Les Prix Goncourt et Renaudot seront connus ce lundi

Hervé Le Tellier, en lice pour le Goncourt et le Renaudot ©AFP

Reporté de plusieurs semaines en soutien aux libraires, les Prix Goncourt et Renaudot seront décernés ce lundi, date annoncée pour la réouverture des librairies en France.

La dernière sélection du Goncourt comporte trois hommes et une femme, deux maisons d’édition habituées du prix – Gallimard et Grasset – et deux plus "petites" – Verdier et Emmanuelle Collas, qui a fait la surprise de la rentrée avec "Les Impatientes", de la Camerounaise Djaïli Amadou Amal. Chez Grasset, Maël Renouard et son "Historiographe du Royaume" traitent du règne d’Hassan II au Maroc, chroniqué à la manière de Saint-Simon, tandis que chez Verdier, Camille de Toledo évoque dans "Thésée, sa vie nouvelle", la transmission entre les générations à travers ce que l’on nomme la psychogénéalogie. Le favori de cette édition – choix tout à fait partagé –, est sans nul doute Hervé Le Tellier, dont "L’Anomalie", dans la collection Blanche de Gallimard, est un "grand roman qui semble tombé du ciel", pour citer les propos du critique Jérôme Garcin. Membre de l’Oulipo, capable d’humour autant que d’une puissante réflexion, Le Tellier y parle de gémellité, de doubles vies et de l’idée que tout, sur terre, n’est peut-être que simulation… À la limite de la science-fiction, il entrecroise les destins d’une dizaine de personnages, dont l’écrivain Victor Miesel qui, au fil de sa carrière, a justement dû faire face aux déconvenues des prix littéraires français avec philosophie…

Côté Renaudot, la 3e sélection conserve 6 romans: celui de Le Tellier (rappelons qu’il ne pourra être lauréat que d’un des deux prix), "Un crime sans importance" (Seuil) d’Irène Frain, "Histoire du fils" (Buchet-Chastel) de Marie-Hélène Lafon, "La Grande épreuve" (Stock) d’Étienne de Montety, "La Faucille d’or" (Rocher) d’Anthony Palou et "Ce qui plaisait à Blanche" (Grasset) de Jean-Paul Enthoven.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés