Publicité
Publicité

Et à la fin, c'est la nature qui a raison

Léonard Chemineau revisite le mythe de Robinson, façon fable écolo dans un paradis sur mer qui ne l'est finalement pas tant que cela.