"Still Standing II" fait de la reprise culturelle une urgence sanitaire absolue

©Doc

Ce samedi, à 17h30, place de la Monnaie, le monde culturel tape du poing sur la table, avec un événement sans précédent et un message: la reprise culturelle est une urgence sanitaire absolue!

Ce 16 janvier 2021 sera à marquer d'une pierre blanche. À 17 heures 30, place de la Monnaie, débutera le «seul spectacle de tout le royaume». Un titre qui fait froid dans le dos. Spectacle dûment autorisé, comme le stipule le communiqué de presse: les organisateurs ne veulent sans doute prendre aucun risque en cette période tendue et répressive. Au programme: un cabaret d'une demi-heure, à plusieurs voix, multidisciplinaire, diffusé en live sur les réseaux sociaux, projeté sur les façades de lieux culturels emblématiques, et relayé par plusieurs partenaires prestigieux comme le KVS ou le Théâtre National.

Action

Still Standing #2

Samedi 16 janvier 2021, à 17h30, place de la Monnaie (Bruxelles).

A suivre aussi en direct sur Facebook, Auvio et YouTube.

La Monnaie, comme lieu symbolique? C'est de là que partit comme une traînée de poudre la Révolution belge quand, à l'issue d'une représentation de «La Muette de Portici», le peuple se mit à chanter en chœur dans les rues de Bruxelles le célèbre «Amour sacré de la patrie». Ici, ce serait plutôt «Amour sacré de la culture». Le collectif à l'œuvre s'est déjà fendu d'une première expérience en juin dernier, et surtout d'un texte, très fort, paru en décembre chez nos confrères du Soir: «La culture n’est pas une variable d’ajustement», tribune signée par 650 organisations (soit pratiquement l'ensemble du secteur).

"Ma raison n'est pas duite à se courber et fléchir, ce sont mes genoux." (Montaigne)

Il en ressort que, si la culture continue d'accepter le faire le gros dos, elle n'est pas dupe. Ou, pour citer Montaigne: «Ma raison n'est pas duite à se courber et fléchir, ce sont mes genoux.» Que nous dit ce texte? Que «certains pans de la sociétés sont considérés comme de simples variables d’ajustement et sont régulièrement mis à l’arrêt pour permettre à d’autres, jugés ‘essentiels’, de continuer à tourner». La culture, pilier de notre vivre ensemble (et bien sûr de notre santé mentale collective, a fortiori en temps de crise et d’incertitudes) en a assez d'être assimilée à de petits loisirs récréatifs un peu dérisoires, voire superflus

Que demandent les artistes au monde politique? Que la solidarité si souvent citée s'applique, quitte à envisager des jauges, un régime réduit, voire un système de tour de rôle, et tout en conservant les protocoles stricts. Pour rappel, aucune étude n'a démontré que les activités culturelles seraient propices à la transmission du virus.

Avec l'impact alarmant de la crise sur notre santé mentale collective, certains qualifieront même la reprise culturelle d'urgence sanitaire absolue. Nos politiques y seront-ils sensibles?

Still Standing #2: prévu le samedi 16/1/21, à 17h30

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés