Jeunesse et talent récompensés

Emmanuelle Quertain a reporté le Crowet Young Belgian Art Prize d’une valeur de 25.000 euros. ©Emmanuelle Quertain

À Bozar, l’été s’est conclu avec la révélation des quatre lauréats des Young Belgian Art Prize. C’est la peintre Emmanuelle Quertain qui remporte la plus grosse récompense avec sa série de diptyques représentant des objets de la vie quotidienne dans un environnement intérieur et extérieur.

C’est la peintre Emmanuelle Quertain qui remporte le Crowet Young Belgian Art Prize.

Au Palais des Beaux-Arts, la soirée de ce jeudi 10 septembre se voyait consacrée à la remise des prix des Young Belgian Art Prize (anciennement Prix de la Jeune Peinture belge). Ouverte au public depuis le 24 juin dernier, l’exposition éponyme présentait les créations d’art contemporain de dix jeunes artistes de moins de 35 ans, belges ou résidant en Belgique.

Ces dix finalistes d’une sélection qui a exigé l’étude de 243 dossiers de candidature ont ainsi eu tout l’été pour séduire aussi bien le public que le jury international d’experts. Dans nos pages estivales, tous les mercredis, nous nous sommes attachés à présenter individuellement chacun des nominés. "Qui a convaincu qui?", telle est la teneur des résultats concernant les quatre prix décernés.

Emmanuelle Quertain ©Emmanuelle QuertainBOZAR

C’est la peintre Emmanuelle Quertain qui remporte le Crowet Young Belgian Art Prize d’une valeur de 25.000 euros. L’artiste belge soumettait une série de diptyques, des peintures à l’huile au format polaroïd. Chacun de ses sujets, tous inspirés de la banalité du quotidien, est introduit à la fois dans un environnement peint intérieur et extérieur. Un troisième cadre, aux nuanciers pastel et spécialement conçu pour les salles de Bozar, les "absorbe", offrant ainsi différentes possibilités de lecture mettant en scène l’espace, les contrastes subtils et les associations symboliques.

Miletić et La Frénétick

Le Bozar Prize (12.500 euros) est quant à lui dévolu à Hana Miletić et à son travail collaboratif avec un groupe de jeunes rappeurs bruxellois, La Frénétick. Tous les jours, depuis le début de l’exposition, Hana Miletić proposait deux sessions de lecture-performance. À la source des poésies déclamées – toujours par un lecteur différent choisi pour son lien avec le langage – les extraits de morceaux de rap écrits par les membres de La Frénétick. Cette œuvre collective est matérialisée dans un livret, "Tenir Paroles", mais également dans un album dévoilé de manière inédite lors de la cérémonie de remise des prix.

 

Emmanuel van der Auwera, screenshot "A Certain Amount of Clarity" ©Young Belgian Art Prize

Le troisième lauréat est Emmanuel Van der Auwera qui remporte le Émile & Stéphy Langui Prize (12.500 euros) pour son film documentaire "A Certain Amount of Clarity". À travers cet assemblage d’une soixantaine de séquences vidéo issues du web, l’artiste a souligné et questionné la violence volontairement subie par des jeunes visionnant un snuff movie mettant en scène un véritable meurtre.

L’ING Public Prize (6.250 euros), accordé selon les votes du public, a lui été remporté par Floris Van Hoof. Dans son film "Stripes", il confronte le spectateur, habitué aux techniques digitales, à l’image vacillante des pellicules 16 mm dans une succession de motifs basiques provocant une sensation d’hypnose.

→ Ces jours sont les derniers pour découvrir les œuvres des dix nominés. L’exposition fermera ses portes ce dimanche 13 septembre.

1. Hamza Halloubi, narrations fragmentées

2. Katrin Kamrau, la norme photographique

3. Emmanuel Van der Auwera, "A certain amount of clarity": snuff movie

4. Hana Miletić, sémiotique engagée

5. Max Pinckers et Michiel Burger, "The Struggle for Freedom"

6. Georgia Küng, alerte à l'enfance

7. Floris Vanhoof, "Stripes": un laboratoire audiovisuel

8. Emmanuelle Quertain, peintures lexicales

9. Lola Lasurt, l'exploration de la mémoire collective

10. Hannelore Van Dijck, espace-temps architectural

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect