"Pandemic", le jeu qui a donné ses lettres de noblesse au mode coopératif

"Pandemic" a plus de dix ans et n'a pas pris une ride.

Certes, le thème est d'actualité. Mais au-delà de cela, "Pandemic" est un un jeu qui devrait figurer dans toute ludothèque digne de ce nom.

Les jeux coopératifs – où tous les joueurs poursuivent ensemble le même objectif – pèchent souvent par mièvrerie ("tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil") ou par manque d’intérêt ludique. J’ai le souvenir cuisant d’une partie mortellement ennuyeuse de Tiers-mondopoly, il y a une vingtaine d’années déjà, un jeu dans lequel on était invité à passer son tour volontairement, sans raison particulière. C’était un des tout premiers jeux coopératifs, et c’est peu dire qu’il m’a fait prendre d’emblée mes distances vis-à-vis de la formule.

Déclinaisons pour tous les goûts

Vu son succès commercial depuis sa sortie il y a une bonne dizaine d’années, «Pandemic» a été décliné par son auteur en de multiples versions où la même (brillante) mécanique de jeu est appliquée à différentes situations. Il ne faut pas connaître l’original avant de se lancer dans une de ses déclinaisons. Nous en avons épinglé trois. La première est intitulée «Pandemic: Legacy». Le thème est identique mais le jeu se déroule à la manière d’un feuilleton, d’une sorte d’épopée qui dure 12 mois – une partie par mois. Vos actions du mois précédent influencent la configuration du jeu pour le mois suivant. Changement de thème dans «Pandemic: Montée des eaux», où l’action se déroule aux Pays-Bas et où le but est de faire face aux crues et de regagner de la terre à la mer. Enfin, dans «Pandemic: La chute de Rome», votre but est naturellement de repousser les barbares menaçant l’Empire.

Puis est arrivé, fin des années 2000, "Pandemic", une création de l’Américain Matt Leacock, un coup de maître qui fut aussi un gros succès commercial, aujourd’hui décliné en de multiples avatars qui valent tous le détour. En matière de jeux coopératifs, s’il devait y avoir aujourd’hui un benchmark, une référence ultime, ce serait sans nul doute "Pandemic".

Alors, comment ça marche? Dans "Pandemic", vous faites partie d’une équipe de spécialistes chargée de mener le combat – la "guerre", diront certains – contre, non pas une, mais quatre pandémies! Pas gagné d’avance... Vous serez ainsi médecin, chercheur, expert aux opérations..., chaque rôle étant doté de facultés spécifiques dont les autres ne disposent pas. L’expert aux opérations, par exemple, a la faculté de faciliter la réunion rapide de deux membres de l’équipe dans la même ville.

Grande rejouabilité

À chaque partie, votre rôle sera différent, et d’une partie à l’autre, certains rôles seront joués et d’autres non. Beaucoup de variété dans les situations, donc. Et une rejouabilité encore accentuée par les trois modes de jeu proposés: débutant, standard et... héroïque.

Au final, c’est souvent une forme d’intuition collective qui permet de trancher parmi les différentes options, et c’est ce qui fait tout le sel de "Pandemic".

À tour de rôle, les joueurs vont courir les villes du monde et y exécuter un certain nombre d’actions, en concertation avec les autres: "Devrais-je me déplacer dans telle ville pour y soigner l’épidémie?"; "Devrais-je rejoindre un autre membre de l’équipe à Calcutta pour que l’on puisse y faire avancer les recherches visant à trouver un remède?"; "L’un d’entre nous devrait-il se rendre à Santiago pour y installer une station de recherche?" Les options sont à chaque fois nombreuses et les discussions sont toujours intenses quant à savoir quelle est la meilleure. Au final, c’est souvent une forme d’intuition collective qui permet de trancher, et c’est ce qui fait tout le sel de "Pandemic".

Au fil des tours, les quatre virus se propagent, parfois au ralenti, parfois en accéléré. La lutte s’intensifie, les éclosions se multiplient, le sentiment d’urgence s’accentue, les décisions sont de plus en plus critiques: votre équipe parviendra-t-elle à découvrir les quatre remèdes avant qu’il ne soit trop tard?

Nos idées d'activités culturelles, ludiques et pédagogiques durant le confinement

Comme de nombreux Belges et Européens, vous êtes certainement confiné chez vous à télétravailler ou à essayer de tuer le temps. Voici notre sélection d'activités culturelles, ludiques et pédagogiques: 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés