Publicité

La Foire du livre de Bruxelles se réinvente sous la forme d'un festival

©BELGA

Crise sanitaire oblige, la Foire du livre de Bruxelles dérogera cette année à ses habitudes pour s'implanter sous la forme d'un festival en plein cœur de la capitale en lieu et place du site de Tour et Taxis.

Quelque 150 moments de rencontre dans le cadre de la Foire du livre seront proposés du 6 au 16 mai prochain dans une trentaine de lieux publics ou privés, sur inscription et dans le respect des règles sanitaires. Une semaine de rencontres professionnelles en ligne est également prévue du 22 au 27 février, ont fait savoir mardi les organisateurs de l'évènement culturel.

"Soit on attend la fin de la crise, soit on ose et on essaie de remplir au mieux notre mission de promotion du livre et de la lecture."
Marie Noble
Commissaire générale de la Foire du livre

"Le monde de la culture et toute la chaîne du livre sont frappés par la crise sanitaire et il est important de soutenir l'ensemble de cette chaîne", a lancé d'emblée Tanguy Roosen, nouveau président de la Foire du livre de Bruxelles. "Notre petite asbl a été fortement impactée par la pandémie", renchérit Marie Noble, commissaire générale de l'événement. "Notre modèle économique est fragile puisqu'il s'appuie en grande partie sur les apports des exposants. En changeant de formule, nous avons perdu la moitié des subventions et donc de nos marges de manœuvre. Mais soit on attend la fin de la crise, soit on ose et on essaie de remplir au mieux notre mission de promotion du livre et de la lecture."

Cette édition a demandé beaucoup de créativité et a nécessité de trouver de nouveaux soutiens financiers. "Nous avons le budget pour mener à bien le projet et nous avons pu compter sur la solidarité des lieux qui nous accueillent gracieusement. Peu de moyens sont ainsi dévolus à la location d'espaces", souligne Marie Noble.

Pluralité et gratuité

Le festival, qui aura pour invité d'honneur le romancier italien Erri de Luca, prendra ses quartiers dans des lieux éclectiques comme Bozar, au Cabaret Mademoiselle, au Centre de la Bande Dessinée, au cimetière de Laeken, au Cinéma des Galeries, à l'Hôtel de Mérode, au Kanal-Centre Pompidou, aux Galeries Royales Saint-Hubert, à la Maison Amnesty International, au Théâtre du Vaudeville ou encore au Théâtre des Galeries. Tout le réseau des bibliothèques francophones, des librairies, des cafés, des restaurants et des coiffeurs prendront également part à l'événement.

"2021 nous offre une opportunité de laboratoire, pour éventuellement nourrir le marché du livre de 2022."
Marie Noble
Commissaire générale de la Foire du livre

Toutes les activités organisées seront gratuites à quelques exceptions près, comme des diners littéraires par exemple. "La crise nous pousse à faire et essayer des choses qu'on n'aurait pas osé tester avant. 2021 nous offre une opportunité de laboratoire, pour éventuellement nourrir le marché du livre de 2022. Cela nous permet d'aller au-delà des murs de Tour et Taxis et de tester de nouveaux formats", estime Marie Noble.

Une nouvelle plateforme numérique dédiée au livre et à la lecture sera par ailleurs accessible en 2021. "Ce nouveau média aura donc pour mission d'être un médiateur culturel pour donner l'envie d'aller vers le livre, mais aussi de fédérer les communautés et l'écosystème du livre, tout en promouvant les créateurs et la citoyenneté par le livre", précise-t-on du côté de l'ASBL.

Un nouveau prix purement belge

Cette dernière lancera par ailleurs un nouveau prix littéraire qui défendra la création belge et récompensera un premier ou un deuxième roman appartenant au genre noir (policier, thriller, …) en offrant sa publication par les Editions Ker. "Le Prix de la Foire du Livre de Bruxelles veut devenir une véritable rampe de lancement pour de jeunes auteurs belges", avec une volonté de se développer dans d'autres genres littéraires dans les prochaines années, déclare Tanguy Roosen.

Le nouveau logo de la Foire du livre, "un trait d'union"

En 2021, l'ASBL amorcera par ailleurs un nouveau tournant structurel, les yeux rivés vers 2030, annoncent ses responsables. "Une décennie qui permettra de développer plus encore notre mission culturelle", y compris auprès des publics éloignés et fragilisés. "Et ce dans le but d'être un trait d'union. Pourquoi 2030? La Belgique fêtera son bicentenaire et qu'une ville de Belgique portera une nouvelle fois le titre de Capitale européenne de la Culture." Dans cette optique, l'ASBL a d'ailleurs décidé d'adopter un nouveau logo symbolisant ce "trait d'union".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés