Etoile rouge

LECTURE BD. Et si Hitler était tombé sous les balles d’un assassin? Et si les Allemands avaient développé et utilisé l’arme nucléaire en Europe ? Sur le thème de l’uchronie historique, les auteurs de la série Block 109 développent la vision d’un monde apocalyptique où peu de place est laissée à l’optimisme

L’uchronie a décidément la cote cet été. Après la série Jour J, voici une autre saga, Block 109 (éditions Akileos) qui explore toutes les ficelles de ce genre où l’imagination détourne l’histoire. Avec un nouvel opus qui répond aux espérances : Etoile rouge.

 

La série Block 109 se veut en effet une uchronie très bien orchestrée et si noire que l’on ne quitte pas une seconde le monde des ténèbres le temps que dure la lecture de l’album.

Etoile rouge démarre très fort et ne laisse pas au lecteur le temps de se mettre à l’aise. Dès le générique, l’intrique se veut violente, sans temps morts. Vingt-deux mars 1941, Hitler est abattu lors d’un discours. Par qui ? Mystère. Juin 1944, les Allemands mettent au point l’arme nucléaire. Vingt-deux juillet 1944, lancement de l’opération Barbarossa, soit l’attaque nazie sur la Russie de Staline. Août 1944, une escadrille française, le groupe Normandie, est envoyée sur le front de l’est pour affronter les jets allemands. Le décor est planté, l’horreur va commencer.

Ce volume de la série Block 109, baptisé Etoile rouge, se veut un hommage à des hommes qui ont perdu leurs illusions et leur mère patrie, la France, détruite par une bombe nucléaire allemande. Pour incarner ces hommes, les auteurs ont choisi de leur faire endosser l’uniforme de pilotes de l’escadrille Normandie-Niemen. Cette poignée d’aventuriers va se retrouver prise entre deux régimes totalitaires nauséabonds : nazi et soviétique.

Plus qu’une BD, c’est plutôt d’un roman dessiné qu’il s’agit ici. Tout est drôlement bien ficelé. Une intrigue solide, documentée et des décors chargés d’images choquantes. Comme ces esclaves chargés de ramasser la boue radioactive. Ce n’est pas une BD sur l’aviation. Néanmoins, les combats aériens, assez fréquents, justifient à eux-seuls l’achat du livre. Dynamiques, réalistes, avec des avions à réaction rarement mis en scène comme le Mig 15, le Me 262, le FW TA-183. Quant aux personnages, difficile de rendre des hommes aussi tourmentés. Le teint gris, les traits marqués par la fatigue des combats. Il n’y a pas de héros ici. Il n’y a pas de noir ou de blanc. Juste du gris. Les troupes de Staline ont des têtes de bourreau. Quant à l’ennemi nazi, il ne montre pas son visage. Le pilote allemand est méconnaissable sous son harnachement. Comme une bête née de l’apocalypse déclenchée par un régime de fous furieux, il ressemble à un insecte nuisible.

Entrez dans un monde en guerre et découvrez un éditeur et des auteurs situés en dehors de la BD commerciale. Nous avons adoré. Et vous ?

 

Le prochain volume de Block 109 est attendu en janvier 2011. Baptisé Soleil de plomb.

 

Philippe Degouy

philippe.degouy@lecho.be

 

Etoile rouge. Scénario de Vincent Brugeas, dessins de Ronan Toulhoat. 57 pages. Editions Akileos.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés