Les mémoires de Napoléon

LECTURE. Les éditions Tallandier rééditent les mémoires de Napoléon, une première depuis plus de 100 ans. Le premier volume traite de la campagne d’Italie (1796-1797).

Dans les dernières années de sa vie à Sainte-Hélène, Napoléon a dicté ses mémoires. Conscient du caractère exceptionnel de son destin, il ne voulait laisser à personne le soin de le raconter ou de l’interpréter.

Soigneusement composés, relus et corrigés par Napoléon en personne, ces mémoires constituent le point de vue du principal acteur de l’épopée sur plusieurs étapes importantes de son parcours. On comprend mal dès lors que cet ensemble n’ait plus été réédité depuis plus de cent ans.

C’est chose faite à présent grâce aux éditions Tallandier qui proposent au public les plus grands morceaux des mémoires de Napoléon, vérifiés et officialisés par la Commission du Second Empire. Trois volumes, dont le premier vient de sortir en librairie, sont prévus :

- La première campagne d’Italie

- La campagne d’Egypte

- L’île d’Elbe et les Cent-Jours

On remarquera que les mémoires portent sur le début et la fin de l’épopée napoléonienne. La plus grande partie du Consulat et l’Empire ne sont pas traités. Le prisonnier de Sainte-Hélène avait pourtant l’intention de s’y atteler, mais il n’en a pas eu le temps, puisque son séjour sur l’île n’a duré que 6 ans. De plus, il lui manquait la documentation – dont principalement son fameux Moniteur Universel - qui devait servir de base pour travailler sur cette période du milieu.

Napoléon n’était pas seul pour réaliser ses mémoires. Le captif avait été autorisé par les Britanniques à se faire accompagner par trois officiers et un secrétaire. Il avait choisi les généraux Bertrand, Montholon et Gourgaud, auxquels il a adjoint le conseiller d’Etat Las Cases. C’est à ces quatre personnes que l’Empereur dictait ses textes.

Après la mort de Napoléon, les quatre scribes ont ramené les manuscrits en Europe pour être édités en 1823 en 8 volumes en français et en anglais. Dans les années qui ont suivi, l’œuvre a été éditée en allemand, en suédois, en norvégien et en espagnol.

Chaque volume de la collection proposée par Tallandier est assorti d’une introduction signée par l’historien français Thierry Lentz. "Si l’Empereur donne évidemment sa vérité, s’il privilégie la cohérence de son parcours et se donne toujours le beau rôle, il ne modifie pas les faits, leur chronologie et leur déroulement", note Thierry Lentz. "Quant à ses interprétations, elles ne peuvent être stigmatisées : pourquoi lui refuserait-on de donner son avis et sa version, alors qu’on l’accepte de la part des autres témoins et, plus encore, des historiens de la période ?", interroge-t-il.

Jean-Paul Bombaerts

"Mémoires de Napoléon, tome 1 : la campagne d’Italie", éditions Tallandier, 340 pages, 23,90 euros

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés