L'écosystème de la culture 4/4 | Actionnaires de la culture

Ecole du Mécénat ©© Prométhéa asbl

En Belgique, Prométhéa et St’art drainent l’argent privé vers la culture. En Israël, Sir Ronald Cohen manie l’Obligation à impact social. En France, Frédéric Jousset crée un double fonds culturel.

Pour Benoît Provost, directeur de Prométhéa, cette crise incite à revoir la relation entre la culture, le patrimoine et les entreprises. Le contexte inspire l’action locale et un recentrage sur la solidarité. Namosa, le récent collectif d’entreprises mécènes à Namur, en est un exemple. Sans activité, admet-il, le mécénat se complique, ce qui n’a pas empêché son École du Mécénat de réunir 450 participants en 2020 (alors qu’ils n’étaient que 230 en 2019). Chefs d’entreprises, juristes, chasseurs de têtes, l’Institut des sciences naturelles ou Claire Leblanc (Musée d’Ixelles) en éclairent les rouages pour divers interlocuteurs, du comité de quartier à l’artiste indépendant.

Benoit Provost ©Whitevision

"Dans le cadre du RSE (Responsabilité sociale des entreprises, NDLR), nous attirons les sociétés vers le mécénat de compétences: 150 heures pour la période septembre-octobre. Favoriser les relations entre les institutions culturelles et les entreprises nourrirait un redémarrage commun, mais le mécénat requerrait une incitation fiscale du type Tax Shelter, décision très politique." Provost vise aussi "le partenariat avec conservatoires et écoles d’art formant les élèves aux finances, absentes des cursus artistiques". Il souligne que les Objectifs de développement durable de l’ONU pourraient être adaptés à la culture et entrer dans un cercle vertueux économie-culture-développement social.

Créée en 2009 et dirigée par Virginie Civrais, Start Invest (ou St’art) a, elle, pour mission de réunir des financeurs privés pour octroyer des prêts et d’entrer dans des sociétés ou ASBL de culture ou de création (arts plastiques et de la scène, design, patrimoine, jeu vidéo, livre, etc.). Son fleuron? Le planificateur d’expositions Tempora, avec une part de 2%. Ses deux principaux instruments de soutien? Le prêt "First Step" et le prêt "Culture" avec des dossiers à échéance de 20 ans, de 2 à 8 millions d’euros, sans exigence de sûreté, protégés à 70% depuis 2018 par le Fonds de garantie européen. St’art s’est entretemps associée à Prométhéa sur un appel à projets soutenu par la Wallonie et se penche sur les contenus générateurs de droits à travers la propriété intellectuelle ou de marques. Elle projette par ailleurs de créer une plateforme de type Netflix pour le cinéma indépendant. Enfin, face à la crise, St’art offre un prêt de trésorerie d’urgence de 100.000 euros à 2%, surtout destiné aux librairies et à l’événementiel, assorti d’un moratoire sur les financements à ses 65 entités en portefeuille.

"Pour l’investisseur, l’essentiel est de mesurer le résultat."
Sir Ronald Cohen
Cofondateur de Social Finance

Mesurer le résultat social

Sir Ronald Cohen, spécialiste du capital-risque, a cofondé et dirigé Apax Partners jusqu’en 2005, avant de se consacrer à l’impact social. À la tête du GSG (groupe de travail de l’investissement à impact social), il cofonde Social Finance. "Pour l’investisseur, l’essentiel est de mesurer le résultat. Le fonds anglais Peterborough, finançant la réinsertion des détenus, évalue le taux de récidive." Il a été souvent sollicité sur le financement de la culture ou de l’éducation par Obligations à impact social (OIS). Par exemple, on pourrait "mesurer l’impact d’une fréquentation accrue sur le décrochage scolaire ou la cohésion sociale de quartiers défavorisés; prélever un péage modique sur toute entrée dans le territoire d’un pays et l’affecter au secteur culturel; ou encore encourager un artiste à lever un prêt à taux réduit auprès d’un investisseur sur ses œuvres futures."

L'écosystème de la culture (Série)

Face à la crise, l’écosystème des arts, né dans l’Égypte ancienne (qui inventa le musée) doit s’élargir. Nous explorons ses voies nouvelles avec des acteurs publics et privés en Belgique, en France, en Italie, en Israël et ailleurs.

1/4: Musique et édition, art et commerce

2/4: Arts de la scène et outils de financement

3/4: Arts technologiques et audiovisuels

4/4: Outils financiers et philanthropie

Social Finance finance la formation au codage aux USA et en Israël: "des femmes druzes gagnant 2.500 shekels comme caissières (600 euros) en touchent 11.500 (2.900 euros) après 8 mois de formation grâce à l’emploi à distance que nous leur procurons, sur lequel leur formation est remboursée à Social Finance".

La question centrale reste: comment mobiliser la finance pour réduire les inégalités par la culture? Le Français Frédéric Jousset est passé à l’acte. "Le confinement m’a fait réfléchir." Créateur de Webhelp, leader mondial des centres d’appel, il se consacre désormais à un double fonds, ArtNova et Art Explora, doté de 100 millions d’euros. Fils d’une conservatrice de Beaubourg, il crée Art Explora (6 millions d’euros de capital et 2 millions d’euros de dotation annuelle), qui offre un prix de 150.000 d’euros à trois musées européens innovants. Il lance par ailleurs un fonds d’initiatives de 100 millions d’euros, ArtNova, dont la moitié des gains sera reversée dans Art Explora.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés