Arthur Langerman: "Les plus antisémites n’ont jamais croisé un Juif"

Frappé par la recrudescence de l’antisémitisme, Arthur Langerman a fait don de sa collection de 8.000 caricatures à l’Université technique de Berlin à des fins historiques, scientifiques et pédagogiques. ©Kristof Vadino

Diamantaire anversois émérite, pionnier du diamant de couleur, Arthur Langerman a constitué la plus grande collection au monde d’images antisémites avant de la léguer à l’Université technique de Berlin.

Mensch, ou mentsh, mot yiddish issu de l’allemand Mensch. Personne «d’intégrité ou d’honneur». Antonyme: Unmensch, personne qui traite autrui avec cruauté ou sans compassion.

Dès les premiers mois de sa vie, le petit Arthur a été chassé par les Unmensch et sauvé par d’autres Mensch. Né le 21 août 1942 à Anvers occupée («quelle idée saugrenue», sourit-il), où ses parents juifs d’origine polonaise, Zysla (Cécile) Blajwas, modiste, et Salomon Langerman, fourreur, mariés en 1941, étaient arrivés en 1926. En 1940, parents et grands-parents fuient en France, jusqu’à un village près de Bordeaux. Les nazis les amadouent, leur promettent la vie sauve s’ils rentrent. «La mère de ma mère a fait: ‘La Kievitstraat me manque. Rentrons.’» Depuis lors, cette crédulité le hante.

Le 28 mars 1944, la Gestapo arrête ses parents, déportés à la caserne Dossin (Malines), puis à Auschwitz. Sentant la fin proche, les Allemands confient Arthur à la pouponnière rue Baron de Castro (Etterbeek), gérée par la SIPO-SD dirigée par Karl-Constantin Canaris, neveu de l’amiral de l’Abwehr, Wilhelm Canaris. Une intervention de la Reine Elisabeth aurait suspendu la déportation d’une centaine de bébés, dont Arthur.

Frappés de la mention "Juif – Jood"

Récemment, peu avant son décès, une monitrice de ce home a envoyé au Musée juif de Bruxelles un album de photos où Arthur s’est reconnu. Il l’a montré à l’actuelle propriétaire espagnole de la demeure, qui n’a eu de cesse de rechercher les enfants accueillis là. Parmi les reliques de son enfance, il garde aussi un portrait de groupe avec les autres petits de la rue Baron de Castro et les cartes d’identité belges de ses parents, grands-parents, oncles et tantes, frappées de la mention «Juif – Jood».

DOCUMENTAIRE. Le Collectionneur [Extrait1]

Salomon, son père, meurt en déportation. Lors de la Selektion au bout de la rampe d’Auschwitz, l’officier nazi, sans doute Mengele, envoie Cécile à droite (la mort), se ravise et lui indique la gauche. Rescapée, trop faible à son retour pour reprendre Arthur, elle le laisse placé chez un couple protestant à Jumet, près de Charleroi, avec son cousin Arnold, orphelin. Il offrira plus tard une sépulture au couple, Edmond Houyoux et Emilia Sevrin, qui seront faits «Justes parmi les Nations».

En 1946, il retrouve sa mère. En 1948, elle donne naissance à son frère Theo, mais son deuxième époux (à la famille également décimée) meurt accidentellement en Argentine. Remariée, Cécile aura une fille, Jacqueline, en 1956, et meurt en 1976.

Collectionnite

«Le collectionneur est un malade qui n’a qu’une idée en tête. Il veut un objet, doit absolument l’avoir, quitte à ne plus jamais le voir.» Collectionneur de vases de Murano, Langerman passe un soir devant une vitrine milanaise, sonne, le marchand lui ouvre en pyjama. «Il me faut cette pièce», lui dit-il. L’autre annonce son prix, il le paie. À son retour, il range le vase dans une vitrine et n’a plus posé un œil dessus. Il n’en conserve pas moins plusieurs dizaines de ces verres de Murano au premier étage de sa maison uccloise, pièces dignes de Joan Mirò ou des Shadoks.

«Je pose toujours cette question: combien y a-t-il de Juifs sur Terre? Un journaliste m’a répondu un jour: ‘Un milliard’. À ce chiffre, Langerman lève les yeux au ciel: «Les plus antisémites n’ont jamais croisé un Juif…»
Arthur Langerman
Diamantaire et collectionneur

Atteint de collectionnite dès 6 ans, il commence par les billes puis ce sont les timbres, les montre-goussets, les netsuke (les boutons de kimono en ivoire), la BD (plus tard, Jean Van Hamme le transformera dans «Largo Winch» en Art Longman, agent du Mossad).

À 15 ans, il doit quitter l’école pour aider sa famille et se forme: il devient cliveur de diamants dans le bureau anversois d’un cousin américain. «Le diamant, c’est du carbone, donc du bois et, comme le bois scié ou fendu, le diamant est clivé, c’est-à-dire fendu.» Un jour, en 1965, taillant une pierre, un reflet cognac le fait tomber amoureux du diamant de couleur, alors peu prisé. Avec le temps, la valeur de cette variété de diamants a centuplé, et il en possède la plus grande collection au monde.

DOCUMENTAIRE. Le Collectionneur [Extrait2]

En 1961, à 19 ans, le procès Eichmann lui ouvre les yeux sur le non-dit des camps. Cette émergence du passé nourrit sa collectionnite: il écume les marchés, récolte ce qui a trait aux Juifs, découvre une profusion de dessins antisémites originaires d’une quinzaine de pays, sauf l’Espagne, le Portugal et l’Irlande («pourtant à ce jour parmi les pays très catholiques les plus antisémites, où les Juifs sont très peu nombreux, comme à Alost, d’où ils sont quasi-absents»). Il achète et montre ces représentations des Juifs en nuisibles, insectes, rongeurs, à ses proches, qui prennent cette compulsion pour une «folie».

Combien de Juifs sur Terre?

L’un de ses objets les plus anciens, un tableau de Simon de Trente, enfant trouvé mort dans la rue en 1475, les Juifs étant accusés d’avoir transformé son sang en pain. Canonisé, il est devenu Saint-Simon, jusqu’à ce que Paul VI le décanonise en 1976, dénonçant cette légende mortifère. Jusqu’au début des années 1990, ces objets semblent appartenir au passé. «Depuis lors, l’Histoire m’a rattrapé, et la recrudescence quotidienne, dûment constatée, d’actes et propos publics antisémites est terrifiante.»

«Depuis lors, l’Histoire m’a rattrapé, et la recrudescence quotidienne, dûment constatée, d’actes et propos publics antisémites est terrifiante.»
Arthur Langerman
Diamantaire et collectionneur

Le fantasme antijuif est nourri par l’ignorance et l’idée qu’ils seraient bien plus nombreux qu’ils ne le sont: «Je pose toujours cette question: combien y a-t-il de Juifs sur Terre? Un journaliste m’a répondu un jour: ‘Un milliard’. À ce chiffre, Langerman lève les yeux au ciel: «Les plus antisémites n’ont jamais croisé un Juif…»

Une question cruciale se pose au collectionneur: que faire de sa collection, quand aucun musée n’a les moyens d’acheter? Le Musée juif ne souhaite pas «provoquer», Israël (seul pays exempt d’antisémitisme…) ne s’intéresse qu’à la Shoah. Pourtant, face au retour de l’antisémitisme, sa «folie» devient objet de louanges. Stéphane Grimaldi, directeur du musée de Caen, expose au Mémorial de Caen 150 pièces d’une collection qui en compte 8.000, dont plus de 3500 cartes postales, plus d'un millier de croquis, plusieurs centaines d'affiches, dépliants et brochures, livres illustrés, journaux et magazines ainsi qu'un grand nombre de peintures, gravures, dessins, sculptures et objets du quotidien répartis sur quatre siècles. Au Mémorial de Caen, l’exposition a attiré 500 000 visiteurs en un an et un documentaire a été consacré à Arthur Langerman, intitulé «Le Collectionneur».

DOCUMENTAIRE. Le Collectionneur [Extrait3]

En 2017, le Zentrum für Antisemitismusforschung à la Technische Universität de Berlin se déclare preneur de la collection («hormis quelques pièces singulièrement horribles que je conserve», s’amuse-t-il) et l’inventorie actuellement avant de la mettre à la disposition des chercheurs internationaux et de l’exposer à des fins historiques, scientifiques et éducatives. Le maire de Berlin a d’ailleurs alloué dans le quartier de Moabit un bâtiment à cet institut, doté par le Parlement fédéral. Quant à la caserne Dossin, à Malines, elle y consacrera une exposition, «Fake Images», à voir du 4 décembre 2020 au 31 août 2021.

Zola, représenté en cochon

À propos, de grands peintres ont-ils commis des œuvres antisémites, comme c’est le cas de grands écrivains comme Louis-Ferdinand Céline ou Paul Morand? «J’ai vu des gravures de Daumier, mais je n’ai guère trouvé d’œuvres antisémites dans l’histoire de la peinture.» En revanche, de grands auteurs ont fait l’objet de caricatures dans un follicule, le Musée des Horreurs: lors de l’affaire Dreyfus, Zola y était représenté en cochon

Le fils d’Arthur Langerman, chercheur au FNRS, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux des algorithmes, a repris l’affaire familiale, conseillé par son père. Le 13 septembre, le Centre communautaire laïc juif de Bruxelles inaugure une exposition, «Plume de Fiel», et décernera à Arthur Langerman le titre de «Mensch de l’année».

Exposition, collection, édition

COLLECTION Collection Arthur Langerman au Zentrum für Antisemitismusforschung de l’Université technique de Berlin

ÉDITION «Dessins assassins, ou la corrosion antisémite en Europe (1866-1945). Collection d’Arthur Langerman.» Fayard/Mémorial de Caen, 2018.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés