Ludotech | "Kami", le "jeu des généraux" revisité

"Kami" est un jeu de cartes inspiré d'un jeu de société traditionnel japonais. Sa présentation est épurée, sa mécanique soignée. C'est un de nos coups de cœur.

"Kami" est librement inspiré du "jeu des généraux", un jeu de société traditionnel japonais. Et qui dit japonais dit aussi présentation soignée et épurée: les 32 cartes du jeu sont magnifiquement illustrées et tout sauf surchargées d’indications supplémentaires.

Dans "Kami", qui se joue à deux contre deux dans sa version traditionnelle, vous êtes à la tête d’une armée, avec laquelle vous allez devoir gagner une succession de batailles pour remporter la victoire. Avec huit cartes en main au début de chaque manche, seule la dernière, si vous arrivez à la poser, vous accordera des points (le nombre de points gagnés est indiqué sur la carte).

Attaque, défense

La première équipe à atteindre 15 points gagne la partie. C’est simple à comprendre, mais en pratique cela exige pas mal d’ingéniosité.

«Kami» est inspiré d’un jeu traditionnel japonais. Et qui dit japonais dit aussi présentation soignée et épurée.

Chaque manche, chaque bataille donc, se déroule de la manière suivante. Le premier joueur dépose une carte de sa main (composée de huit cartes au début de la partie) face cachée devant lui: c’est sa ligne de défense. Puis il joue une autre carte de sa main face visible devant lui: ce sont les forces qu’il jette dans la bataille. Le joueur suivant choisit de passer (il ne fait rien) ou de contrer l’offensive, si c’est possible, en posant devant lui, face visible, en ligne de défense, une carte identique à celle de l’offensive en cours, ce qui donne logiquement le droit de poser une autre carte en ligne d’attaque.

La manche se poursuit, et dès l’instant ou plus aucun joueur ne contre une attaque (par choix ou par contrainte), le joueur qui a posé la dernière carte d’attaque joue à nouveau en posant une carte de défense face cachée, avant de poser une nouvelle carte d’attaque.

La règle du jeu en moins de cinq minutes.

C’est assez compliqué en apparence, mais à y jouer, on s’aperçoit que tout cela est fluide et logique. Les tours se succèdent jusqu’à ce qu’un joueur pose la huitième carte de sa main. Cela arrête immédiatement la manche. Le joueur marque, pour son équipe, les points de la dernière carte jouée. La première équipe à atteindre 15 points gagne la partie. Des règles spécifiques pour deux et trois joueurs, assez différentes, sont proposées. Elles renouvellent le plaisit d’y jouer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés