Publicité
Publicité

Alain Damasio alerte les jeunes sur les dangers du smartphone

L'auteur de science-fiction Alain Damasio. ©BELGAIMAGE

Très apprécié des amateurs de science-fiction prêts à tenter l'aventure de la poésie et de la réflexion philosophique, Alain Damasio, grand lecteur de Deleuze, aime imaginer des mondes de résistance au prévisible.

Son roman, «La Horde du Contrevent», a remporté le Grand Prix de l'Imaginaire 2006. «Les Furtifs», roman fleuve de 700 pages, a été plébiscité pour son audace littéraire. Avec «Scarlett et Novak», Alain Damasio s'adresse pour la première fois aux jeunes lecteurs, sans se départir de ses thèmes de prédilection, la société ultra-numérisée et le contrôle qu'elle exerce sur nos libertés.

Dans un style rapide comme un dialogue de jeu vidéo, Novak fuit sur le pavé mouillé, poursuivi par deux individus au nom d'espions russes ou d'androïdes galactiques: Boris Bershov et Davor Suker. Sa seule alliée est dans son bright phone, son téléphone portable: elle s'appelle Scarlett. Sa voix est de velours, sa rapidité d'action, son attention à son humeur changeante à ses moindres gestes, le guident en tout et partout. Elle est son âme sœur, sa meilleure amie, son sésame, sa mémoire.

Sauf que cette belle intelligence artificielle est convoitée par les deux affreux et que les coups que Novak reçoit sous une pluie battante sont bien réels. Pas besoin de regarder le bulletin météo sur son écran pour savoir qu'il est trempé. Il pourrait modifier ses lunettes de réalité augmentée pour modifier sa vision mais elle est brouillée par la prise exercée par les deux assaillants.

"Scarlett et Novak", la nouvelle de Damasio à l'attention des jeunes. ©Rageot

Détroussé, perdu, seul, effacé de la surface de la vie numérique, Novak pourra-t-il se retrouver dans sa ville, rentrer chez lui, accéder à tout ce qu'il a confié au cloud, prouver qu'il existe? Angoissant, nerveux, efficace, cette courte nouvelle très réaliste fait froid dans le dos et nous alarme sur ces conforts modernes que nous acceptons.

Détroussé, perdu, seul, effacé de la surface de la vie numérique, Novak pourra-t-il se retrouver dans sa ville, rentrer chez lui, accéder à tout ce qu'il a confié au cloud, prouver qu'il existe?

Plus besoin d'ouvrir une porte, de programmer son four, d'accorder nos goûts, les algorithmes anticipent nos désirs. Plus besoin de regarder des tableaux de Van Gogh dans le silence de la contemplation, des effets de son et de lumière nous plongent dans l'intensité pixelisée des couleurs, orientent notre regard et dictent nos émotions. À moins qu'un sursaut de résistance à cette vie augmentée, assistée, téléguidée ne libère l'esprit, la vue, les pas et le cœur de Novak?

Nouvelle

«Scarlett et Novak»
Alain Damasio

Rageot, 54p., 4,90 euros (à partir de 14 ans)

Note de L'Echo: 3/5

Alain Damasio dénonce notre dépendance au smartphone - 28 Minutes - ARTE

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés