reportage

Le bonheur, ça se travaille!

©Filip Ysenbaert

Un cours sur le bonheur. C’est de loin la série de cours la plus populaire donnée par la célèbre et très exigeante université américaine de Yale: Psychology and the Good Life. Nous nous y sommes inscrits pour y apprendre que pour être heureux, il faut travailler dur!

Il y a peu, la célèbre université américaine de Yale a organisé le cours le plus populaire en 300 ans d’existence: Psychology and the Good Life, ou comment mener une vie heureuse. Les cours de la professeure Laurie Santos ont eu tellement de succès qu’ils ont dû être organisés dans la salle de concert du campus. Aucun auditoire ne permettait d’accueillir les 1.200 inscrits.

Il ne faut pas s’étonner de ce succès. Plus de la moitié des étudiants de première année cherchent un soutien psychologique, nous apprennent les statistiques de l’université. Les étudiants se sentent déprimés, seuls et débordés. Yale, une université avec un pourcentage d’admission des candidats inférieur à 7%, constitue un environnement très compétitif qui met les étudiants sous forte pression. "Une crise de santé mentale": c’est ainsi que Santos décrit la situation dans son université. L’objectif du cours est d’apporter une réponse à ce problème.

Vu que le cours a également remporté beaucoup de succès en dehors de l’université, Santos a créé, pour la plateforme d’apprentissage Coursera, une version en ligne gratuite du cours. "Je pense que la situation est plus grave pour les étudiants universitaires. Mais on constate que la plupart des adultes ne sont pas plus heureux qu’il y a dix ans", nous a répondu la professeure dans un mail lorsque nous l’avons interrogée sur les raisons de son succès. "Suite aux nombreux changements intervenus dans la société, et surtout suite à l’émergence des réseaux sociaux, nous nous sentons plus mal au lieu de nous sentir mieux."

Laurie Santos talks about the "Good Life"


Les Belges ne sont pas des gens très heureux. Dans le World Happiness Report des Nations unies, la Belgique se classe au 16e rang des peuples les plus heureux, loin derrière les pays scandinaves, mais aussi derrière les Pays-Bas, le Costa Rica et Israël. Dans une récente enquête de l’économiste de la santé Lieven Annemans, les Belges s’attribuent un score de bonheur moyen de 6,5/10. Un quart d’entre eux se donnent une note inférieure à 5/10. Nous sommes par contre les champions du monde en termes de consommation de médicaments analgésiques et antidépresseurs. Le nombre de malades de longue durée pour raisons psychiques augmente de manière effrayante et le taux de suicide reste très élevé.

Je me considère plutôt comme une cynique, mais je ne me sens certainement pas malheureuse. Je ne fais pas partie des étudiants de Yale qui doivent débourser 60.000 dollars par année d’étude. Je suis ni dépressive, ni épuisée. Je vis une relation stable, j’ai un bon travail, et je suis en bonne santé. Et je peux m’offrir pratiquement tout ce dont j’ai besoin. Avec une certaine réserve: quand je m’inscris au cours en ligne, je remarque assez vite qu’aucun des arguments que je viens d’énoncer – relation amoureuse, travail, santé, argent, biens matériels – ne contribue à mon bonheur. Le premier cours est une leçon de modestie.

Dès le début du cours, les participants subissent un test de bonheur et de personnalité. L’objectif est de mesurer les progrès accomplis au fur et à mesure de l’avancée du cours. Mesurer le bonheur n’est pas chose facile. Le World Happiness Report se penche également sur des données matérielles comme les revenus et l’espérance de vie. Santos utilise l’Authentic Happiness Inventory, un questionnaire qui mesure les émotions positives et négatives. Il ressemble un peu aux tests que l’on trouve dans la presse féminine, mais il a pourtant été élaboré par l’université de Pennsylvanie. Mon résultat est une fois de plus assez décevant: 2,83/5. Je "passe" tout juste. Peut-être ai-je en réalité bien plus besoin de suivre ce cours que ce que j’imaginais.

Pas d’euphorie

Pendant les années 70, les psychologues ont commencé à se demander comment améliorer le bien-être des gens. Jusque-là, la psychologie ne s’intéressait qu’aux malades, aux "fous". Les scientifiques décrivaient en détail les troubles, mettaient au point des médicaments et imaginaient des thérapies. Les patients étaient considérés avant tout comme des victimes de certaines circonstances.

"Nous avons oublié de prendre en compte les choix personnels et la responsabilité des individus", explique le psychologue américain Martin Seligman dans un célèbre TED Talk. "De plus, nous avons perdu de vue comment les interventions positives opéraient et pouvaient rendre les gens plus heureux." Seligman, dont les premières recherches portaient sur la dépression, est devenu le fondateur de la "psychologie positive". Le point de départ de la science dans l’étude du bonheur, c’est qu’il faut partir des forces des individus pour optimiser leur bien-être, au lieu de soigner leurs points faibles.

The new era of positive psychology | Martin Seligman

Les détracteurs de cette approche estiment que la psychologie positive a développé "l’obsession du bonheur", et l’illusion que le bonheur était accessible si l’on pensait positivement. C’est douloureux pour ceux qui souffrent réellement d’un problème psychique. "La science du bonheur n’est pas la ‘bonheur-ologie’", prévient Santos dès sa première conférence. Faire des choses qui rendent content, joyeux ou euphorique ne contribue pas au bonheur. Les études démontrent que ceux qui cherchent de manière compulsive à être heureux le sont paradoxalement moins.

"La science du bonheur n’est pas la ‘bonheur-ologie’."
Laurie Santos
Professeure à l’Université de Yale

D’une certaine manière, créer un sentiment de bonheur est très difficile. Près de 50% des causes sont génétiques, 10% s’expliquent par les circonstances de la vie, explique Sonja Lubyomirski, une autre pionnière de la psychologie positive. Les 40% restants font l’objet du cours. Nota bene à ne pas sous-estimer: cette théorie sur la capacité à devenir heureux ne s’applique que si quelques conditions de base sont remplies, comme la sécurité et un revenu permettant de subvenir à ses besoins fondamentaux. Ainsi, un Syrien dans un abri à Idlib a peu de chance d’être heureux.

Imaginez que vous ayez le choix entre gagner au Lotto ou être paralysé: personne ne choisira la chaise roulante, et malgré tout, cela n’a aucun impact sur le bonheur. Lors d’une expérience devenue célèbre, le psychologue Dan Gilbert a interrogé des gagnants du Lotto et des personnes paralysées. Au début, les gagnants du Lotto se sentent plus heureux que les patients paraplégiques, mais les différences sont moins importantes qu’attendu. Trois mois après l’événement décisif, les effets – tant positifs que négatifs – avaient disparu, et les deux groupes se sentaient comme avant.

Une grande partie du cours porte sur la réfutation des théories du bonheur. Notre cerveau est conçu pour développer une attirance quasi irrésistible pour les choses qui, selon nous, amélioreront notre bien-être, même si ce n’est pas le cas à terme, comme une augmentation de salaire, le mariage, un corps parfait, une nouvelle voiture, une plus grande maison, une barre de chocolat. Dans la réalité, l’effet disparaît rapidement. Les événements positifs donnent tout au plus une amélioration temporaire du sentiment de bonheur. Par ailleurs, nous surestimons l’impact des événements négatifs: rupture, maladie, licenciement.

En réalité, la formation de Santos n’est pas un cours intensif de psychologie positive, mais une master class en économie comportementale. Comme l’a démontré entre autres l’économiste Richard Thaler, les gens sont des êtres irrationnels guidés par leur instinct et leurs erreurs de jugement, et qui ne font pas nécessairement les meilleurs choix. Nous sommes constamment trahis par notre cerveau. C’est la même chose en matière de bonheur. C’est comme une illusion d’optique: même si nous savons que deux petites flèches sont de même longueur, notre cerveau continue à penser que l’une d’elles est plus longue.

Moins de réseaux sociaux

Et l’argent? Nous rend-il heureux? De nombreux chercheurs sur le bonheur se sont penchés sur la question. La réponse est complexe. Le classement des pays les plus riches et les plus développés n’est pas le même que celui des pays où les habitants se sentent le plus heureux. L’amélioration incroyable du niveau de vie du monde occidental au cours du dernier siècle ne s’est pas accompagnée d’une augmentation identique de la satisfaction et du bien-être des populations.

Le lauréat du prix Nobel d’économie Daniel Kahneman a pourtant démontré que l’argent rendait heureux, du moins jusqu’à un certain niveau. Aux États-Unis, ce niveau correspond à un revenu annuel de près de 75.000 dollars par an (64.000 euros). Annemans a calculé que pour les Belges, ce niveau se situait à 6.500 euros net par mois et par ménage. Au-dessus de ce montant, les gens ne sont pas (plus) heureux, au contraire.

DES RACCOURCIS VERS LE BONHEUR

→ Dormez suffisamment. Dormir suffisamment est le chemin le plus simple pour être plus heureux. Si vous dormez moins de 5 heures par nuit, votre humeur s’en ressent et vous risquez un déséquilibre physique et émotionnel. Ceux qui dorment suffisamment apprennent plus vite et ont une meilleure compréhension des choses.

→ Bougez (un peu). À la Duke University, des experts ont démontré l’effet positif de l’exercice physique. Les chercheurs ont organisé trois séances de sport par semaine d’au moins une demi-heure pour des patients atteints de dépression profonde. Un deuxième groupe a reçu des antidépresseurs. Un troisième groupe a combiné les médicaments et l’exercice. Après quatre mois, chaque groupe comptait un nombre plus ou moins équivalent de patients, soit 60%, montrant des signes d’amélioration. Mais lors d’un second contrôle six mois plus tard, les "sportifs" se sentaient beaucoup mieux que le groupe ayant reçu des médicaments et même que celui ayant combiné les deux approches (sports + antidépresseurs). Il n’est pas obligatoire de courir un marathon pour ressentir les effets positifs du sport: un jogging modéré ou une marche rapide suffisent, pour autant que vous le pratiquiez régulièrement.

→ Méditez. La méditation est la panacée universelle des personnes en quête de bonheur: c’est bon pour tout. Ceux qui méditent régulièrement se sentent plus heureux et davantage connectés aux autres. Leurs pensées s’égarent moins et leurs capacités cognitives s’améliorent. La scanographie cérébrale a prouvé que la méditation améliorait de manière visible le fonctionnement du cerveau. 

www.coursera.org

La psychologue Sonya Lubyomirski a interrogé un échantillon de personnes dont le revenu annuel se monte à 30.000 dollars et leur a demandé de combien d’argent ils pensaient avoir besoin. Ils ont opté en moyenne pour un montant de 50.000 dollars. Mais ceux qui gagnent 100.000 dollars estiment avoir besoin de 250.000 dollars. On retrouve le même paradoxe si on les interroge sur une augmentation salariale: pour chaque augmentation de 1 dollar, ils souhaitent en réalité en obtenir 1,4.

Dans une autre expérience, les participants ont le choix entre gagner 50.000 dollars contre 25.000 dollars pour leur collègue, ou opter pour 100.000 dollars et 250.000 dollars pour leur collègue. La moitié choisissent de gagner 50.000 dollars, soit 50% de moins que ce qu’ils pourraient obtenir, mais deux fois plus que leur collègue.

Cette attitude s’explique en partie parce que nous avons tendance à nous comparer aux autres, et parce que nos références sont souvent irrationnelles. Le gagnant d’une médaille de bronze peut être plus heureux que celui qui obtient la médaille d’argent: il ne s’agit pas de ce que vous obtenez, mais de ce que vous pensiez pouvoir obtenir. Cela fonctionne de la même façon en sens inverse: dans une région où le taux de chômage est élevé, les gens se sentent moins malheureux s’ils sont sans emploi que dans une région où le taux d’emploi est élevé.

Il ne faut donc pas s’étonner que ceux qui utilisent beaucoup les réseaux sociaux soient moins satisfaits de leur vie. Même lorsqu’ils écument Facebook à la recherche d’anciens condisciples ayant des enfants affreux, des goûts douteux et un emploi ennuyeux. L’impact positif de ceux qui s’en tirent moins bien est nettement inférieur à l’impact négatif de tous ceux qui ont l’air plus heureux, plus stables et plus intéressants. Santos plaide donc ardemment pour que l’on se désinscrive des réseaux sociaux ou, au minimum, qu’on les utilise le moins possible.

Faire preuve de gratitude

Sur le campus de Yale et dans les médias américains, on se moque gentiment du cours et des étudiants à la recherche du bonheur, que l’on soupçonne de vouloir obtenir facilement de bonnes notes. Santos a réagi en qualifiant son programme de "cours le plus dur de Yale". Son pari est osé: changer la vie des participants en leur faisant développer de nouvelles habitudes qui contribueront à terme, et de manière durable, à leur bien-être. Comme ceux qui ont essayé de mener une vie plus saine le savent, le plus difficile est de tenir dans la durée. Tout le monde peut se passer d’alcool pendant un mois, mais c’est une autre histoire de se limiter à dix bières par semaine pendant le reste de l’année, comme le recommande le Conseil supérieur de la santé.

Les devoirs à domicile constituent la partie la plus importante de ce programme de dix semaines. Pas de devoirs écrits à rendre, de lectures ou de tâches à accomplir, mais des actions concrètes, dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement, et que les participants doivent accomplir au moins une fois par jour pendant une semaine complète.

Ces tâches sont basées sur les habitudes et caractéristiques humaines que des études ont mises en évidence comme étant perçues comme gratifiantes. Les gens heureux ont en général un réseau social élargi et approfondi, mais établissent aussi beaucoup de contacts avec des inconnus, dans le train ou dans les cafés. Ils rendent aussi plus souvent service aux autres, bénévolement. Ils sentent moins la pression du temps, dorment suffisamment, sont actifs ou sportifs. Ils font de la méditation et sont reconnaissants, ouverts et curieux. Ils ont un objectif de vie clair.

À première vue, rien de vraiment surprenant. Malgré tout, ces tâches sont difficiles à réaliser. Pendant une semaine entière, vous devez tenir un "journal de gratitude", où vous notez chaque jour pendant au moins 15 minutes les choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Le premier jour, je remplis trois pages: sur des collègues sympathiques qui m’invitent à déjeuner, sur mon compagnon qui reprend à son compte des tâches difficiles parce que je ne me sens pas bien, sur une amie qui m’envoie un message sur WhatsApp pour me dire qu’elle pense à moi alors qu’elle traverse une période difficile. Le deuxième jour, je m’en tiens à quatre points brefs. Le reste de la semaine, la reconnaissance tombe dans l’oubli.

Ou alors, la mission consiste à se consacrer chaque jour de la semaine à un moment "d’expérience", comme un exercice de pleine conscience. Dans la pratique, je me retrouve souvent tard le soir avec l’obligation "d’apprécier" quelque chose, et j’opte souvent pour une bonne douche.

La troisième semaine porte sur le thème des connexions sociales. Chaque jour, je dois parler à quelqu’un avec qui je n’ai jusqu’ici échangé que quelques mots. La plupart des gens – j’en fais partie – ne sautent généralement pas de joie à l’idée de parler à une personne inconnue parce qu’ils partent du principe que ces personnes ne veulent pas être dérangées ou qu’ils n’ont pas besoin de contacts sociaux. Mais lorsque vous les y obligez, ils finissent par trouver cette expérience intéressante. Ceux à qui se sont adressées ces personnes se sentent également mieux.

Il n’empêche que je trouve difficile d’aborder ainsi les gens. Je saisis les occasions lorsqu’elles se présentent: un collègue d’un autre département qui soupire à côté de la machine à café, la voisine que je croise le matin lorsqu’elle promène son chien, la femme de ménage de la crèche à qui je dis bonjour tous les matins, mais sans vraiment lui parler. Je pose des questions aux puéricultrices sur leur vie au lieu de celle de mon enfant. Mais le quatrième jour, mes connexions sociales sont déjà épuisées.

Il faut s’entraîner

D’autres exercices sont plus faciles à réaliser: dormir au moins sept heures par nuit, bouger 30 minutes par jour. Mais c’est un vrai défi de consacrer une demi-heure par jour à son bonheur personnel, en particulier après une longue journée de travail ou un week-end rempli d’obligations. Dans ces moments-là, 40 minutes de Netflix sont beaucoup plus tentantes que de prendre le temps pour un peu de gratitude, de pleine conscience ou de bénévolat. Je commence à soupçonner que ceux qui y arrivent sont des bouddhistes zen qui n’ont pas grand-chose d’autre à faire.

"L’entraînement aide beaucoup à améliorer les choses. Tant que cela ne fera pas partie de vos habitudes, cela vous demandera un effort."
Laurie Santos
Professeure à l’Université de Yale

Le professeur Santos reconnaît honnêtement qu’elle aussi, malgré son statut de brillant docteur en psychologie cognitive, a du mal à réaliser ces tâches. "C’est une expérience qui m’a rendue humble", explique-t-elle dans son cours. "Mais la bonne nouvelle, c’est que l’entraînement aide beaucoup à améliorer les choses, ajoute-t-elle dans un mail. Tant que cela ne fera pas partie de vos habitudes, cela vous demandera un effort d’autant plus contraignant que vous vous sentirez fatigué. Si vous répétez le nouveau comportement un nombre suffisant de fois, il deviendra une habitude. Ce sera un peu comme se brosser les dents, qui ne demande plus d’effort et qui finit même par devenir un réflexe."

Pour augmenter les chances de conserver vos bonnes habitudes, le cours se termine, après six semaines de théorie et de devoirs, par un exercice pratique. Vous devez choisir une activité qui favorise le sentiment de bonheur et vous y tenir rigoureusement pendant quatre semaines. Il doit durer le temps nécessaire pour en mesurer les effets. C’est le temps qu’il faut pour transformer une nouvelle activité en habitude. Je donne une seconde chance à la méditation, un vrai raccourci vers le bonheur.

Après quatre semaines de méditation régulière, je refais le test sur le bonheur. Au début du cours, j’avais obtenu 2,82/5. Cette fois, j’obtiens 3,46/5: une augmentation de 64%. Est-ce que je souhaite être plus heureuse au point d’avoir influencé le résultat du test ou bien suis-je réellement plus heureuse? Difficile à dire.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content