tribune

Qu’adviendra-t-il de l’art virtuel?

Art Collections Manager – Private Banking Degroof Petercam

Le marché des Non-Fungible Tokens (NFTs) se dessine comme une version exacerbée du marché de l’art, sujet aux évolutions de mode, à la spéculation et aux acquisitions impulsives.

Arrivés récemment sous le feu des projecteurs, les Non-Fungible Tokens (NFTs) ont fait leur entrée dans le monde de l’art il y a déjà plusieurs années. À l’instar de la tulipomanie hollandaise rencontrée au XVIIe siècle, l’envolée spectaculaire des ventes de ces œuvres cent pour cent virtuelles inquiète le marché de l’art qui craint les répercussions d’une bulle spéculative liée par essence aux crypto-monnaies. À l’inverse, nous pourrions aussi être les témoins d’un nouveau mouvement artistique ne prenant plus la forme d’un urinoir, mais celle de caricatures au format jpeg. Entre Marcel Duchamp et les tulipes hollandaises: qu’adviendra-t-il de l’art virtuel?

Depuis le mois de mars et la vente record de Beeple, les NFTs sont devenus l’objet de ventes aux enchères dédiées dans les plus grandes maisons de vente comme Sotheby’s et Christie’s.

Ils éveillent  la curiosité des grands artistes contemporains. Les galeries exposent ces œuvres entièrement digitales dans un environnement physique avec un succès phénoménal.

Disruptifs, les NFTs modernisent et fluidifient un marché de l’art traditionnel qui peinait à s’adapter.

Disruptifs, les NFTs modernisent et fluidifient un marché de l’art traditionnel qui peinait à s’adapter. Au-delà de profiter des restrictions de déplacement qu’impose la pandémie liée au Covid-19, c’est leur liquidité attractive et leur rapidité transactionnelle à frais réduits qui intéressent le marché de l’art. S’ajoutent également les avantages de la blockchain pour certifier l’authenticité, la provenance et la propriété de l’œuvre. De plus, les devises virtuelles de type crypto-monnaie sont visées par la directive antiblanchiment. Un contrôle plus strict et des obligations réglementaires plus poussées sont susceptibles de rassurer l’investisseur.

Eugénie Dumont.

L’accès direct, immédiat et transparent à ses nouvelles devises a déjà permis à une multitude d’artistes de vendre leurs travaux en contournant les intermédiaires, comme Damien Hirst qui a récemment mis en vente directe plusieurs milliers de NFTs. D’autres géants de la vente en ligne, comme Ebay, ont annoncé leur intention d’ouvrir leurs portes aux crypto-monnaies et aux NFTs, prenant position face aux plateformes de ventes de NFT spécialisées comme Nifty gateway ou Opensea.

Collectionner des NFTs permet aussi d’éviter les coûts non négligeables de commission, de maintenance, d’assurance, de transport ou d’entreposage.  Il reste alors possible de reprocher la disponibilité publique des œuvres.  Cette reproductibilité infinie devient cependant une force. Faisant usage des réseaux sociaux, ces versions illimitées de l’œuvre d’origine augmentent l’aura du NFT en proposant sa collection au monde entier, tel un musée virtuel accessible à tous.  Il s’agit là d’autant d’avantages qui rendent les NFTs attrayants tant d’un point de vue pratique que financier.

Quelle approche stylistique?

Leur culte de la caricature, de la 3D et des symboles futuristes ne correspond que trop bien à l’esthétique visuelle des nouvelles générations qui s’appliquent à prendre leur place dans le marché de l’art.

Le caractère accessible des NFTs semble offrir ce qu’il plait à une génération résolument contestataire aux aspirations socio-environnementales prononcées.

Correspondant aux repères visuels populaires de notre époque, le caractère accessible des NFTs semble offrir ce qu’il plait à une génération résolument contestataire aux aspirations socio-environnementales prononcées. À l’encontre des critères de validation académiques de son époque, rappelons que la fontaine de Marcel Duchamp est devenue l’une des œuvres les plus transcendantes de l’Histoire de l’art, marquant le début de l’art conceptuel qui perdure depuis maintenant plus de cent ans.

«The First 5.000 days», le collage numérique de Beeple, adjugé pour 69.346.250 millions de dollars chez Christie’s. ©AFP

Il faut toutefois se méfier d’un effet de mode éphémère. Les crypto-cowboys devenus collectionneurs voient dans les NFTs un moyen de mettre à profit leur fortune virtuelle. Leur arrivée soudaine sur le marché de l’art ne témoigne pas nécessairement d’une réelle passion pour le sujet, et laisse entrevoir le risque d’un désintérêt soudain, dès lors qu’un nouveau type de bien virtuel "à la mode" leur permettra d’écouler leurs coins difficiles à échanger contre devises sonnantes et trébuchantes. Apparaît alors la problématique de la volatilité du cours. Les fluctuations impressionnantes des crypto-monnaies font craindre un krach des valeurs des NFTs qui y sont intrinsèquement liées. La puissance de la blockchain se trouverait alors totalement inutile face à la fermeture d’une plateforme de vente, et la valeur des NFTs qui y sont liés serait réduite à néant.

Un art à part entière?

S’agit-il d’un mouvement pop-art renouvelé aux couleurs acidulées, ou est-ce plutôt la dématérialisation d’un art populaire à l’esthétique parfois douteuse?

Les NFTs ont encore du chemin à parcourir avant d’attirer l’attention des grands collectionneurs chevronnés.

Jusqu’à présent, les collectionneurs de NFTs se situent entre le crypto-milliardaire émergent et le jeune impulsif séduit. Il semblerait que les NFTs aient encore du chemin à parcourir avant d’attirer l’attention des grands collectionneurs chevronnés. La Belgique, plateforme internationale pour l’art contemporain, accueille un nombre grandissant de grandes galeries et de foires. Ces collectionneurs audacieux au regard aiguisé et au goût mature sont renommés pour découvrir les grands talents de demain. Il semble cependant que les NFTs ne les aient pas encore séduits, mais cela pourrait changer.  

Le marché des NFTs se dessine comme une version exacerbée du marché de l’art, sujet aux évolutions de mode, à la spéculation et aux acquisitions impulsives. Une fois retombée, l’excitation de la nouveauté de cet art virtuel laissera place aux vrais adeptes. Pour en revenir à nos tulipes, en feront-ils des arrangements floraux ou exposeront-ils dans les plus grandes institutions, comme c’est le cas aujourd’hui pour l’œuvre de Duchamp? Seul le temps nous le dira. 

Par Eugénie Dumont, Art Collections Manager – Private Banking Degroof Petercam

Le résumé

  • Les "jetons non fongibles" sont-ils là pour durer sur le marché de l'art ou tomberont-ils dans l'oubli, victimes d'une nouvelle mode?
  • Pour l'heure, en tout cas, les NFT font l’objet de ventes aux enchères dédiées dans les plus grandes maisons de vente comme Sotheby’s et Christie’s.
  • Ils ont le mérite de moderniser et de fluidifier un marché de l’art traditionnel qui peinait à s’adapter.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés