L’enjeu du nouvel Alice Ferney sera le ventre féminin

L'autrice Alice Ferney. ©©Philippe MATSAS/Opale/Leemage

Après avoir disséqué les veuves, le couple et les bourgeois, Alice Ferney éventre, dans "L'intimité", les femmes et le désir de maternité: un roman qui verse dans l’écueil de la démonstration.

Étrange affaire que ce roman engagé, déguisé en comédie de mœurs. Alice Ferney y raconte l’histoire du couple parfait, bobo sans être prétentieux, qui s’effondre en un drame silencieux lorsqu’Ada meurt en donnant naissance à leur petite fille, Alice. Dévasté, Alexandre doit alors se résoudre à perdre la garde de Nicolas, le petit garçon d’Ada auprès duquel il a joué le rôle de père sans l’être biologiquement, ni légalement…

Dès les premières pages, le ton est donné: l’enjeu de cette affaire sera le ventre féminin – en particulier l’utérus, cet organe emblématique de l’inégalité entre les sexes, selon Sandra Mollière, la voisine du dessous, libraire féministe qui refuse en bloc la maternité mais se prend d’affection pour les deux jeunes orphelins.

La réflexion sur le désir d’enfant et la parentalité prend alors une autre tournure, qui vire de façon assez manifeste à la charge contre la GPA.

C’est dans cette complicité nouvelle avec sa voisine qu’Alexandre trouve le réconfort nécessaire et s’interroge sur les forces latentes qui ont mené au drame. Car il s’en estime seul responsable, son désir de paternité ayant poussé Ada à enfanter une seconde fois, elle pour qui la chose n’était pas nécessaire…

Roman

«L’intimité»

♥ ♥ ♥

>Alice Ferney, Actes Sud, 368p., 22 euros. 3/5

Inconsolable, Alexandre se rapproche de Sandra, mais celle-ci n’a aucun désir de devenir une mère de substitution pour la jeune Alice, ni de s’enfermer dans le giron du couple hétéronormé. Au contraire, elle pousse Alexandre à se frotter aux tentations du virtuel, ce qui mène l’architecte à découvrir les vices du site «OkCupid», puis à rencontrer Alba.

Une nouvelle histoire prometteuse, qui le fait fantasmer un possible mariage, jusqu’à ce qu’il découvre une chose étrange à propos de cette nouvelle compagne… La réflexion sur le désir d’enfant et la parentalité prend alors une autre tournure, qui vire de façon assez manifeste à la charge contre la GPA – la gestation pour autrui, autrement dit la «location» d’un utérus au bénéfice d’une autre femme.

Sauver nos corps

Pourquoi faire croire aux femmes qu’il est impossible d’être heureux sans faire d’enfants? Comment faire pour sauver nos corps de la marchandisation galopante? Et, si l’on ne naît pas femme, comment refuser, dans certains cas, de le devenir par la procréation? Toutes ces questions sont posées par Alice Ferney dans un livre malheureusement (souvent) didactique et légèrement caricaturé: chaque personnage féminin semble incarner ici une tendance contemporaine afin d’éveiller ce ballot d’Alexandre à toute la complexité du débat actuel sur la maternité.

Chaque moment partagé avec sa complice Sandra – mentor au féminin qui semble n’exister que pour éduquer son voisin au féminisme – vire à la leçon de choses et, même si l’on prend du plaisir à suivre Alexandre dans sa quête de l’amour impossible, on ne peut s’empêcher d’avoir la désagréable impression que les deux comparses enfoncent des portes déjà ouvertes par d’autres, plongeant le livre dans le pédagogisme à la place du romanesque. Hélas!

Interview d'Alice Ferney - L'intimité

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés