"Le livre redevient un objet culturel central, ce qui est réjouissant!"

©Mathieu Menard

Les éditeurs reçoivent pléthore de manuscrits inspirés par la crise sanitaire. Aucun ou presque ne deviennent des livres.

Directeur des Impressions Nouvelles, Benoît Peeters a reçu quantité de textes – fiction ou journal. «Liés au confinement ou au déconfinement, ils sont un soutien psychologique à leurs auteurs, mais ne vieillissant pas bien, sont voués à l’oubli immédiat. Nous les refusons et nos confrères s’en lassent», tranche-t-il. «Et notre programme étant arrêté très à l’avance, rien n’aurait pu s’y ajouter.» Ces textes, conclut-il, auraient davantage leur place sur un blog.

Une tendance préexistait à cet afflux. «Nous acceptons les manuscrits électroniques: ils ne coûtent rien à l’expéditeur, qui les envoie sans vérifier ce que publie la maison d’édition.» Auparavant, seuls les manuscrits papier étant acceptés; les auteurs choisissaient l’éditeur, qui prenait le temps de lire. «Le volume oblige à les confier à des stagiaires, qui sondent et trient. L’éditeur se penche sur ce qui a franchi ce seuil. En somme, plus il y a d’envois, moins il y a de lectures

«Passant déjà des heure devant des écrans, nous avons un besoin physiologique d’une position corporelle, d’un usage des yeux autres, du papier et pas du rectangle lumineux.»
Benoît Peeters
Directeur des Impressions Nouvelles

Plus profondément, «le phénomène du Covid n’est pas clos, et, malgré un premier recul, toute analyse se périme vite. Les meilleures biographies s’écrivent après la mort: la réflexion sur la crise sera plus féconde quand nous en serons sortis

Au-delà, des habitudes se modifient. «Faute de cinéma, on regarde Netflix, mais la lecture numérique ne supplante pas le papier (même si le livre audio en bénéficie). Passant déjà des heure devant des écrans, nous avons un besoin physiologique d’une position corporelle, d’un usage des yeux autres, du papier et pas du rectangle lumineux.»

Le succès du click & collect durera. «Toutefois, la best-sellerisation en est un effet négatif: faute de rencontre avec un livre sur un présentoir, la demande se concentre sur des textes faciles. L’époque n’est pas propice aux dystopies (le réel en est déjà une), mais nous ne céderons pas à la facilité.»

Électrochoc créatif

À Paris, Philippe Robinet dirige Calmann-Lévy, l’une des plus anciennes maisons françaises: «La solidarité des auteurs et libraires est exemplaire. La crise bouscule les calendriers de parution», dit-il. Il confirme le succès du click & collect: «Chez moi, dans l’Yonne, la librairie Oblique a vu trois jours de files d’attente dans la rue, et j’ai admiré l’énergie de Marc Filipson chez Filigranes, à Bruxelles

Les réimpressions ont augmenté. La promotion s’est réinventée. Avec «Pas d’édition sans librairie», une vingtaine ont organisé des signatures par l’auteur (ouvrages envoyés chez eux ou signés chez l’éditeur), les cartons restant consignés deux jours avant ouverture et après signature.

«La limité des "journaux de mon Covid"? Ils parlent de nous, de nos sociétés immédiates au détriment de l’ailleurs et du lointain.»
Philippe Robinet
Directeur de Calmann-Lévy

«Cet électrochoc travaille les axes créatifs et narratifs. Nous avons bien reçu quelques manuscrits, surtout des “journaux de mon Covid”. Ils s’inscrivent dans une mouvance de fiction ou de non-fiction qui s’empare des problématiques de changement de société, d’organisation du travail, du “vivre-ensemble”. Leur limite? Ils parlent de nous, de nos sociétés immédiates au détriment de l’ailleurs et du lointain. Si nous n’envisageons aucune publication à ce jour, nous savons que ce coup de massue sur nos habitudes fera date.»

«Le livre redevient un objet culturel central, ce qui est réjouissant et triste pour les autres arts.» Quant à savoir pourquoi, en France, les coiffeurs sont ouverts et les musées fermés, mais en Belgique l’inverse, il sourit: «Nous sommes cousins, mais qu’il est difficile d’exercer le pouvoir en ces circonstances…»

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés