Cabanes cherchent auteurs

Achevée en 2013 par les architectes de Nyon Vincent Mangeat et Pierre Wahlen, la Fondation, contruite autour d’une bibliothèque, suspend des "cabanes" d’écriture et se coiffe d’une "canopée" en béton ajouré. ©Tonatiuh Ambrosetti Fondazione

Les résidences d’écrivain de la Fondation Jan Michalski n’existent que depuis 2017. Et pourtant elles constituent déjà, pour les auteurs du monde entier, "the place to be".

Bienvenue dans le Jura suisse, à une demi-heure en voiture au nord de Lausanne. Là, sur le site d’une ancienne colonie de vacances, est en train de se structurer depuis une quinzaine d’années un lieu tout à fait extraordinaire. À perte de vue, une nature intouchée faite de forêts, de prés, d’alpages. Comme centre, un long bâtiment hyper moderne, qui abrite entre autres une salle d’exposition et un auditorium. En son sommet: une bibliothèque rêvée, sur quatre étages, dont le dernier s’est invité en plein ciel. Pour prolonger ce bâtiment, une "canopée" ajourée, immense toit de béton qui laisse s’inviter le ciel et la lumière, et où sont suspendues sept "cabanes". Ces modules, chacun signé par un bureau d’architecture différent, sont là pour abriter l’inspiration des heureux élus sélectionnés par la fondation pour s’adonner à leur métier: écrire des histoires.

©Tonatiuh Ambrosetti Fondazione

Le lieu est époustouflant de pureté, d’ambition, et de cette spécialité suisse qui remet toujours le nec plus ultra dans un contexte humain, sur le mode "on a simplement voulu faire au mieux". Car, ici, ce n’est pas l’esbroufe qui est au centre, mais une énergie positive basée sur l’universalité – les résidents viennent de tous les horizons, et peuvent même être débutants – et sur le vivre-ensemble. L’idée, en effet, est que chacun apporte sa pièce à l’édifice par l’écriture, mais aussi par l’échange pendant les séjours (de 2 semaines à… 6 mois!), par exemple en proposant des films qui seront projetés en commun certains soirs, puis qui donneront lieu à discussions, le but étant de créer en permanence une véritable communauté.

Derrière, l’entreprise "Roche"...

Aux commandes, Véra Michalski-Hoffmann. Avec son mari, disparu prématurément en 2002, elle pilotait une maison d’édition multilingue, "Noir sur Blanc", laquelle s’occupait de promouvoir en Pologne des auteurs comme Bukowski, Henry Miller ou Umberto Eco. Ensemble, ils reprendront ensuite les éditions Phébus, puis Buchet-Chastel (aujourd’hui groupe Libella). Alors qu’elle aurait pu être synonyme de repli, cette disparition va donner des ailes à l’éditrice, qui se fait dès lors également mécène et porteuse de projet – elle est également à la tête de l’entreprise familiale "Roche", un géant de la pharmacie – et décide de créer dans le village où elle vivait avec son mari, une petite "cité des lettres".

Série | Les tours d’ivoire
Ces résidences d’écrivains qui font rêver…

Où vont nos auteurs préférés pour se retirer du monde? Histoire de nous concocter de nouveaux chefs-d’œuvre… ou d’échapper à l’agitation, voire au syndrome de la page blanche? De la cabane monacale perdue dans les alpages à la luxueuse villa provençale avec piscine, faites votre choix…

Une des spécificités du lieu, outre l’ouverture à toutes les cultures, et aux artistes à tous les stades de leur développement personnel, c’est un prix littéraire (Prix Jan Michalski), et l’octroi d’aides financières à "tout type de projet", pourvu qu’il ait un lien évident avec la littérature. Comme par exemple le "Jaipur Literature Festival", qui a lieu chaque mois de janvier en Inde, et qui constitue le plus grand festival gratuit dans le monde.

Parmi les invités qui ont déjà répondu présents pour des rencontres ou des conférences, du beau monde évidemment: Jonathan Coe, Lydie Salvayre, Joël Dicker, Mathias Enard ou Julian Barnes… Cette année, à l’honneur dans la salle d’exposition, René Char, avec des œuvres autographes, et toutes une série d’initiatives pour entrer de plain-pied dans l’univers du poète et résistant.

Du beau monde (littéraire) est passé par la Fondation: Jonathan Coe, Lydie Salvayre, Joël Dicker, Mathias Enard ou Julian Barnes…

Et pour ceux qui veulent en savoir plus sur la dimension architecturale du projet, des visites sont proposées. Histoire de se familiariser avec les 65.000 ouvrages (80.000 à terme) de la bibliothèque. Et même de vous demander si, vous aussi, vous ne vous verriez pas à résider dans le Jura suisse, avec une histoire à raconter. Car s’il est un lieu qui suscite les vocations (et qui libère l’imaginaire), c’est bien celui des "cabanes" de Véra Michalski…

Expo "René Char, sources et chemins de la poésie" (jusqu’au 29/9) et autres activités littéraires: Route de Chardève 2, 1147 Montricher, Suisse. www.fondation-janmichalski.com.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect