L'écrivain Édouard Louis face à sa mère

L'écrivain Édouard Louis. ©John Foley

Évoquant la figure maternelle et sa rébellion tardive, le célèbre auteur français décortique les mécanismes d’une double domination – de classe et de genre.

Livre après livre, Édouard Louis ne déroge pas à son projet «anti-littéraire» comme il le qualifie lui-même, dénonçant la réalité bourgeoise du monde littéraire qui tente de magnifier ou de romancer les classes populaires – ces vies détruites, broyées, précarisées que l’auteur d’«En finir avec Eddy Bellegueule» ne cesse de mettre au premier plan, sans fioritures ni détours.

Parler de vies que personne ne veut voir, de témoignages qu’on ne veut pas entendre: voilà ce qu’il fait cette fois encore en racontant l’histoire vraie de sa mère, femme soumise à la domination des classes et des genres jusqu’à ce qu’elle change de vie sur le tard pour se réapproprier une existence et un destin non choisis. Le livre ouvre sur une photo de Monique Bellegueule à l’âge de vingt ans: on la voit pleine d’espoir et de rêves, son visage rayonnant contrastant avec l’image qu’elle donnera d’elle dix ans plus tard, raconte son fils. Que s’est-il passé pour la mener si brutalement au désespoir?

Sans rien omettre, Édouard Louis tente une «archéologie de la destruction», évoquant deux mariages malheureux, cinq enfants à élever et l’écrasement de la condition ouvrière, dans ce village du nord de la France marqué par la précarité et l’exclusion. Cantonnée à la vie domestique par un mari alcoolique et violent, Monique Bellegueule finira pourtant par trouver en elle la force de se libérer, faisant dire à son fils que «le pouvoir est moins fort ce que qu’il croit», lui qui aimerait que ses livres soient comme des bombes. Broyée par l’amertume d’un mari autoritaire et abusif, lui-même victime d’un système infantilisant suite à un grave accident d’usine, la mère d’Édouard Louis a vécu dans une pauvreté extrême, dans la crainte permanente de perdre les aides sociales allouées par l’État, voyant ses fils reproduire le schéma paternel et se retourner contre elle.

«Combats et métamorphoses d’une femme», Édouard Louis, au Seuil.

«Les enfants sont des sujets politiques fascistes»

Le plus touchant ici est peut-être le regard que l’auteur porte sur son propre rôle dans cette généalogie de la domination masculine, assumant le fait d’avoir été lui-même l’un des instruments du malheur de sa mère, ne voulant pas qu’elle se libère et encore moins que son visage se transforme sous le coup de la joie. Parce que «les enfants sont des sujets politiques fascistes», réfractaires au changement, le jeune Édouard préfère laisser sa mère à sa condition subie et, par ses études et son accès au langage, devenir lui-même ce dominant face à qui, plus jeune, il ressentait une honte terrible. Celle des opprimés face à l’instituteur ou au médecin de famille…

"Parce que je le sais maintenant, ils ont construit ce qu’ils appellent littérature contre les vies et les corps comme le sien. Parce que je sais désormais qu’écrire sur elle, et écrire sur sa vie, c’est écrire contre la littérature."
Édouard Louis
Dans «Combats et métamorphoses d’une femme»

Transfuge de classe d’une grande violence, l’auteur relate le jour où sa mère, enfin, se libère à son tour et l’appelle pour lui dire: «Je l’ai fait». S’ensuit une vie nouvelle et parisienne pour cette Monique Bellegueule qui, soudain, après 45 ans de conditionnement patriarcal, accède enfin à la liberté.

Tout comme Annie Ernaux refusait d’employer le vocabulaire de la bourgeoisie pour évoquer la figure de son père dans «La place», Édouard Louis écrit la vie de sa mère au scalpel, sans lyrisme: «Parce que je le sais maintenant, ils ont construit ce qu’ils appellent littérature contre les vies et les corps comme le sien. Parce que je sais désormais qu’écrire sur elle, et écrire sur sa vie, c’est écrire contre la littérature.»

Roman

«Combats et métamorphoses d’une femme»
Édouard Louis

Seuil, 128p., 14 euros

Note de L'Echo: 4/5

La Grande Librairie | Édouard Louis: "Tout sur ma mère"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés