portrait

Edgar Morin, témoin du siècle et boussole de notre temps

Ce jeudi, le sociologue et philosophe Edgar Morin fête son centième anniversaire. Portrait d’un intellectuel à part entière qui a traversé le vingtième siècle et dont la pensée continue d’inspirer notre époque.

Témoin privilégié d’un vingtième siècle mouvementé, il a composé une œuvre constituée de près de soixante ouvrages et il continue plus que jamais d’inspirer notre époque. L’actualité de sa pensée et son attention permanente au monde qui l’entoure (il est très actif sur Twitter) lui ont quasiment conféré le statut de «sage» à un moment de l’histoire de l’humanité où cette dernière se trouve confrontée à de nombreux défis majeurs et où elle fait face à l’incertitude, aux fanatismes et à l’irrationalisme. Dans son dernier livre intitulé «Leçons d'un siècle de vie» (Denoel), il revient sur son parcours et son destin exceptionnel: «Je ne suis pas seulement une minuscule partie d’une société et un éphémère moment du temps qui passe. La société en tant que Tout, avec sa langue, sa culture et ses mœurs est à l’intérieur de moi. Mon temps vécu aux 20ᵉ et 21ᵉ siècles est à l’intérieur de moi.» 

"Qui suis-je? Je réponds: je suis un être humain."
Edgar Morin

Né à Paris en 1921, Edgar Nahoum est issu d'une famille juive originaire de Grèce. Fils unique, il perd sa mère très tôt, à l'âge de dix ans seulement. Comme tant d’autres à l’époque, il cherche à s’impliquer politiquement, notamment suite à la Guerre d’Espagne. En 1941, il décide de prendre la carte du parti communiste (il en est exclu en 1951). En 1942, il entre dans la Résistance. Il opte pour le pseudonyme de «Morin», qu’il décide de conserver. "Qui suis-je? Je réponds: je suis un être humain. C’est mon substantif. Mais j’ai plusieurs adjectifs, d’importance variable selon les circonstances; je suis français, d’origine juive sépharade, partiellement italien et espagnol, amplement méditerranéen, Européen culturel, citoyen du monde, enfant de la Terre-Patrie."

Curieux de tout

Théoricien de la connaissance et promoteur de la "pensée complexe", Edgar Morin a ouvert une voie dont on mesure aujourd’hui la nouveauté: "À la doctrine qui répond à tout, plutôt la complexité qui pose question à tout". À l’image de sa vie, son itinéraire intellectuel n’est pas uniforme: autodictate, grand admirateur de Montaigne, il passe par le journalisme, et devient ensuite chercheur au CNRS. Si le rayonnement international de sa pensée n’a cessé de croitre au fil des années, il est cependant toujours resté un marginal. Il a construit une œuvre polymorphe et inclassable en parcourant tous les champs du savoir, s’intéressant autant à la rumeur qu’à la mort ou au cinéma.

"Évitez d’être centenaire. Passez directement à 101 ans."
Edgar Morin

Touche-à-tout insatiable de curiosité, il continue d’observer, avec la même pétulance et la même liberté d’esprit, les mouvements de l'Histoire, jusqu’à la pandémie de Covid-19 et la crise écologique. De ce parcours si riche, il a tiré une leçon fondamentale: "Une des grandes leçons de ma vie est de cesser de croire en la pérennité de du présent, en la continuité du devenir, en la prévisibilité du futur." "Docteur honoris causa" de plusieurs universités à travers le monde, ce grand universaliste, défenseur de l’espérance, en appelle à un "humanisme régénéré": "L’humanisme régénéré, ce n’est pas seulement le sentiment de communauté humaine, de solidarité humaine, c’est aussi le sentiment d’être à l’intérieur de cette aventure inconnue et incroyable, et souhaiter qu’elle continue vers une métamorphose, d’où naîtrait un devenir nouveau." Et que peut-on souhaiter de meilleur à ce jeune centenaire sinon précisément une énième métamorphose lui qui, il y a quelques jours, twettait non sans espièglerie: "Évitez d’être centenaire. Passez directement à 101 ans."

Le profil

  • 1921: Naissance à Paris.
  • 1941: Il prend sa carte au Parti Communiste Français.
  • 1942: Il intègre la Résistance et prend le nom de "Morin".
  • 1945: Publication de son premier ouvrage: "L’An zéro de l’Allemagne".
  • 1950: Il entre au CNRS.
  • 1951: Il est exclu du parti communiste.
  • 1977-2004: Il se lance dans la rédaction de son œuvre majeure: "La Méthode".
  • 8 juillet 2021: Il fête son centième anniversaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés