L'écosystème de la culture 3/4 | Clusters d’hybridation

Espace du Trakk ©Melting Prod - Olivier Anbergen

Le Kikk, couteau suisse de l’inventivité belge, à Namur, et la haute école du Fresnoy, à Lille, croisent art, science et technologie. À Bruxelles, Tempora accélère sa mue avec la crise.

Né en 2011 à Namur, le Kikk est une association qui se met en quatre avec son festival, le Trakk, hub créatif avec les 1.800 m2 du Fab Lab, espace coworking et de fécondation, plateforme de production à la croisée des sciences et des arts, qui alimente Le Pavillon, vaisseau d’exposition permanente de 2.500 m2 à la Citadelle de Namur.

Les 4 Kikk

Kikk Festival: budget de 600.000 € (privé et subventions).

Trakk: budget de 11 millions €, 1800 m2, 120 postes de travail

Le pavillon: budget de 3,6 millions € pour le bâtiment et 250.000 € pour le fonctionnement annuel

Production artistique et distribution: 4 résidences artistiques, 6 productions et 2 expos par an à hauteur de 30.000 à 75.000 € par an

Se classant dans une famille prestigieuse avec OFFF, en Espagne, Resonate, en Serbie, ou Ars Electronica, en Autriche, le festival du Kikk est annulé cette année en raison de la crise sanitaire. Son Kikk Market aurait réuni sous chapiteau de 1.300 m2 des start-ups présentant à des entreprises leurs projets hybrides techno-artistiques, nés du crowdfunding, avec le soutien de Digital Wallonia, de l’exécutif wallon et de banques attirées par l’innovation technologique et numérique. La venue des délégations étrangères (notamment du Massachusetts, avec la Tuft University et le MIT) invitées du Kikk Pro est financée par Bruxelles International..

Ses 40 conférences sur le creative coding, la data visualisation, la VR/AR, le storytelling, le machine learning, le bioart, etc. auraient croisé des centaines de participants. Ces artistes (créatifs d’agences, développeurs digitaux) ont tous un métier en parallèle. Leurs œuvres souvent inadaptées aux galeries traditionnelles trouvent au Pavillon des espaces de création et de monstration.

"Nous projetons des clusters d’entreprises technologiques wallonnes, puis internationales, finançant des projets avec enveloppes d’amorçage de 5.000 à 10.000 euros."
Marie du Chastel
Curatrice et coordinatrice

Le financement du Kikk, précise Marie du Chastel, curatrice et coordinatrice, est deux-tiers public, un tiers privé, mais "nous visons 50/50". Depuis 2018, le festival notamment financé par le sponsoring de Belfius, est payant. Le "Dutch Lunch" organisé par l’ambassade des Pays-Bas, attire des acteurs privés et nourrit un partenariat entre la Wallonie et la Hollande. "Nous projetons des clusters d’entreprises technologiques wallonnes, puis internationales, finançant des projets avec enveloppes d’amorçage de 5.000 à 10.000 euros. Enfin, selon un modèle d’exploitation au cas par cas, la structure Kikk, qui assure production et diffusion, voit sa prestation rémunérée en cachets, de l’ordre de 3.000 euros pour un mois de représentation.

Depuis le 1er novembre, le Kikk est au chômage technique, sauf l’équipe du Pavillon, en vue de sa réouverture en janvier, et le Trakk, au service du personnel hospitalier au premier confinement, propose des services gratuits aux entreprises.

Le Pavillon ©Stéphane Gueulette

Créer en industrie

Le Studio national du Fresnoy noue des conventions de mécénat. "Les montants sont modestes", souligne Pascale Pronnier, directrice des programmes, "mais doublent le budget de production des étudiants, avec exposition à la clef".

L’ADAGP (la société d’auteurs des arts visuels, NDLR) y ajoute un prix, avec accord de diffusion sur Arte et offre d’exposition à Paris. Un autre partenariat, avec la Banque Neuflize, est centré sur la photo, médium de prédilection de l’enseigne. En 2020, quatre artistes-élèves du Fresnoy sont exposés au siège parisien, avenue Hoche.

Enfin, d'autres fondations, comme Hermès par exemple, aident selon leurs thématiques esthétiques. Des accords annuels "arts et sciences" avec les universités de Lille (l’Inria) et de Mons offrent aux étudiants l’accès à des appareillages coûteux. "Sans notre statut associatif de droit privé (seule école d’art en ce cas en France, NDLR), la comptabilité publique, son code des marchés et ses appels d’offres, nous interdiraient ce fonctionnement." Les 56 productions par an et une cinquantaine de projets en partenariats choisis par des commissions trimestrielles, assortis de participations en industrie, génèrent 1.500 contrats, faisant du Fresnoy le deuxième employeur audiovisuel de la région Hauts-de-France après la chaîne publique France 3.

À bras-le-corps

"Loin de nous mettre au chômage technique, nous avons pris des projets latents à bras-le-corps."
Benoit Remiche
Directeur de Tempora

À la tête de Tempora, Benoît Remiche a porté l’exposition Warhol (Liège) et le projet de Glaciorium (au Mont-Blanc) avec la Compagnie des Alpes. "Les crises économiques et sanitaires sont un accélérateur de changement. Loin de nous mettre au chômage technique, nous avons pris des projets latents à bras-le-corps: renforcer l’autonomie éditoriale, viabiliser les événements avec partenariat de programmation ou prise en gestion en multipliant les lieux de présentation. Nous poussons une réflexion avec des entreprises internationales en France sur le réenchantement des centres commerciaux par la culture, au-delà des modèles de type Fnac ou Virgin."

Après une augmentation de capital (pré-Covid), Tempora noue des partenariats avec des institutions publiques – Musée des Confluences (Lyon), Cité de l’Espace (Toulouse), Cività Mostre, (Rome) – et avec des sociétés allemandes, suisses, françaises et québécoises. Nouveauté: un fonds d’investissement français prévoit d’entrer au capital de plusieurs entreprises culturelles, dont Tempora.

L'écosystème de la culture (Série)

Face à la crise, l’écosystème des arts, né dans l’Égypte ancienne (qui inventa le musée) doit s’élargir. Nous explorons ses voies nouvelles avec des acteurs publics et privés en Belgique, en France, en Italie, en Israël et ailleurs.

1/4: Musique et édition, art et commerce

2/4: Arts de la scène et outils de financement

3/4: Arts technologiques et audiovisuels

4/4: Outils financiers et philanthropie

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés