Publicité

Ahmet Altan ou l'insolente liberté de la vie

L'auteur et journaliste Ahmet Altan. ©Photoshot

À paraître en français et en italien, "Madame Hayat", qu’on devine interdit en Turquie, opère mieux qu’un pamphlet contre la raideur d’une idéologie qui fustige une société ouverte à toutes ses appartenances.

Ce livre est admirable à tous égards. Ahmet Altan l'a écrit du fond de la prison où le régime d'Erdogan l'avait plongé pour l'éternité – la Cour de cassation turque a cassé en avril dernier ce jugement inique, après six ans d'emprisonnement. Or ce roman n'exalte que la vie et le merveilleux désordre créateur qui se fiche des diktats, des prescriptions de la bêtise et de l'ignorance. Ce livre merveilleux tourne le dos à la réalité grise et absurde, à la peur, au mépris auxquels sont soumis les intellectuels en Turquie pour clamer sa dette aux joyeux paradoxes de l'inattendu.

Déjà dans «Je ne reverrai plus le monde» (qui paraît dans la collection Babel), Ahmet Altan tournait le dos à la prison pour n'évoquer que les beautés et convoquer entre ses murs, hommes, femmes, paysages enchanteurs. Il s'abreuvait aux grandes œuvres, ouvertes comme des fenêtres sur le monde. Cette fois encore, il célèbre la vie, «hayat» en turc, avec un talent immense, un courage et une lucidité aussi tragique que malicieuse.

Située dans une Istanbul en train de perdre sa diversité culturelle, terrorisée par des intégristes qui bastonnent et des nationalistes qui embastillent, cette histoire farouchement allègre, malgré le contexte, célèbre les régals de la chair et de l'esprit. Le jeune Fazil les découvre dans les bras voluptueux d'une femme modeste plus âgée que lui, et dans ceux plus retenus de sa condisciple, aussi fine lettrée que lui.

Réduit à la pauvreté par la faillite de son père, Fazil accepte de figurer dans une émission populaire fréquentée par des épouses désargentées depuis que leurs maris, des hommes d'affaires, ont été emprisonnés et leurs biens confisqués. Parmi elles, une femme attire son regard, sa flamboyance, son insouciance, ses rondeurs semblent se ficher de tout. Entre le jeune homme et cette Madame Hayat naît un amour improbable, ludique, égalitaire et gourmand.

"j'en ai assez de l'humanité

et je n'ai pas envie d'en savoir plus"

Cet appétit de la vie en soi est leur manière – autant que celle d'Ahmet Altan – de tourner le dos à tout ce qui la nie. Madame Hayat ne regarde à la télévision que des documentaires animaliers ou de vulgarisation scientifique, «j'en ai assez de l'humanité et je n'ai pas envie d'en savoir plus». Et tandis qu'elle lui révèle l'incroyable dévouement des fourmis à la communauté ou la créativité des électrons dès lors qu'on cesse de les observer, il tente de l'initier à la philosophie et aux lettres. Au dehors de l'appartement un peu kitsch de Madame Hayat, le ciel s'obscurcit, les couleurs de la rue s'effacent, la réalité corrompt les êtres et la violence menace la belle diversité des colocataires de Fazil, (un travesti musulman, un poète communiste,...).

Ce livre merveilleux tourne le dos à la réalité grise et absurde, à la peur, au mépris auxquels sont soumis les intellectuels en Turquie pour clamer sa dette aux joyeux paradoxes de l'inattendu.

Paru en français et en italien, ce magnifique roman qu'on devine interdit en Turquie, opère mieux qu'un pamphlet contre la raideur d'une idéologie qui fustige une société ouverte à toutes ses appartenances. Il démontre par l'exemple que la beauté bouscule les certitudes, que des mélanges et des rencontres jaillissent l'intérêt fécond, la fraternisation et les métissages porteurs. Et que, par-dessus tout, il faut sauvegarder la fiction qui ose, met en présence les contraires, convoque l'imaginaire et révèle l'inaudible. «Madame Hayat» à toutes ces vertus, toutes ces audaces, parmi lesquelles la plus en péril, l'indispensable, l'inestimable insolence, vertu cardinale des libertés.

Roman

«Madame Hayat»
Ahmet Altan

Traduit du turc par Julien Lapeyre de Cabanes. Actes Sud, 268p., 22 euros (paraît le 1er septembre).

Note de L'Echo: 5/5

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés