Le transperceneige poursuit sa route infinie

©doc

Près de 40 ans après sa sortie, la série créée par Jacques Lob et Jean-Marc Rochette se poursuit et connaît un regain d'audience. Grâce à l'audiovisuel notamment.

Elle n'était pourtant pas née sous les meilleurs auspices, cette série. Jacques Lob crée "Transperceneige" dans les années 80 et en confie d'abord le dessin à Alexis. Mais le dessinateur décède et laisse l'œuvre inachevée après 100 planches. Lob remettra son ouvrage sur le métier pour l'alors jeune dessinateur Jean-Marc Rochette. "Transperceneige" connait un bon succès dans le magazine (À Suivre) publié par Casterman. Le récit est taillé pour le format du mensuel: une histoire sombre d'anticipation, davantage que de science-fiction pure, un dessin en noir et blanc assez pictural. Elle ne fait pas tache aux côtés des Bilal, Comès et autres Schuiten. 

Couverture de l'album ©doc

 À sa sortie en album, le succès ne se confirme pas vraiment, se souvient Jean-Marc Rochette. Et avec la mort de son créateur Jacques Lob en 1990, elle aurait pu aussi bien disparaître en l'état. Il faudra 10 ans encore pour que le projet ressuscite pour deux tomes avec Benjamin Legrand au scénario. Rochette confiera ensuite la trame d'un nouvel opus à Olivier Bocquet en 2015 avant de lancer avec Matz, le prequel de la série en trois tomes, dont le deuxième vient de sortir.

Longévité

"Je ne m'explique pas vraiment cette longévité malgré le peu d'albums sortis et les affres que la série a vécues", avoue Jean-Marc Rochette. "Si ce n'est que la thématique que Lob avait créée est universelle et éternelle." Dans un monde post-apocalyptique, un train aux mille et un wagons est le dernier refuge de l'humanité, fendant la glace et le froid de l'hiver nucléaire. Le monde est gelé, l'humanité décimée comme toute trace de vie. Ne restent que ces quelques milliers d'hommes et de femmes qui tentent de réinventer une société dans cet univers mobile, linéaire et confiné.

"Même quand on veut bien faire, on est dépassé par la vie sociale et ses dérives, peu importe le système, communiste, fasciste ou libéral."
Jean-Marc Rochette
Dessinateur du Transperceneige

"Le sujet est à la fois très simple et universel, celui de la vie en société en vase clos, de la lutte entre riches et pauvres... Lorsqu'il l'a fait, Lob a véritablement saisi cette idée qui n'avait pas été exploitée jusque là. J'ai connu la même expérience avec 'Le Loup', une histoire très simple de la rivalité silencieuse entre un berger et un animal", poursuit Rochette. 

Autre explication du succès des albums devenus cultes, leur transposition au cinéma. Le Coréen Bong Joon-ho, lauréat de la dernière Palme à Cannes, en signe une adaptation très convaincante. Et le prequel qui sort actuellement en BD fait l'objet d'une adaptation en série sur Netflix

Histoire simple

Une histoire simple, certes, mais il y a la manière de la raconter évidemment. Et même si sur ce plan Rochette n'a plus rien à prouver, il a toujours préféré travailler avec des coscénaristes sur "Transperceneige". "Je me considère comme un metteur en scène de cinéma, qui travaille avec un scénariste. Ce brainstorming et l'échange d'idées améliorent sensiblement la qualité du travail et de l'histoire finale. Chacun apporte sa vision des choses et il en naît un nouveau récit." Pour Matz, coscénariste de la spin-off "Extinctions", Lob est une référence. "Il a un style d'écriture très complet, réaliste, avec une vraie dimension littéraire et beaucoup d'humour. Un style qu'il applique à la SF d'anticipation avec beaucoup d'intelligence."

"Lob a un style d'écriture très complet, réaliste, avec une vraie dimension littéraire"
Matz
Scénariste du Transperceneige Extinctions

 À charge pour Rochette, détenteur aujourd'hui de la responsabilité de la série, d'en faire respecter l'esprit. "Il faut une forte charge politique. Le thème doit rester cette société en réduction qui se débat avec tous les problèmes liés à la vie en grands groupes. Mais il faut aussi que cela reste très réaliste même si on est dans l'anticipation." Et c'est aussi ce savant mélange entre la science-fiction et l'actualité qui fait le succès et la crédibilité de "Transperceneige". "C'est un conte moderne dans lequel chacun peut se retrouver, quelle que soit l'époque. Finalement, la société n'a pas tellement changé depuis les années 80. Peut-être que cela explique aussi la longévité de cet univers."

Science-Fiction
Transperceneige, Extinctions, Acte II 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Matz et Rochette, Casterman, 94 p., 18 €

Dans "Extinctions", la série prequel en trois tomes, Rochette et Matz expliquent les prémices du train, qui en sont les acteurs, pourquoi le fondateur Zheng a disparu dans le premier tome... Et surtout comment son rêve utopiste et altruiste de sauver l'humanité de l'hiver nucléaire est anéanti par les contradictions humaines. "Même quand on veut bien faire, on est dépassé par la vie sociale et ses dérives, peu importe le système, communiste, fasciste ou libéral. L'homme n'est pas fait pour vivre dans une société qui dépasse la taille de la tribu", concède Rochette qui passe le plus clair de son temps dans un village montagnard de trente âmes. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés