Le Lotus bleu d'Hergé fixe de nouveaux records

©REUTERS

Le projet de couverture du Lotus Bleu a été adjugé hier pour 3,175 millions d'euros, un nouveau record pour la BD et pour Hergé en particulier

Le noir profond se heurte au rouge vif du dragon et au bleu lumineux du vase. Par sa construction, la finesse de son dessin et la profondeur de ses couleurs, l'oeuvre est intrinsèquement de toute beauté. Et encore, ce n'est qu'un projet de couverture pour le Lotus Bleu exécuté par Hergé. L'oeuvre, de 40 cm de côté, réalisée à l'encre de Chine et à la gouache et qui date de 1936, montre cependant toute la richesse picturale de l'auteur de Tintin. Présentée hier à la vente par la maison Artcurial Paris, la pièce a été adjugée à 3,175 millions d'euros hors frais, soit un peu plus de 3,8 millions frais compris.

Estimation dépassée

Le résultat de l'enchère en fait l'oeuvre de BD la plus chère jamais adjugée et consacre, s'il le fallait encore Hergé parmi les valeurs sûres de l'investissement en art moderne. Auparavant, c'est également une oeuvre d'Hegé qui avait fixé le record. Il s'agissait des pages des originaux des pages de garde des albums de Tintin, adjugées pour 2,65 millions d'euros hors frais.

3,4
millions d'euros
Présentée par la maison Artcurial à Paris, la pièce a été adjugée à 2,6 millions d'euros hors frais, soit un peu plus de 3,4 millions frais compris.

Ce projet de couverture faisait partie d'une vente consacrée à l'auteur de Tintin, soit une centaine de lots avec une série de cartes de voeux signées, des dessins du Studio Hergé, des bleus de coloriage ou encore des éditions originales de premiers albums. Le clou de la vente était estimé entre 2,2 millions et 2,8 millions, le résultat se situe donc nettement au-delà. Preuve de l'engouement et de l'intérêt suscité par cette pièce de collection, plus de 800 amateurs s'étaient inscrits pour cette vente dont les enchères se sont envolées en quelques minutes. Après une bataille d'enchères téléphoniques, c'est finalement un collectionneur privé qui a emporté le lot.

Polémique

Le projet de couverture avait été refusé en 1936 par Louis Casterman, l'éditeur des albums de Tintin. Non pour sa qualité, mais plutôt pour sa complexité technique qui l'aurait rendu trop coûteuse à imprimer. Hergé optera finalement pour la version simplifiée sur fond rouge que l'on connaît aujourd'hui.

Le projet de couverture avait été refusé en 1936 par l'éditeur des albums de Tintin, non pour sa qualité, mais plutôt pour sa complexité technique qui l'aurait rendu trop coûteuse à imprimer.

La vente de cette oeuvre par un descendant de Louis Casterman a suscité la polémique dès son annonce. L'histoire veut que Hergé en ait fait cadeau à Jean-Paul Casterman, le fils de Louis alors âgé de 7 ans, qui l'a sagement pliée en six pour la ranger dans un tiroir. Le projet avait disparu de la circulation jusqu'en 1981 pour servir de base à une lithographie éditée pour les retrouvailles entre Hergé et son vieil ami Tchang.

Lors de sa réapparition il y a quelques semaines, Nick Rodwell, détenteur des droits sur l'oeuvre d'Hergé a tenté de la récupérer au profit du Musée Hergé. Selon les ayants droit du créateur, ce dessin n'avait pas été donné par Hergé mais n'aurait en fait jamais été restitué à son créateur. Rodwell n'est cependant pas arrivé à ses fins, ne pouvant prouver cette version des faits, sans compter la prescription. La Fondation Moulinsart n'avait par ailleurs pas tenté de le réclamer en 1981 lorsqu'elle fut publiée en lithographie. Le nouveau record de prix n'est sans doute pas totalement étranger à cette polémique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés