Plan #Restart de la RTBF: 13,4 millions d'euros pour soutenir la Culture

Flagey, épicentre d'un festival Musiq'3 100% digital. ©Johan Jacob

Jean-Paul Philippot, l'administrateur de la RTBF, revient sur le plan #Restart: un effort "inédit" pour l'opérateur public, des grilles davantage ouvertes aux artistes et un pari sur la créativité numérique pour renouveler l'offre culturelle.

Alpagué, à Flagey, à la sortie de la conférence de presse du Festival Musiq’3 100% digital qui se tient ces vendredi et samedi sur tous les canaux de la RTBF, Jean-Paul Philippot, est revenu sur son plan #Restart qui dégage 13,4 millions d’euros pour soutenir le secteur culturel, mis dramatiquement à l’arrêt par le coronavirus.

Qu’est-ce qui a motivé l’élaboration du plan #Restart?

Le besoin d’exprimer notre solidarité. La culture est au cœur du projet démocratique, porteur à la fois d’émancipation individuelle et d’expression de toutes les diversités. Nous ne pouvions pas rester inactifs face à l’immobilisation brutale d’un secteur qui vit de son rapport au public, immobilisation créant des problèmes aigus tant individuels qu’au niveau des entreprises.

"13 millions d’investissement dans les 18 prochains mois, c’est un programme majeur pour la RTBF dans des circonstances difficiles, car cela impliquera un déficit en 2020 et en 2021."
Jean-Paul Philippot
Administrateur-délégué de la RTBF

L’effort financier est impressionnant…

Un travail rigoureux sur le budget a en effet permis de dégager 8 millions de revenus nouveaux et de réorienter 5 millions. Soit 13 millions d’investissement dans les 18 prochains mois. C’est un programme majeur pour la RTBF dans des circonstances difficiles, car cela impliquera un déficit en 2020 et en 2021.

Les axes fédérateurs du plan? 

Le premier est éditorial, avec la réorganisation de grilles et la création de nouveaux programmes afin d’offrir une vitrine aux artistes et leur permettre d’exister.

Le second axe porte sur la créativité: l’art se renouvelle. Beaucoup d’éléments de #Restart s’intéressent à la manière de créer et d’innover dans l’univers numérique. Profitons des énergies mobilisées en ces moments dramatiques pour accélérer les efforts déjà engagés dans cette voie. C’est sur ce schéma que l’on bossera en 2021-22 pour nous projetter jusqu’en 2030 dans une économie de consommation médiatique tournée vers le numérique.

©Frédéric Pauwels / HUMA

Cette crise a aussi eu pour conséquence d’impliquer plus étroitement les artistes dans les  programmations. Ce qui a permis de régénérer ici et là le discours artistique, dont l’intérêt avait parfois tendance à s’éroder…

Ce sujet-là interpelle toute la culture managériale. Beaucoup d’organisations, qui opèrent selon des structures pyramidales ou de stratification, ont en effet découvert le formidable levier que représente ce que j’appelle la délégation créatrice et sa puissance incroyable. Le fait d’avoir largement déstratifié a été source d’une puissance incroyable. Il faudra capitaliser sur ce système pour le rendre vertueux dans le futur

"Un axe porte sur la créativité: l’art se renouvelle. Beaucoup d’éléments de #Restart s’intéressent à la manière de créer et d’innover dans l’univers numérique."
Jean-Paul Philippot
Administrateur-délégué de la RTBF

La RBTF participe, par la voix d’Hakima Darmouch, au groupe de réflexion récemment lancé par la ministre Linard sur le redéploiement des politiques culturelles. Un premier écho?

Ne soyons pas Bisounours. Chacun a ses domaines de compétences, ses budgets, ses leviers, ses priorités. Mais plus que jamais, il va falloir coordonner nos initiatives car, seuls, on ne peut pas grand-chose. Nous ne sommes qu’au début de ce débat, qui doit réunir les artistes, les organisateurs d’événements, les institutions culturelles, les autorités gouvernementales, l’Europe, mais aussi des privés, c’est-à-dire les sponsors. Sans eux, le festival Musiq’3 n’existerait pas…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés