Publicité

Vadot donne un instantané de ce moment hors du temps

Dessinateur de l'Écho, Nicolas Vadot sort, à chaud, un recueil de ses meilleurs dessins consacré à la crise sanitaire. Un instantané pour laisser une trace.

Vadot, le dessinateur de L'Écho et du Vif est le premier à dégainer un recueil de ses meilleurs dessins consacrés à la crise sanitaire qui vient de mettre ces trois derniers mois entre parenthèses. 64 pages uniquement autour de ce fameux virus, dont un bon tiers de dessins inédits. "Il fallait le sortir très vite. À titre personnel, il me fallait un projet durant ces 10 semaines. Pour ne pas devenir fou. Ensuite, je pense qu'il fallait donner cet instantané de la crise, pour en laisser une trace. Le travail d'analyse viendra plus tard", commente Nicolas Vadot.

Laisser une trace de ce moment hors du temps, "pour nos enfants, qui l'ont sans doute vécu beaucoup plus profondément que nous", mais aussi pour se souvenir de ce temps où "nous avons renoncé à nos libertés du jour au lendemain". "Il faudra s'en rappeler le jour où d'autres Viktor Orban voudront profiter d'une telle situation", poursuit le dessinateur de presse qui se définit comme un historien du quotidien.

"Le politique n'intéresse plus personne pour l'instant."
Nicolas Vadot
Dessinateur

Dans ce recueil, Vadot s'est focalisé uniquement sur la crise sanitaire, au contraire de ses autres recueils qui mêlent les sujets politiques, économiques ou sociologiques. "Le politique n'intéresse plus personne pour l'instant. Il reviendra sans doute à l'automne avec l'analyse de la gestion de la crise", poursuit Vadot, qui insiste sur le rôle social plutôt que politique du dessinateur-éditorialiste. "On retrouve tous les autres sujets de l'actualité en filigranes de la crise sanitaire", note-t-il encore: la mondialisation de la crise, la lourdeur du fonctionnement européen, les querelles politiques belgo-belges, les questions économiques. "Avec en sus, les différences d'approche humaine entre une Sophie Wilmès, plus sensible, et un Macron, va-t-en-guerre." 

♥ ♥ ♥ ♥

"Tous confinés - des petits dessins valent mieux qu'un sale virus"

Nicolas Vadot, nicolasvadot.com,

64 p., 14,95 €

 

Pas de choix thématique donc dans la présentation de ce recueil, mais un chapitrage chronologique au rythme des "Vadot au carré" que l'on retrouve chaque samedi dans l'Écho, devenu pendant cette période le "Journal d'un confiné". "Mais je n'ai cependant pas voulu les dater précisément. D'abord pour pouvoir lire ou relire l'album dans quelques semaines ou quelques mois. Mais aussi parce qu'on se situait dans une 'temporalité intemporelle'. Il m'est arrivé souvent de faire sept ou huit dessins d'un coup puis de les distiller progressivement durant la semaine."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés