BD| La bulle du vendredi: 7 ans après, Margaux Motin est toujours aussi dingue

©Margaux Motin - Casterman

7 ans après sa précédente BD, l'illustratrice Margaux Motin revient avec un nouveau kaléidoscope de ses moments de vie depuis son aménagement en famille (recomposée) à la campagne. L'aventure de la vraie vie.

Il aura donc fallu sept ans pour Margaux Motin livre son nouvel opus en BD. L'illustratrice, blogueuse, instagrameuse n'avait pas déposé ses crayons pour autant. Mais entre tous ses autres boulots, il fallait amasser les anecdotes et les faits de vie. Comme un écureuil amasse ses noisettes. "Sept ans, c'est la durée de vie d'un écureuil", fait d'ailleurs remarquer Margaux Motin, en fourrageant dans son abondante crinière auburn.

Depuis "La Tectonique des plaques", la vie de Margaux a évolué. Avec un événement majeur: son emménagement avec son amoureux Pacco, dans une maison à la campagne! Un couple, deux filles (une à chacun), voila qui ressemble furieusement à une vie de famille, même recomposée! Rangée, la Motin foldingue? Pas vraiment, non. D'ailleurs quand on lui pose la question de savoir s'ils sont aussi dingues et immatures dans la vraie vie que dans l'album, le couple s'échange un regard amusé, un brin coquin qui en dit déjà long. "Je pense que Monsieur ne nous connaît pas bien...", avance Pacco. Margaux Motin part d'un grand éclat de rire. "Parfois, c'est pire...", ose-t-elle.

Autant que pour "La Tectonique des plaques", ce premier tome de "Le printemps suivant" est évidemment autobiographique. "Mais ce n'est pas pour cela que ce n'est pas écrit et que cela ne demande pas beaucoup de travail en amont", précise Motin.

"On garde en général la crête de nos conneries. Il ne faut jamais brider le potentiel créatif de la connerie! "
Margaux Motin
Autrice

Entre ce nouveau projet de vie, les autres travaux d'illustrations, notamment l'illustration de l'adaptation de "La femme parfaite est une connasse", il a fallu près de quatre ans de travail pour rassembler les éléments et les rendre lisibles et compréhensibles par le plus grand nombre. "Ce n'est pas qu'un journal intime dont on prendrait les meilleurs passages. On l'a vécu, j'ai des notes écrites ou prises au dictaphone, il y a des souvenirs. Je laisse émerger les idées de toute cette matière. C'est un premier filtre. On garde en général la crête de nos conneries. Il ne faut jamais brider le potentiel créatif de la connerie! Mais après il y a encore un gros travail de réécriture pour romancer, doser l'humour et donner une suite logique aux séquences."

Motin travaille donc ici comme pour ses posts Instagram. À la différence près que l'album fait 150 pages, pour un seul dessin par post. "Pour l'un comme pour l'autre, il y a un travail de scénarisation, de construction. Je dois avoir 4 ou 5 idées par jour. J'en poste 2 ou 3 par semaine. Le reste forme un grand compost dont il germe toujours quelque chose."

On découvre donc, parfois avec stupeur, souvent avec surprise, mais toujors avec au moins le sourire, les tribulations de Margaux et Pacco et leurs deux filles en plein déménagement, puis en cours d'installation (le choix de la déco chez Ikea!), les joies du travail au jardin... "Ce sont tous des moments de vie, mais même si la construction est assez organique, il y a une ligne directrice claire qui nous mènera jusqu'à la fin du tome 2", précise Motin.

"Vent Lointain"

♥ ♥ ♥

"Le printemps suivant", Tome 1,

Margaux Motin, Casterman,

140 p., 20 €

On l'a dit, Margaux Motin est aussi, et surtout sans doute, illustratrice et très active sur les médias sociaux. Mais elle ne cache pas son plaisir d'être revenue à la BD. "J'y reviendrai plus rapidement que pour celui-ci! Le média est plus riche, plus fouillé au niveau des décors et du dessin. Mais il se nourrit aussi de tout ce que je fais par ailleurs", note Motin. Notamment des commentaires qu'elle reçoit via ses blogs et autre compte Instagram. "J'ai une communauté de lectrices très fidèles sur ces canaux, très bienveillantes aussi, qui font évoluer mon dessin. Même l'illustration publicitaire nourrit mon travail créatif, parce qu'il développe ma capacité d'écoute et de réactivité. C'est la base de ma créativité."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés