interview

Le prix Filigranes vu par Marc Filipson

©Frédéric Pauwels / HUMA

Sept livres sont en lice pour la 3e édition du prix Filigranes. En attendant le verdict, annoncé pour le 21 septembre, nous avons rencontré Marc Filipson, fondateur de la librairie Filigranes.

1. Dans quelle optique avez-vous créé ce prix littéraire il y a deux ans?

Je raconte souvent que Joël Dicker n’a pas eu le Goncourt pour "La Vérité sur l’affaire Harry Quebert" alors que c’est l’exemple même du livre qui a amené des gens à la lecture. Son livre est injustement jugé par les lecteurs élitistes comme étant trop simple, mais il a obtenu le Goncourt des lycéens et a ouvert la porte de la lecture à beaucoup de jeunes. À mes yeux, il est comparable avec Harry Potter! Depuis lors, énormément de gens viennent chez Filigranes pour dénicher d’autres romans faciles d’accès et de qualité. Dans quels tiroirs mettre ces livres? On peut mépriser Guillaume Musso et Marc Levy mais il faut reconnaître qu’ils connaissent les ficelles pour tenir les lecteurs en haleine.

2. Vous étiez à la source du projet mais vous n’êtes pas seul dans l’aventure…

"La dotation est passée de 5.000 à 10.000 euros, ce qui n’est pas rien pour un auteur!"

Cette année, certains de mes libraires ont joué le jeu, des clients nous ont également fait des propositions, et nos partenaires ont battu le rappel auprès de leur réseau. Même Livres Hebdo, le seul organe professionnel pour les libraires, a été présent tout au long du processus et a mis les 3 finalistes en avant, ce qui nous ouvre les portes de l’international. La dotation est aussi passée de 5.000 à 10.000 euros, ce qui n’est pas rien pour un auteur! Le gagnant est en outre mis à l’honneur toute l’année chez nous, ce qui aide indéniablement à faire vendre le livre et renforce nos relations avec son éditeur.

3. La sélection de cette année m’apparaît plus diverse,avec des titres un peu moins faciles d’accès?

Notre seul vrai critère est de tenir les lecteurs en haleine jusqu’au bout. Prenez "Helena" de Jérémy Fel: il est dans le tiercé final alors que ce n’est pas un livre qu’on peut mettre dans les mains de tout le monde! C’était de loin le roman le plus troublant, trash et effrayant de la sélection 2018. Thomas Gunzig a animé la première rencontre du jury, puis chaque juré a voté à distance, par un système de points, et nous ne dévoilerons le nom du lauréat que le 21 septembre.

Prix Filigranes 2018

Les 7 livres en lice

1. "La belle de Casa", d’In Koli Jean Bofane, Actes Sud

2. "La vraie vie", d’Adeline Dieudonné, L’Iconoclaste

3. "Maramisa", de Vincent Engel, Les Escales

4. "Helena", de Jérémy Fel, Payot et Rivages

5. "La fin des idoles", de Nicolas Gaudemet, Tohu Bohu

6. "La rose de Saragosse", de Raphaël Jeruslamy, Actes Sud

 7. "Séquoias" de M. Moutot, Seuil

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content