistrot Urbain (rue Franz Merjay 165, 1050 Ixelles)

"De Karmeliet", "In De Wulf": ils fermeront en 2016

Côté fermeture, en cette fin d’année 2015, c’est le "Bowery" proche de la place Meiser qui a éteint ses fourneaux à la veille de Noël. À l’étage du "Smets Premium Store", ce concept original n’était, apparemment, pas rentable. On se souviendra néanmoins des créations du premier chef de ce restaurant, le Toulousain d’adoption Benjamin Laborie.

Retour à Ixelles où le "Gaspar Bistrot Urbain", ouvert en 2014, vient (déjà) de fermer. Ici, on regrettera la fantastique sauce béarnaise à la gueuze Cantillon du chef Michel Borsy.

Geert Van Hecke, chef du restaurant De Karmeliet ©Emy Elleboog

Et puis, il y a les chefs qui ont décidé d’arrêter en 2016. Et non des moindres. Geert Van Hecke ("De Karmeliet") va fermer son restaurant triplement étoilé pour se recentrer sur sa brasserie. Autre (très) grosse pointure, Kobe Desramaults, 35 ans, ("In De Wulf" à Dranouster), a aussi décidé de fermer son établissement proche de la frontière française qui fut élu par un site américain, "meilleur restaurant d’Europe"!

Et à l’étranger?

Victime de l’embargo alimentaire décidé par le président russe, en représailles aux sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, le chef français Pierre Gagnaire a fermé son restaurant moscovite "Les Menus" qu’il avait ouvert voici cinq ans. À Copenhague, René Redzepy va aussi arrêter d’accueillir ses très nombreux fans dans son célébrissime "Noma", élu, durant deux années, "meilleur restaurant du monde", par un classement à vrai dire très contesté, sponsorisé par une célèbre eau minérale italienne. Il ouvrira une "ferme-restaurant" urbaine avec serre sur le toit et potager-verger l’entourant.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés